Arrivées de migrants en Europe par la Méditerranée : 140 538 ; décès en mer : 2 754

Posted: 
10/10/17
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Missing Migrants, Refugee and Asylum Issues

Genève - D’après l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, au 8 octobre 2017, 140 538 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer. Plus de 75 pourcent sont arrivés en Italie et le reste est réparti entre la Grèce, Chypre et l’Espagne. A la même date l’année dernière, ils étaient 318 207.

D’après les chiffres officiels du Ministère italien de l’intérieur rapportés lundi 9 octobre par l’OIM à Rome, 107 028 migrants sont arrivés par la mer cette année, soit presque 26 pourcent de moins que l’année dernière à la même période, lorsque 144 445 migrants étaient arrivés en Italie.

Flavio Di Giacomo, de l’OIM à Rome, a signalé dimanche qu’un navire militaire tunisien était entré en collision avec un bateau transportant environ 70 migrants dans la zone de recherche et de secours maltaise, à environ 54 km de l’île de Kerkennah (gouvernorat de Sfax). D’après les médias italiens, les migrants -  apparemment tous tunisiens - ont quitté la Tunisie depuis Kerkennah. La collision a fait sombrer le bateau. Les autorités maltaises ont coordonné les opérations de sauvetage menées à bien par les garde-côtes italiens et la Marine italienne, qui ont confirmé le nombre de 46 rescapés et de huit corps repêchés. Lundi soir, l’estimation du nombre de personnes disparus stagnait à 20.

M. Di Giacomo a fait état des statistiques suivantes sur la migration depuis la Tunisie vers l’Italie par la mer, qui semble croître par rapport aux années précédentes : 1 637 Tunisiens sont arrivés en Italie par la mer en 2014, puis 880 l’année suivante et 1 200 l’année dernière. Pendant les huit premiers mois de 2017, ils étaient 1 357, soit plus que pour toute l’année 2016. En septembre, au moins 1 400 autres sont arrivés.

« C’est une nouvelle tendance mais je ne la décrirais pas comme une conséquence de la récente « fermeture » de l’itinéraire libyen, car les nationalités sont différentes », a expliqué M. Di Giacomo.

« Outre les 1 400 migrants tunisiens estimés enregistrés en septembre, nous devons également prendre en compte les nombreux cas où les migrants sont arrivés en Sicile et ont réussi à disparaître avant d’être interceptés par la police. Ils sont donc plus nombreux mais nous ne pouvons pas dire combien », a-t-il ajouté.

Christine Petré, de l’OIM en Libye, a rapporté que l’OIM poursuivait ses interventions d’urgence à Sabratah, où au lendemain des semaines de conflit dans la ville côtière libyenne de Sabratah, au moins 4 000 migrants, dont bon nombre étaient précédemment détenus dans des centres de détention informels et des camps, ont été transférés dans un hangar dans la ville de Dahman, où l’OIM fournit de l’aide d’urgence.

Sabratah, située à environ 80 kilomètres à l’ouest de Tripoli, est l’un des points de départ des bateaux de migrants qui tentent la dangereuse traversée de la mer Méditerranée vers l’Europe.

Le 7 octobre, un jour après le premier transfert de migrants, l’OIM a envoyé une équipe au hangar pour évaluer la situation. A la fin de la journée, l’équipe a rapporté que 2 600 migrants (1 819 hommes, 704 femmes et 77 enfants) étaient détenus sur le site par la Direction libyenne de lutte contre la migration illégale (DCIM). D’autres migrants se trouvant à d’autres endroits à Sabratah ont ensuite été transférés vers le hangar et d’autres devraient les rejoindre bientôt.

Cette semaine, l’OIM fournit de l’aide au point de rassemblement, notamment un soutien psychosocial. Dans le même temps, ces cas médicaux ont bénéficié d’un transfert en ambulance vers une clinique et d’autres migrants ont été soignés pour des blessures légères.

L’OIM craint que le nombre de migrants touchés par les récents événements à Sabratah ne continue de croître. Tout au long de la journée, les migrants sont arrivés à Zuwara et à Sabratah, certains après plusieurs heures de marche. Cette semaine, l’OIM a été informée qu’environ 2 000 migrants voyageaient à pied entre Sabratah et Zuwara et qu’ils avaient désormais besoin d’une aide humanitaire indispensable.

