Le terrain hostile ralentit la distribution d’aide d’urgence aux réfugiés Rohingyas

Posted: 
11/10/17
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Refugee and Asylum Issues

Cox’s Bazar – Depuis le 25 août, quelque 613 000 réfugiés Rohingyas sont arrivés à Cox’s Bazar, au Bangladesh, fuyant la violence au Myanmar. La région compte désormais plus de 826 000 réfugiés au total.

Les sites de fortune où les Rohingyas se sont installés sont surpeuplés et bâtis sur un terrain inhospitalier et vallonné, sans système d’écoulement adéquat, ni accès à la route. Les quelques routes qui existent sont très encombrées, ce qui rend très difficile l’accès aux réfugiés pour leur fournir l’aide et les services dont ils ont besoin.

Sur le site d’expansion de Kutupalong – Balukhali, qui accueille aujourd’hui quelque 423 000 réfugiés et où l’OIM est chargée de coordonner la gestion du site, de nombreuses zones sont extrêmement difficiles d’accès.

Les réfugiés marchent pendant des heures sous un soleil de plomb, portant souvent sur leurs épaules de lourds colis depuis les points de distribution vers leurs abris. Le relief montagneux et les chemins dangereux rendent difficile le déplacement des enfants, des personnes âgées et des personnes handicapées.

En octobre, l’OIM a construit 850 mètres de route vers Balukhali pour permettre aux organismes humanitaires d’acheminer de l’aide à au moins 50 000 réfugiés. « La route a grandement amélioré l’accès à la fois pour les réfugiés et pour les acteurs humanitaires », a déclaré Stephen Waswa Otieno, chargé du projet d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH) de l’OIM.

« Les entrepreneurs peuvent désormais amener des matériaux sur le site, ce qui nous a permis de construire de nouvelles infrastructures essentielles. Par exemple, l’un de nos partenaires vient juste de construire un nouveau centre de distribution, permettant ainsi la fourniture d’aide aux familles qui en ont besoin », a-t-il fait remarquer. L’OIM travaille actuellement sur six autres projets pour fournir un accès aux routes menant aux camps et à l’intérieur des sites. Elle construit également cinq ponts qui permettront aux personnes et aux véhicules de traverser les canaux et les cours d’eau à différents endroits des sites.

L’OIM œuvre également en vue de réduire la menace de glissements de terrain sur les terres récemment déboisées où de nombreux abris sont perchés à flanc de colline. Les équipes de l’OIM distribuent des sacs que les réfugiés peuvent remplir de terre à utiliser pour créer des murs de rétention. Elle peut également être utilisée pour construire des abris sur le sol en terre, pour les garder au sec, en particulier lorsque des crues éclair se produisent.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Olivia Headon, OIM Cox’s Bazar, Tel : +8801733335221, Email : oheadon@iom.int

  • A Rohingya refugee arrives at Balukhali carrying all of his possessions. Once surveyed, he will be given materials to build a shelter and will hike to a less congested part of the site. Photo: Olivia Headon / UN Migration Agency (IOM) 2017

  • A group of newly arrived Rohingya refugees hike up a steep hill to a less congested part of Balukhali to find space to build their shelters. Photo: Olivia Headon / UN Migration Agency (IOM) 2017

  • Much of Balukhali site, where Rohingya refugees are living, is extremely hostile, hilly terrain, which makes aid delivery difficult. Photo: Olivia Headon / UN Migration Agency (IOM) 2017