Arrivées de migrants en Europe par la Méditerranée : 150 982 ; décès en mer : 2 839

Posted: 
11/03/17
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Missing Migrants, Refugee and Asylum Issues

Genève - D’après l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, au 1er novembre 2017, 150 982 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer. Environ 75 pourcent sont arrivés en Italie et le reste est réparti entre la Grèce, Chypre et l’Espagne. A la même date l’année dernière, ils étaient 335 158.

En 2017, les arrivées de migrants en Europe par la mer ont passé la barre des 150 000 personnes pour la quatrième année consécutive, mais en 2016, ce seuil avait été atteint début mars et en 2015, début juillet.

Pendant certains mois de l’année calendaire 2015, 150 000 migrants sont entrés chaque mois par la mer, principalement par la Grèce.

Néanmoins, cette année pourrait être la première depuis 2013 à ne pas atteindre la barre des 200 000 migrants traversant la Mer Méditerranée. Pour l’Italie et la Grèce seulement, ils étaient environ 204 000 en 2014, puis 355 000 en 2016, passant la barre du million (1 007 000) en 2015 (vor tableau ci-dessous).

Arrivées par la mer en Italie et en Grèce 2014-2016

 

D’après l’OIM à Rome, 260 migrants ont été secourus mardi 31 octobre lors de cinq opérations de sauvetage différentes, tandis que 975 autres ont été secourus le jour suivant (1er novembre) lors de 12 opérations de sauvetage différentes menées à bien par des navires italiens et internationaux. Les corps de huit victimes ont été repêchés dans les eaux au nord des côtes libyennes.

Kelly Namia, de l’OIM à Athènes, a signalé, jeudi 2 novembre, un incident qui s’est produit au large de l’île de Lesbos, et qui a nécessité des opérations de recherche et de sauvetage. Les garde-côtes helléniques ont pu secourir 147 migrants et les ont transférés vers l’île.

Plus de 12 400 hommes, femmes et enfants sont entrés en Grèce par la Méditerranée orientale depuis le 1er août, soit plus que le nombre de migrants entrés pendant les sept premiers mois de 2017. Kelly Namia a également signalé que 800 migrants ou réfugiés sont entrés en Grèce par la mer pendant la dernière semaine d’octobre, portant le nombre total d’arrivées par la mer en Grèce à 23 826 pour toute l’année à ce jour (voir tableau ci-dessous).

Dimitrios Tsagalas, de l’OIM à Chypre, a signalé que 34 migrants d’origine arabe ont été récupérés dans le village de Pyla, dans le district de Larnaca le week-end dernier. Il semblerait s’agir d’un nouvel itinéraire pour rejoindre l’Europe. Les médias chypriotes ont déclaré que ces migrants étaient partis du Port de Mersin en Turquie, samedi 28 octobre, avant d’atteindre Chypre sans être repérés, puis ont voyagé en camion jusqu’à Pyla, un village situé dans la zone tampon des Nations Unies, avant de traverser la frontière vers la République chypriote. Tous les migrants ont depuis été transférés vers le Centre d’accueil de Purnara.

D’après les autorités chypriotes, il s’agit de la septième tentative de traversée via la zone tampon des Nations Unies en 2017. Les autorités ont enregistré 105 migrants empruntant cet itinéraire pour entrer dans le pays cette année. L’OIM à Chypre fait remarquer que le Plan National « NAFKRATIS » - qui vise à gérer la migration et fournir de l’aide aux personnes dans le besoin - a été activé 15 fois en 2017, et qu’au total, 850 migrants sont arrivés à Chypre par bateau, près de trois fois plus que les 345 migrants arrivés en 2016 (neuf premiers mois).

Christine Petré, de l’OIM en Libye, a rapporté jeudi 31 octobre que 299 migrants (231 hommes, 30 femmes et 29 enfants) ont été secourus d’un bateau pneumatique au large de Tripoli, la capitale libyenne. L’OIM était présente pour aider au point de débarquement. Elle a rapporté qu’une femme avait dû être transférée vers l’hôpital pour davantage de soins médicaux. La majorité des migrants provenaient de Guinée-Conakry, du Mali, de Côte-d’Ivoire, du Cameroun et du Sénégal.

