Le Dialogue international sur la migration ouvre la voie aux consultations pour un Pacte mondial sur les migrations

Posted: 
04/21/17
Themes: 
IOM Governing Bodies

Nations Unies - Le tout premier Dialogue international sur la migration (IDM) de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) depuis que l’Organisation a rejoint les Nations Unies l’année dernière, s’est déroulé les 18 et 19 avril au siège des Nations Unies à New York.

Avec pour thème le « renforcement de la coopération internationale et de la gouvernance en matière de migrations en vue d’adopter un Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières en 2018 », l’IDM a rassemblé plus de 300 représentants d’Etats, de la société civile et d’autres acteurs clés issus des secteurs compétents en la matière.

Les participants ont fait part de recommandations pour développer la cohérence entre les différents niveaux de gouvernance des migrations, pour promouvoir les mécanismes de coopération en matière de migration et pour identifier des éléments concrets pour la création d’un cadre mondial de la migration.

L’atelier de deux jours était également l’occasion pour les Etats et tous les acteurs compétents en matière de migration d’encadrer les objectifs principaux du Pacte mondial et de l’intégrer dans les structures normatives existantes et dans le Programme pour le développement durable 2030.

« Le Pacte mondial représente une occasion historique de réaliser l’objectif d’un monde où les migrants se déplacent par choix plutôt que par nécessité, un monde de possibilités de migration par des voies sûres, ordonnées et régulières, et un monde dans lequel la migration est bien gérée et représente une force positive pour les individus, les sociétés et les Etats », a déclaré William Lacy Swing, Directeur général de l’OIM, lors de son discours d’ouverture.

Et d’ajouter : « l’OIM imagine un Pacte mondial qui mettra les besoins, les capacités et les contributions des migrants au cœur de sa mission, en vue de garantir leur sécurité, leur dignité et leurs droits fondamentaux. »

Louise Arbour, Représentante spéciale du Secrétaire général pour les migrations internationales (SRSG), s’est joint à l’Ambassadeur Swing pour souligner que la communauté internationale avait désormais « la grande responsabilité d’œuvrer pour une migration sûre, ordonnée et régulière, de manière raisonnée et réaliste, en vue d’améliorer la vie de millions de migrants, de ceux qu’ils laissent derrière elles et de ceux qui les accueilleront en chemin et à leur destination finale. »

« Il nous appartient à tous ici d’accepter pleinement la mobilité humaine et de reconnaître qu’une bonne gouvernance des migrations nécessite un engagement dans une réelle coopération. Les personnes dans les pays de transit et de destination ne doivent pas être encouragées à percevoir les migrants comme des poids ou pire, comme des menaces à leur mode de vie », a déclaré Mme Arbour lors de son discours liminaire.

L’atelier de deux jours était divisé en 6 groupes qui comprenaient des représentants de haut-niveau des Etats et de la société civile.

« Nous devons reconnaître les contributions de nombreux migrants qui migrent régulièrement. Ils comblent ainsi les lacunes en matière de main-d’œuvre, renforcent l’économie, créent des emplois à travers l’entreprenariat, apportent une jeunesse dans les pays où les taux de natalité sont faibles et partagent leur culture avec les habitants de leur pays d’adoption », a souligné Ahmed Hussen, Ministre canadien de l’immigration, des réfugiés et de la citoyenneté.

« La stratégie que nous avons prévue est globale : elle tient compte de l’attitude émergente de l’opinion publique, liée au sentiment d’insécurité de nos citoyens, et appelle à mieux gérer les frontières. Elle tient aussi compte de la nécessité de changer le discours sur la migration, en mettant en avant ses aspects positifs et la contribution des migrants à une société multiculturelle et prospère », a déclaré Luigi Maria Vignalli, Directeur général pour les politiques migratoires du Ministère italien des affaires étrangères.

Monseigneur Robert J. Vitillo, Secrétaire général de la Commission catholique internationale sur les migrations, a prôné une « approche centrée sur les ODD ». « Deux années pourraient être consacrées aux cibles et objectifs les plus urgents et atteignables rapidement, notamment la détermination plus systématique du meilleur intérêt de l’enfant, la réforme des pratiques de recrutement des travailleurs, les alternatives à la détention et les programmes de départ ordonné. Cinq années seraient consacrées aux objectifs plus difficiles à atteindre, comme le retour et la réintégration, et quinze années dédiées à leur pleine réalisation », a-t-il déclaré.

« Le Pacte mondial devrait donc faire partie d’un cadre qui soit cohérent avec les cibles du Programme 2030 relatives à la migration. En termes pratiques, cela signifie que l’un des objectifs du Pacte devrait être de nous donner une feuille de route pratique pour atteindre l’objectif 10.7 », a déclaré Amina Mohamed, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies, lors de son discours de clôture.

Les participants ont aussi largement salué le rôle central et l’expertise de l’OIM dans le processus de création du Pacte mondial. Dans son discours, Peter Thomson, Président de la 71ème Assemblée Générale, a fait remarquer que le soutien de l’OIM au processus intergouvernemental continuera d’être essentiel à mesure de son évolution, en particulier s’agissant d’étendre l’expertise technique et politique requise aux Etats membres. Il a également reconnu la collaboration étroite entre l’OIM, l’Office du PGA et l’Office du SRSG.

La vision de l’OIM repose sur quatre fondements : la protection des droits des migrants ; la migration sûre, ordonnée et régulière ; la diminution de l’incidence et des impacts de la migration forcée et irrégulière ; et la lutte contre les conséquences des catastrophes d’origines naturelles et humaines sur la mobilité.

Les résultats de cet IDM et du deuxième prévu les 18 et 19 juillet à Genève alimenteront la phase de consultation du Pacte mondial sur les migrations qui aboutira à la réunion préparatoire au Mexique en décembre.

Pour plus d’informations sur le programme et les documents de travail de la réunion, veuillez consulter la page internet du Dialogue international sur la migration : https://www.iom.int/idm-2017-global-compact-migration

ou contactez Azzouz Samri, responsable de la Division des organes directeurs, Tel: +41227179468, Email: asamri@iom.int  

IOM’s first International Dialogue on Migration (IDM) at the United Nations (UN) Headquarters in New York since joining the UN last year. Photo: IOM/John Walder