Arrivées de migrants en Europe par la Méditerranée en 2018 : 71 779 ; décès en mer : 1 565

Posted: 
09/07/18
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Missing Migrants

Genève - D’après l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, 71 779 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer en date du 5 septembre 2018, dont 31 040 en Espagne, la principale destination cette année. Ils étaient 125 613 à la même période l’an dernier et 289 681 à la même date (6 septembre) en 2016. 

Recensant plus de 43 pour cent de toutes les arrivées irrégulières cette année, l’Espagne a dépassé la Grèce et l’Italie pendant l’été. Les arrivées en Italie à ce jour (20 250) sont au niveau le plus bas enregistré par l’OIM depuis 2014, plus bas même que les arrivées enregistrées par les autorités italiennes pendant de nombreux mois différents de ces cinq dernières années. Il en est de même pour la Grèce, dont le nombre total d’arrivées de migrants irréguliers cette année (19 564) est presque identique à celui de l’Italie (voir tableau ci-dessous).

D’après Ana Dodevska, de l’OIM en Espagne, 31 040 migrants irréguliers sont arrivés en Europe via le bassin de la Méditerranée occidentale, dont 8 109 dans les 36 jours depuis le début du mois d’août, soit un rythme de 225 arrivées par jour.

En outre, au moins 4 575 migrants sont arrivés illégalement dans la région par voie terrestre (voir tableau ci-dessous).

D’après le Projet de l’OIM sur les migrants disparus (MMP), 1 565 migrants ont péri dans la Méditerranée en 2018. Plus récemment, 16 personnes ont perdu la vie lors de trois naufrages différents dans le bassin occidental.

Le 3 septembre, Salvamento Maritimo, l’agence de sécurité maritime espagnole, a secouru 30 migrants d’un bateau en perdition dans la mer d’Alboran entre l’Espagne et le Maroc. D’après les témoignages des rescapés, recueillis par l’ONG espagnole Caminando Fronteras, cinq personnes se sont noyées avant le sauvetage. Leurs corps n’ont pas pu être repêchés.

Le 5 septembre, 53 rescapés et les corps de quatre hommes et d’une femme ont été récupérés d’un bateau en perdition, à une centaine de kilomètres au sud de l’île d’Alboran, puis amenés au port de Motril, à Grenade. Le même jour, Caminando Fronteras a signalé que six personnes avaient péri en mer dans un autre naufrage, comme l’ont confirmé 52 rescapés secourus par Salvamento Maritimo.

Depuis le début de l’année, 329 personnes ont péri dans la Méditerranée occidentale. Ce chiffre s’élevait à 224 pour toute l’année 2017.

D’après Christine Nikolaidou, de l’OIM à Athènes, entre le 29 août et le 4 septembre, les garde-côtes helléniques ont géré au moins trois incidents ayant nécessité des opérations de recherche et de sauvetage au large des îles de Samos et de Kos. Les garde-côtes helléniques ont secouru 131 migrants et les ont transférés vers ces mêmes îles.

Les quelque 665 autres migrants arrivés ces jours-ci à Samos, Kos, Lesbos, Chios, Rhodes et Megisti portent le nombre total d’arrivées par la mer en Grèce à 19 564 à ce jour en 2018. En outre, quelque 11 050 arrivées ont été enregistrées dans le bassin oriental de la Méditerranée à la fin juillet, et un nombre inconnu depuis le 1er août (voir tableau ci-dessous).

D’après Marta Sanchez, à travers le monde, le Projet de l’OIM sur les migrants disparus (MMP) fait état de 2 546 décès ou disparitions de migrants à ce jour en 2018 (voir tableau ci-dessous).

A travers le monde, l’OIM estime que plus de 28 000 migrants sont morts depuis 2014.

Outre les récentes noyades dans la Méditerranée, le MMP a signalé que dans le Golfe d’Aden, 33 personnes sont mortes le 29 août, alors qu’elles tentaient d’atteindre le Yémen par bateau. Les passeurs exploitant deux bateaux surchargés ont forcé 360 migrants somaliens et éthiopiens à sauter par-dessus bord à l’approche des côtes de Shabwa, un gouvernorat yéménite situé le long de la Mer d’Arabie. Au moins 27 ressortissants éthiopiens (20 hommes et sept femmes) et six ressortissants somaliens (quatre femmes et deux hommes) se sont noyés lors du débarquement forcé.

