Haut

L’OIM et son partenaire italien pour la coopération au développement fournissent une aide psychosociale aux jeunes et aux familles victimes de la crise syrienne

Posté le ven., juin-21-2013

Syrie - Avec le soutien du Ministère italien des affaires étrangères et du Directorat général pour la coopération au développement, l’OIM vient de lancer un programme de 1,5 million d’euros visant à accroître la capacité des acteurs, officiels ou non, à fournir une aide psychosociale aux personnes touchées par la crise en Syrie et dans les pays voisins.

Le projet visera tout d’abord à former quelque 1 210 professionnels et bénévoles à Damas, dans les zones rurales environnantes, à Homs, à Alep et à Lattaquié, dans divers domaines de l’aide psychosociale d’urgence.

Il permettra en outre de distribuer près de 50 000 fascicules d’initiative personnelle lors des distributions de nourriture et d’aide non alimentaire, s’adressant indirectement à un total de 270 000 bénéficiaires dans les zones isolées d’ici fin 2013.

Le projet permettra de dispenser une formation de base aux intervenants de première ligne, aux responsables des centres collectifs et au personnel d’orphelinats sur les meilleures manières de gérer les troubles émotionnels auxquels sont confrontés les bénéficiaires et de prévenir leur aggravation.

Le projet visera également à proposer une série de formations spécialisées, dans les domaines de l’aide psychologique spécialisée, des activités artistiques et de la gestion des conflits à petite échelle à destination des professionnels de l’aide psychosociale.

Les communautés touchées par le conflit en Syrie ont désespérément besoin d’aide psychosociale. Des sentiments de colère, de peur, d’incertitude face à l’avenir, de tristesse et de désorientation se font largement ressentir, en particulier au sein des populations de déplacés internes.

D’après Guglielmo Schinina, responsable de la communication psychosociale et interculturelle de l’OIM, la population doit être soutenue par des interventions ciblées, en raison notamment du caractère prolongé de la crise.

Les professionnels de l’aide d’urgence, notamment ceux chargés de l’aide psychosociale, portent le double fardeau d’être eux-mêmes affectés par la crise et d’être en plus exposés aux expériences des autres, souvent confrontés à la perte de proches, au deuil et à une forte colère. Selon lui, renforcer leurs capacités et les soutenir est vital pour le bien-être de tous.

Dans la deuxième phase du projet, l’OIM, qui co-préside le Groupe de référence technique de l’IASC sur la santé mentale et l’aide psychosociale en Syrie, avec le HCR et l’IMC, espère organiser un Programme de maîtrise sur le « Dialogue et le soutien psychosocial dans les sociétés déchirées par le conflit ».

Pour plus d’informations, veuillez contacter

Amal Ataya
OIM Syrie
Tel : :+ 9630953300083
Email : aataya@iom.int