António Vitorino débute son mandat de Directeur général de l’OIM

Posted: 
10/02/18
Themes: 
IOM

Genève - Lundi (10/01), António Vitorino, du Portugal, est devenu le Directeur général de l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations. M. Vitorino succède à William Lacy Swing, diplomate chevronné des Etats-Unis, qui a exécuté deux mandats en tant que Directeur général. 

Le Directeur général de l’OIM António Vitorino, 61 ans (né le 12 janvier 1957), est un ancien Commissaire européen à la justice et aux affaires intérieures (1999-2004) et ancien Ministre de la présidence et de la défense nationale du Portugal (1995-1997). Il a également mené une brillante carrière au Portugal en tant qu’avocat et dans la politique électorale. 

M. Vitorino a été élu au Parlement du Portugal en 1980. En 1983, il est devenu Secrétaire d’Etat aux affaires parlementaires. Il a ensuite été nommé Secrétaire adjoint du gouverneur de Macao jusqu’en 1989, puis est retourné à Lisbonne pour devenir juge à la Cour constitutionnelle, mandat qui a pris fin en 1994. Il a ensuite été nommé Ministre de la défense nationale et Premier ministre adjoint du gouvernement d’António Guterres, aujourd’hui Secrétaire général des Nations Unies. 

Entre 1999 et 2004, M. Vitorino a été Commissaire européen à la justice et aux affaires intérieures. Lors de son mandat, il a participé aux débats qui ont conduit à la rédaction de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne et de la Convention sur l’avenir de l’Europe. 

Après avoir quitté la politique en 2005, M. Vitorino a repris le droit, en tant que partenaire du cabinet Cuatrecasas, Gonçalves Pereira & Associados. Il est Président du think tank sur l’Europe depuis 2011 et a été, pendant de nombreuses années, commentateur sur la principale chaîne de télévision portugaise RTP 1. 

 M. Vitorino a été diplômé de la faculté de Droit de l’Université de Lisbonne en 1981, puis a obtenu un Master en sciences politiques et juridiques. Il est l’auteur de travaux sur le droit constitutionnel, les sciences politiques, le droit communautaire européen, et a également été membre du Comité de rédaction du Livre blanc portugais sur le gouvernement d’entreprise. 

A son entrée en fonction lundi matin, le Directeur général Vitorino a tenu le discours suivant au personnel de l’OIM :

« En ce premier jour de mon mandat de Directeur général, je tiens à vous dire que c’est un privilège pour moi de rejoindre la famille de l’OIM, environ 11 000 femmes et hommes qui, pour la plupart, travaillent aux quatre coins du monde. 

Dans ce bref message, je voudrais commencer par saluer le travail remarquable accompli par mon prédécesseur, Bill Swing. Il a consolidé la réputation de l’OIM en tant qu’organisation fondée sur des principes, responsable et transparente, dont les résultats en matière d’efficience et d’efficacité sont dignes d’envie. 

Merci, Bill. 

Dans ce premier message, je tiens également à vous dire en toute franchise que ce qui, selon moi, fait l’attrait de l’OIM tient à sa détermination à être tout à la fois au service des migrants et de ses Etats Membres. Grâce à son appartenance à la famille des Nations Unies, nous nous trouvons, je crois, à un moment charnière de son histoire. 

Le pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières sera, je veux l’espérer, approuvé à Marrakech en décembre. Le Secrétaire général des Nations Unies a demandé à l’OIM d’appuyer et de coordonner le réseau des Nations Unies sur la migration qui vient d’être créé et, par conséquent, d’aider les Etats Membres à mettre en œuvre les objectifs du pacte mondial. 

Je crois que c’est une chance pour l’OIM que ces nouvelles tâches s’inscrivent largement dans le droit fil de l’action qu’elle mène déjà au quotidien. Grâce à ses atouts, que vous connaissez bien – souplesse, efficacité, caractère décentralisé et bon rapport coût-efficacité – l’OIM est bien armée pour relever ce nouveau défi, ainsi que pour s’adapter, évoluer et grandir. 

Certes, nous devons être très clairs sur un point : rester fidèles à ce qui constitue l’essence même de l’Organisation. Nous sommes une organisation très proche des migrants, surtout des plus vulnérables et de ceux qui ont besoin d’une aide humanitaire. Ce qui fait également notre ADN, que nous n’allons pas changer, c’est notre capacité à répondre aux demandes de nos Etats Membres, à fournir avec souplesse des solutions sur mesure et à contribuer avec efficacité à la gestion des flux migratoires, en reliant les pays d’origine, de transit et de destination. 

Surtout, je pense que ces nouvelles tâches témoignent de la reconnaissance du rôle unique que joue l’OIM en sa qualité d’organisation de proximité au contact des migrants, et de la mission essentielle qui lui incombe de garantir leurs droits de l’homme, leur dignité humaine et leur bien-être, quel que soit leur statut juridique. 

C’est pourquoi le nouveau rôle de l’OIM dans le système des Nations Unies et dans la mise en œuvre du pacte mondial ne doit en aucun cas être considéré comme une tâche incombant uniquement au Siège ou aux départements centraux. Bien plutôt, il s’agit d’une tâche qui concerne toute l’Organisation. Nous nous en acquitterons sans exclusive, depuis les plus petits bureaux extérieurs jusqu’à mon Bureau au Siège, sans oublier les bureaux de pays et les bureaux régionaux. 

Nous allons également renforcer notre partenariat avec les organismes des Nations Unies et d’autres acteurs de la société civile à l’échelle locale, régionale et mondiale. 

Il va sans dire qu’à cet effet, certains ajustements organisationnels et en matière de financement devront être effectués en temps voulu.

J’ai pleinement conscience qu’aujourd’hui, dans différentes régions du monde, la migration est un brûlot politique. Paradoxalement, on constate en même temps des signes de retranchement. C’est dans ce contexte que le pacte mondial est adopté. 

C’est également dans ce contexte qu’est créé le réseau des Nations Unies sur la migration. C’est pourquoi ces deux instruments, qui sont pleinement conformes aux objectifs de développement durable, serviront de levier pour inscrire la migration à l’agenda international et la promouvoir dans le monde entier. 

Je dois vous dire en toute franchise que, selon moi, il n’a jamais été aussi passionnant et stimulant d’œuvrer dans le domaine de la migration qu’en cette époque. Je compte sur le professionnalisme, le dévouement et le total engagement de tout le personnel de l’OIM. Notre succès futur dépend tout autant des innombrables hommes et femmes qui travaillent au service de l’Organisation que de sa direction. 

Je sais d’expérience que vous, les membres du personnel de l’OIM au Siège et sur le terrain, vous êtes pleinement attachés aux valeurs de notre Constitution et à notre mission unique en son genre. 

Alors que nous nous apprêtons à relever ces nouveaux défis, je compte sur chacun de vous. 

Merci. » 

Rendez-vous ici pour voir la déclaration : https://youtu.be/sGlFMoPv2sQ 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Joel Millman, siège de l’OIM, Tel : +41 79 103 8720, Email : jmillman@iom.int

  • New IOM Director General, António Vitorino.
    Photo: IOM /M. Mohammed