A ce jour en 2017, 19 134 migrants ont été secourus ou interceptés dans les eaux libyennes.

A travers le monde, le Projet de l’OIM sur les migrants disparus (MMP) a enregistré 4 866 décès de migrants en 2017 (16 personnes par jour) alors qu’il ne reste que huit semaines avant la fin de l’année.

Les décès dans la Mer méditerranée continuent de représenter la majorité des décès de migrants à travers le monde (aujourd’hui à 2 839, soit près de 60 pourcent des décès de migrants dans le monde). L’année dernière à cette période, 4 150 décès de migrants ont été enregistrés dans la région (voir tableau ci-dessous).

La semaine dernière, dans la Méditerranée centrale, les corps de huit personnes ont été repêchés (1er novembre) lors d’opérations de sauvetage menées à bien au large des côtes libyennes. Dans la Méditerranée occidentale, lundi 30 octobre, deux jeunes hommes sont morts dans le naufrage de leur bateau au large de Mostaganem, en Algérie. Les trois migrants portés disparus lors d’un naufrage le 29 octobre, au large de Tanger, sont désormais comptabilisées comme des victimes.

Deux accidents ont été recensés en Europe, près de la frontière italo-autrichienne : un migrant a perdu la vie le 30 octobre dans un accident de la route sur l’autoroute A23 près d’Udine, en Italie ; et un autre migrant a été percuté par un train à Bolzano, en Italie, le 1er novembre. En outre, le MMP a enregistré le tout premier décès au large des Iles Canaries : le corps d’un homme a été découvert près de Morro Jabble, à Fuerteventura, le 31 octobre.

En Asie du Sud-Est, ces deux derniers jours, six Rohingyas sont morts et un est porté disparu après les naufrages de deux bateaux transportant des dizaines de personnes fuyant la violence au large des côtes du Bangladesh : le 31 octobre, quatre Rohingyas (une femme et trois enfants) se sont noyés lorsque leur barque en bois a chaviré au large de Jaliapalong, dans le sous-district d’Ukhiya. Cette tragédie s’est produite un jour après le naufrage d’un bateau transportant une trentaine de Rohingyas à Sabrang, dans le sous-district de Teknaf. Deux personnes ont trouvé la mort et une autre est portée disparue.

Depuis le 31 août, le MMP a recensé les décès de 249 Rohingyas à la frontière entre le Bangladesh et le Myanmar.

Les données du MMP sont compilées par le personnel de l’OIM mais proviennent de sources diverses, dont certaines ne sont pas officielles. Pour en savoir plus sur la collecte de données sur les migrants disparus, cliquez ici (en anglais).

 

Dernière infographie mise à jour pour la Méditerranée :
http://migration.iom.int/docs/MMP/171103_Mediterranean_Update.pdf  
Pour consulter les dernières données sur les arrivées et les décès de migrants en Méditerranée, veuillez-vous rendre sur : http://migration.iom.int/europe  
Pour en savoir plus sur le Projet sur les migrants disparus : http://missingmigrants.iom.int 

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Joel Millman, OIM Genève, Tel : +41.79.103-8720, Email : jmillman@iom.int
Mircea Mocanu, OIM Roumanie, Tel :  +40212115657, Email : mmocanu@iom.int
Dimitrios Tsagalas, OIM Chypre, Tel : + 22 77 22 70 ; E-mail : dtsagalas@iom.int
Flavio Di Giacomo, OIM Italie, Tel : +39 347 089 8996, Email : fdigiacomo@iom.int
Kelly Namia, OIM Grèce, Tel : +30 210 9919040, +30 210 9912174, Email : knamia@iom.int
Julia Black, OIM GMDAC à Berlin, Tel : +49 30 278 778 27, Email : jblack@iom.int
Abby Dwommoh, OIM Turquie, Tel : +90 312 454 3048, Email : MediaIOMTurkey@iom.int
Christine Petré, OIM Libye Tel :  +216 29 240 448, Email : chpetre@iom.int
Ana Dodevska, OIM Espagne, Tel : +34 91 445 7116, Email : ADODEVSKA@iom.int
Myriam Chabbi, OIM Tunisie, Tel :  +216 28 78 78 05, Mobile : +216 71 860 312 Ext. 109, Email : mchabbi@iom.int