Haut

L’UE et ses partenaires débattent du mauvais accès aux informations sur le marché du travail

Posté le mar., nov.-06-2012

Belgique  - Une conférence de haut-niveau réunissant des participants des 27 Etats membres de l’Union européenne (UE), des Etats-Unis, du Canada, de Croatie, de Norvège et de Turquie, ainsi que des représentants de la société civile et des entreprises, s’ouvre aujourd’hui à Bruxelles.
 
Cette conférence d’une journée sera centrée sur l’accès des migrants et des employeurs aux informations sur le marché du travail, et traitera de toute une série de questions liées à leur mise à disposition, à leur accès et à leur utilisation à la fois par les migrants et par les employeurs.
 
Les participants débattront des meilleures façons de lutter contre la pénurie de main-d’œuvre qualifiée et contre le manque d’adéquation entre les compétences des migrants et l’offre de travail, qui pourraient menacer les perspectives de croissance économique de l’UE et de reprise durable en matière d’emploi, mises en avant dans le « paquet emploi » adopté par la Commission européenne.
 
« La migration internationale fait partie de la politique de l’emploi car elle peut contribuer à pallier les pénuries émergentes de main-d’œuvre, par le biais du recrutement de migrants économiques qualifiés et grâce à une meilleure intégration des immigrés déjà installés en UE sur le marché du travail », a déclaré Laura Thompson, Directeur générale adjointe de l’OIM, qui s’exprimera lors de la conférence.
 
« Les goulets d’étranglement de l’accès à l’information qui persistent sur le marché du travail doivent faire l’objet de mesures car ils rendent difficile la mise en relation des besoins des employeurs avec les compétences des migrants » a-t-elle ajouté.
 
Même dans les Etats membres de l’UE dans lesquels les voies légales de migration de main-d’œuvre s’appuient sur les demandes des employeurs, les barrières en matière d’information empêchent à la main-d’œuvre étrangère nécessaire d’être recrutée.
 
Du côté de la demande, les employeurs, en particulier les petites et moyennes entreprises (PME), ont souvent des difficultés pour accéder aux informations sur les procédures de recrutement à l’étranger et sur la disponibilité des candidats qui ont les compétences recherchées.
 
Ils rencontrent également parfois des difficultés particulières lorsqu’ils essaient de recruter des migrants pour des contrats temporaires, par exemple pour l’emploi saisonnier, ou pour des contrats de transfert interne à l’entreprise.
 
Du côté de l’offre, les migrants de main-d’œuvre potentiels n’ont que rarement accès aux informations  sur les voies légales de migration ou sur les conditions spécifiques du marché du travail dans les pays de destination.
 
De plus, les problèmes liés à la diversité sur le lieu de travail et la discrimination peuvent également être à l’origine du cloisonnement de l’information qui empêche les migrants disposant des compétences appropriées de venir en UE pour pourvoir les postes vacants.
 
La conférence marque la fin d’une collaboration de trois ans entre l’OIM et le Directorat général pour l’emploi, les affaires sociales et l’intégration de la Commission européenne. Les grandes conclusions du projet seront présentées puis un débat de haut niveau entre les participants aura lieu lors de la session de clôture.
 
Pour plus d’informations, veuillez contacter

Katharina Bürkin
OIM Bruxelles
Tel. +32 287 7120
Email: kburkin@iom.int