Parmi les besoins actuels identifiés figurent le lait et les couches pour bébé, l’eau et la nourriture. La distribution d’aide alimentaire d’urgence par l’OIM à Sabratah se poursuit.

Ana Dodevska, de l’OIM en Espagne, a rapporté que le nombre d’arrivées en Espagne pour le mois de septembre s’élevait à 1 004, soit à peu près la moitié du nombre rapporté en août. Le nombre total d’arrivées pour 2017 s’élève actuellement à 12 328 en date du 9 octobre. A la même date l’année dernière, l’Espagne a vu 5 445 migrants arriver sur son territoire par la mer.

Kelly Namia, de l’OIM à Athènes, a signalé quatre incidents au large des îles de Lesbos et de Chios qui ont nécessité des opérations de recherche et de sauvetage. Les garde-côtes helléniques ont secouru 153 migrants et les ont transférés vers les îles respectives.

Elle a ajouté que 822 migrants et réfugiés au total sont entrés en Grèce via la mer Méditerranée pendant les sept premiers jours d’octobre, et 20 364 à ce jour pour l’année en cours (voir tableau ci-dessous).

A travers le monde, le Projet de l’OIM sur les migrants disparus (MMP) fait état de 4 590 décès de migrants en 2017. Dans la Méditerranée centrale, au moins 8 personnes se sont noyées et une vingtaine de migrants sont portés disparus depuis la collision d’un bateau transportant des dizaines de migrants avec un navire de la marine tunisienne au large des côtes tunisiennes le 8 octobre. Ces décès portent le nombre total de décès dans la Méditerranée à 2 754 en 2017.

Depuis la dernière mise à jour, le MMP a recensé un nouvel incident en Asie du Sud-Est : 13 migrants, dont 11 enfants, sont morts, et au moins 18 sont toujours portés disparus* après qu’un bateau transportant des migrants Rohingyas a chaviré dans le fleuve Naf, également le 8 octobre. Près de six semaines après le début de l’exode massif de personnes fuyant la violence dans l’Etat birman de Rakhine, des dizaines de personnes ont péri en tentant de fuir vers le Bangladesh. Le MMP a enregistré 172 décès à la frontière entre le Myanmar et le Bangladesh depuis le 31 août 2017.

En outre, le MMP a enregistré les décès de quatre migrants à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique : un migrant est décédé dans le comté de Kenedy, au Texas, le 6 septembre ; un autre a été retrouvé mort dans le comté de Starr, au Texas, le 1er octobre ; un jeune homme a été percuté par un véhicule sur l’autoroute 8 près de Jacumba, en Californie, le 25 août ; et le corps d’un migrant a été découvert à l’intérieur d’un semi-remorque au poste-frontière américain de Falfurrias, le 6 octobre.

Au Mexique, le corps d’un autre migrant a été retrouvé près des voies ferrées à Saltillo, Coahuila, le 8 octobre.

*Lorsque des décès sont recensés en mer, le MMP se réfère aux estimations du nombre de survivants une fois secourus, donnant toujours la plus faible estimation de personnes disparues. 

Dernière infographie mise à jour pour la Méditerranée : http://migration.iom.int/docs/MMP/171010_Mediterranean_Update.pdf

Pour consulter les dernières données sur les arrivées et les décès de migrants en Méditerranée, veuillez-vous rendre sur : http://migration.iom.int/europe

Pour en savoir plus sur le Projet sur les migrants disparus : http://missingmigrants.iom.int

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Joel Millman, OIM Genève, Tel : +41.79.103-8720, Email : jmillman@iom.int 
Mircea Mocanu, OIM Roumanie, Tel :  +40212115657, Email : mmocanu@iom.int
Dimitrios Tsagalas, OIM Chypre, Tel : + 22 77 22 70 ; E-mail : dtsagalas@iom.int
Flavio Di Giacomo, OIM Italie, Tel : +39 347 089 8996, Email : fdigiacomo@iom.int 
Kelly Namia, OIM Grèce, Tel : +30 210 9919040, +30 210 9912174, Email : knamia@iom.int 
Julia Black, OIM GMDAC à Berlin, Tel : +49 30 278 778 27, Email : jblack@iom.int
Christine Petré, OIM Libye Tel :  +216 29 240 448, Email : chpetre@iom.int 
Ana Dodevska, OIM Espagne, Tel : +34 91 445 7116, Email : ADODEVSKA@iom.int