La Tunisie lance une campagne de sensibilisation à la traite intitulée « not for sale »

Posted: 
04/15/16

Tunisia - Une campagne de sensibilisation nationale visant à lutter contre la traite intitulée « Not for Sale » (Pas à vendre) a été lancé le 12 avril 2016 par le Ministère tunisien de la justice, avec le soutien de l’OIM en Tunisie.

La campagne vise à sensibiliser le grand public, et en particulier les jeunes, sur l’existence de la traite et les risques associés en Tunisie.

La campagne consiste en 5 mini-films et un spot de sensibilisation réalisés par 30 jeunes tunisiens qui ont été formés par des experts en techniques audiovisuelles. Agés de 16 à 35 ans, les jeunes ambassadeurs sont des étudiants et des professionnels, tous actifs dans la société civile tunisienne. Ils ont présenté leur travail lors du lancement de la campagne à Tunis, mardi 12 avril.

« J’ai appris que certaines pratiques en Tunisie, comme le travail domestique des enfants, sont une forme de traite des personnes. C’est une question importante que je souhaite continuer à étudier dans mon travail journalistique », a expliqué Mohamed Slim Gam, l’un des participants.

Chaque mini-film traite d’un type spécifique de traite interne ou transfrontalière identifié en Tunisie. Ils seront largement diffusés sur les réseaux sociaux, au cinéma et dans les festivals. Le spot de sensibilisation, auquel participe un acteur tunisien populaire, sera diffusé à la télévision nationale tunisienne.

La traite des personnes est un problème mondial qui touche aussi la Tunisie. Une étude préliminaire publiée par l’OIM en 2013 a montré que la Tunisie était un pays d’origine, de destination et de transit pour les victimes de traite. La traite interne concerne principalement les enfants, les femmes et les personnes handicapées, qui sont forcés à travailler dans la servitude domestique, la mendicité ou l’exploitation sexuelle, et à participer à des activités criminelles. La traite transnationale ou transfrontalière touche principalement les étrangers sur le territoire tunisien, souvent les ressortissants d’Afrique subsaharienne exploités dans le travail domestique et le travail forcé, notamment dans l’agriculture.

Au niveau institutionnel, la traite des personnes est un thème actuel et des mesures sont prises par les autorités tunisiennes pour la combattre activement : un projet de loi contre la traite doit être prochainement promulguée par le parlement tunisien.

Ce projet de loi répond aux normes internationales, notamment au Protocole de Palerme pour prévenir, réprimer et puni la traite des personnes (2000) et à la loi type de la Ligue arabe visant à lutter contre la traite des personnes (2012).

« La Tunisie est engagée dans les « 4 P » pour lutter contre la traite (Prévention, Protection, Poursuites et Partenariats), qui constitue l’un des piliers du projet de loi. La campagne, la première du genre en Tunisie, contribue au premier pilier du projet de loi et nous sommes très contents de la lancer ensemble avec l’OIM », a déclaré Salma Abida, présidente de la Commission provisoire pour la lutte contre la traite en Tunisie.

La campagne est l’une des initiatives soutenues dans le cadre du projet de l’OIM SHARE II, qui est conçu pour aider le gouvernement tunisien à lutter contre la traite et à aider les victimes. Ce projet est mis en œuvre par l’OIM en Tunisie en partenariat avec le gouvernement et les ONG et est financé par le Bureau chargé de lutter contre la traite du Département d’Etat américain.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Lorena Lando, OIM Tunisie, Tel. +216 71 860 312, Email: llando@iom.int, ou Hélène Le Goff ; Email: hlegoff@iom.int