Quelque 156 migrants seraient morts ou auraient disparu en traversant le Golfe d’Aden et la Mer rouge en direction des côtes du Yémen entre le 1er janvier et le 1er septembre.

Le long de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, les conditions difficiles du pénible périple à travers le désert et les dangers de la traversée du Rio Grande font des centaines de morts chaque année. Entre janvier et septembre 2018, le MMP a enregistré 281 décès de migrants le long de la frontière.

Lors de leur périple en direction du nord, les migrants doivent souvent contourner les contrôles internes des services aux frontières. C’est lors de ces périples à travers les fourrés que de nombreux migrants meurent.

Plus récemment, un Mexicain de 30 ans est mort de déshydratation dans le comté texan de Brooks. Son corps a été retrouvé le 27 août dans un ranch à l’ouest de Falfurrias, sur l’autoroute 285. Le 29 août, les agents de l’US Border Patrol ont découvert le corps d’un homme d’identité inconnue dans un ranch près du point de contrôle de l’USBP sur l’autoroute 83, dans le comté texan de Webb. Le 30 août, le corps d’un homme de 36 ans de nationalité mexicaine a été retrouvé sur les rives du Rio Grande, à Eagle Pass, au Texas. Le lendemain, un autre homme se serait noyé dans le Rio Grande. Son corps a été retrouvé le 31 août près d’Harlingen, au Texas.

Les agents de l’USBP ont découvert un squelette dans un ranch près d’Armstrong, au Texas, le 2 septembre.

En Asie du Sud-Est, un travailleur migrant originaire du Myanmar est mort et 12 ont été blessés dans l’accident du bus à bord duquel ils voyageaient, près de la ville frontalière thaïlandaise de Mae Sot.

Les données du MMP sont compilées par le personnel de l’OIM mais proviennent de sources diverses, dont certaines ne sont pas officielles. Pour en savoir plus sur la collecte de données sur les décès et disparitions de migrants, cliquez ici (en anglais).

Pour consulter les dernières données sur les arrivées et les décès de migrants en Méditerranée, rendez-vous sur : http://migration.iom.int/europe   
Pour en savoir plus sur le Projet sur les migrants disparus : http://missingmigrants.iom.int   

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Joel Millman, OIM Genève, Tel : +41.79.103-8720, Email : jmillman@iom.int
Mircea Mocanu, OIM Roumanie, Tel :  +40212115657, Email : MMOCANU@iom.int 
Flavio Di Giacomo, Bureau de coordination de l’OIM pour la Méditerranée, Italie, Tel : +39 347 089 8996, Email : fdigiacomo@iom.int 
Dimitrios Tsagalas, IOM Chypre, Tel : + 22 77 22 70, E-mail : dtsagalas@iom.int
Flavio Di Giacomo, Bureau de coordination de l’OIM pour la Méditerranée en Italie, Tel : +39 347 089 8996, Email : fdigiacomo@iom.int
Hicham Hasnaoui, OIM Maroc, Tel : + 212 5 37 65 28 81, Email : hhasnaoui@iom.int   
Christine Nikolaidou, OIM Grèce, Tel : +30 210 99 19 040 (ext. 166), Mobile : +30 69 48 92 98 09, Email : aavgeropoulou@iom.int     
Julia Black, OIM GMDAC à Berlin, Tel : +49 30 278 778 27, Email : jblack@iom.int
Christine Petré, OIM Libye Tel :  +216 29 240 448, Email : chpetre@iom.int    
Ana Dodevska, OIM Espagne, Tel : +34 91 445 7116, Email : ADODEVSKA@iom.int  
Myriam Chabbi, OIM Tunisie, Tel mobile :  +216 28 78 78 05, bureau :  +216 71 860 312 Ext. 109, Email : mchabbi@iom.int