Lutte contre la traite des personnes

Approche de l'OIM

Le caractère clandestin de la traite des personnes, ou esclavage moderne, rend difficile toute estimation de l’ampleur du fléau. Malgré l’absence de données fiables à l’échelle mondiale, on estime que des millions de personnes sont victimes de la traite chaque année. La traite et l’exploitation des personnes génèrent des milliards de dollars de revenus illégaux chaque année pour les trafiquants, qui sont souvent liés à la criminalité organisée. Les victimes de la traite sont réduites en esclavage et peuvent garder des séquelles physiques et psychologiques pour le reste de leur vie. Des sévices graves leur sont infligés : viol, torture, menaces à l’encontre de leur famille ou leurs proches, ainsi que d’autres formes de violence physique, sexuelle et psychologique qui peuvent atteindre une brutalité extrême et les rendre invalides pour le reste de leur vie, voire entraîner leur mort. 

La demande de main-d’œuvre bon marché, de services sexuels et pour certaines activités criminelles sont autant de raisons à l’existence de la traite. Certains groupes et communautés sont plus vulnérables que d’autres, en raison de leurs opportunités et ressources limitées, ainsi que l’absence de structures sociales dans les pays ou communautés d’origine. L’approche globale de l’OIM face à la traite des personnes s’inscrit dans le cadre de la gestion des migrations. Les activités très variées de l’Organisation sont mises en œuvre en partenariat avec les institutions gouvernementales, les ONG et les organisations internationales. L’approche de l’OIM s’appuie sur trois principes qui régissent toutes les activités de lutte contre la traite:

  • Le respect des droits de l’homme
  • Le bien-être physique, mental et social de l’individu et de sa communauté
  • La pérennité, grâce au renforcement des capacités institutionnelles des gouvernements et de la société civile

 

Par "traite des personnes" il faut comprendre:

«le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil de personnes, par la menace de recours ou le recours à la force ou à d’autres formes de contrainte, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité, ou par l’offre ou l’acceptation de paiements (…) pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre aux fins d’exploitation».

(Article 3 du Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants)

L’OIM lutte contre la traite des personnes depuis 1994. En 20 ans, l’Organisation a apporté une aide à plus de 70 000 victimes de la traite. Les objectifs principaux de l’OIM sont de prévenir la traite et de protéger les victimes, tout en leur offrant la possibilité d’une réintégration sûre et durable dans leur pays d’origine.