Le football pour combattre la violence : la finale de la Ligue centrafricaine de football diffuse le message de cohésion sociale et de non-violence de l’OIM

Posted: 
03/02/18
Themes: 
Community Stabilization

Bambari - Les violences ethniques sévissent depuis des décennies en République centrafricaine, mais la participation communautaire contribue fortement à apaiser les tensions en rassemblant les adversaires pour des réunions résolument moins meurtrières. Le football en est un exemple récent.

Dans la préfecture d’Ouaka, l’OIM a fourni un soutien financier et technique pour la finale de la coupe de la ligue de football locale, un événement populaire à travers tous les âges et toutes les communautés. Le week-end dernier (25/02), le football a été utilisé pour promouvoir le travail de l’OIM dans la ville.

Lors de la cérémonie d’ouverture, le Maire de Bambari, le Préfet d’Ouaka et le responsable du programme de l’OIM, Giacomo Gabbrielli, ont mis en avant l’importance du sport comme moyen de promotion de la paix et de la non-violence.

Ces valeurs ont été réaffirmées pendant la mi-temps dans un spectacle de théâtre sur les risques de la circulation illégale des armes et leur rôle dans l’escalade du conflit plutôt que dans le règlement des conflits individuels et communautaires.

La finale de la coupe était aussi l’occasion de familiariser les supporters avec l’OIM et ses activités. L’OIM a ouvert son antenne à Bambari en décembre 2017, et participé au projet de réduction de la violence communautaire financé par le Bureau d’appui des Nations Unies pour la consolidation de la paix et la MINUSCA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine).

Le projet vise à améliorer la situation sécuritaire en réintégrant les membres des groupes armés qui sont inéligibles au Programme de désarmement, de démobilisation et de réintégration ou en utilisant les mécanismes en place de dialogue intra et intercommunautaire pour prévenir la violence et résoudre les conflits dans la paix. Les jeunes locaux qui ne sont pas affiliés aux groupes armés mais qui, par manque d’opportunités d’emploi ou d’autres sources de revenu peuvent avoir recours à la violence, sont également ciblés par le projet.

« L’événement était une bonne occasion pour sensibiliser à la résolution de conflits et au travail de l’OIM à Bambari », a déclaré Giacomo Gabbrielli. « Les fans étaient géniaux et je pense qu’ils ont aussi apprécié le spectacle de mi-temps sur le rôle fondamental des armes illégales. »

Lors du match de finale, le Sica Sport de Bambari et l’Ippy, se sont affrontés sur le stade municipal devant les autorités locales, les organisations de la société civile et 4 à 5 000 supporters. L’atmosphère du match était électrique et c’est le Sica Sport de Bambari qui a remporté la victoire (score final 3-0).

L’OIM a couvert les coûts opérationnels de l’événement et a apporté un concours financier aux deux équipes lors de la cérémonie de remise de la coupe.

Le niveau de violence continue d’augmenter en RCA car la fragmentation des groupes armés crée de nouveaux sujets de tension, en particulier dans les régions du centre et du nord-ouest du pays. Les besoins humanitaires grandissent à travers le pays : la moitié de la population a besoin d’aide et une personne sur 4 a des besoins urgents en raison de la vulnérabilité chronique. La communauté humanitaire doit donc revoir son plan humanitaire de trois ans pour la RCA en 2018, seulement un an après son lancement.

Pour la première fois depuis 2014, le nombre de déplacés internes a atteint les 600 000 l’an dernier, après avoir connu une augmentation de 50 pourcent en 12 mois. Le nombre de déplacés internes dépasse désormais le nombre de réfugiés centrafricains dans les pays voisins.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Giacomo Gabbrielli, OIM RCA, Tel : +23675099176, Email : ggabbrielli@iom.int

  • The cup final ended with a 3–0 victory for Sica Sport of Bambari. © IOM

  • A theatrical performance during the half-time break brought attention to the risks related to the illegal circulation of arms. © IOM