Les Iraquiens déplacés continuent de connaître des difficultés malgré la fin des opérations militaires à Hawija

Posted: 
10/06/17
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Internally Displaced Persons, Shelter

Arbil -  Au lendemain de l’annonce du gouvernement iraquien, le 5 octobre, informant que la ville d’Hawija et les secteurs alentours ont été repris, la Matrice de suivi des déplacements de l’OIM a révélé que plus 33 000 personnes ont été déplacées depuis le lancement de l’offensive il y a deux semaines. Parmi elles, plus de 15 200 sont toujours déplacées et 17 700 sont rentrées chez elles.

Le 21 septembre, les forces iraquiennes ont débuté les opérations militaires contre les derniers résistants de Daesh au centre de l’Iraq - dans les districts de Kirkuk et de Shirqat à Salah al-Din - dont le groupe s’était emparé en 2014.

D’après les dernières données de la DTM, la plupart des nouveaux déplacés d’Hawija et de Shirqat ont été amenés dans des camps et des sites d’urgence situés dans les trois gouvernorats de Kirkuk, Ninive et Salah Al-Din.
Ces deux dernières semaines, Ziyad Khalas, chargé de l’information de l’OIM sur le site d’urgence d’Haj Ali, a supervisé l’enregistrement de plus de 6 700 personnes (plus de 1 300 familles). « En prévision de l’afflux de nouveaux déplacés internes depuis Hawija et Shirqat vers notre site, nous avons préparé des emplacements de tente et des fournitures médicales », a déclaré Ziyad Khalas.

Toutefois, M. Khalas a ajouté que dans ce contexte d’urgence humanitaire, les difficultés étaient inévitables car « de nombreux déplacés, notamment les femmes et les enfants, sont malnutris et nécessitent des soins spéciaux dès le départ. »
Au 4 octobre, 30 156 personnes (6 538 familles) vivent sur le site d’urgence d’Haj Ali. Toutes les familles déplacées à Haj Ali reçoivent une tente, un colis d’aide de base et un accès aux services médicaux.
« Nous avons fui avec d’autres familles pendant la nuit et avons marché plus de huit heures pour atteindre le poste-frontière, puis nous avons été transférés vers le site d’urgence d’Haj Ali », a déclaré Um Enes, qui a effectué le périple avec ses deux enfants pendant la première semaine de l’opération.

Um Enes fait partie des dizaines de nouveaux déplacés soignés au centre médical de l’OIM à Haj Ali après avoir été malnutris et mal soignés pendant près de trois ans.

Hannan est une autre patiente du centre médical. Elle a fui Hawjia avec ses huit enfants, quatre garçons et quatre filles.

« Nous avons fui. Nous avons tout abandonné derrière nous. Nous n’avons emporté que les vêtements que nous portions. Je ne me suis pas douchée depuis une semaine car je n’ai pas de vêtements de rechange », a raconté Hannan de son départ hâtif d’Hawija.

« Cette nuit-là, mes enfants et moi avons marché pendant cinq heures avec des milliers d’autres gens. Dans la précipitation, mon mari a été séparé de nous et s’est retrouvé à Kirkuk. Ziad, mon fils de sept ans, a été touché par une balle lorsque nous étions en fuite. Même avec sa blessure, il a dû marcher. Il est blessé et aura besoin d’une opération », a confié Hannan, assise aux côtés de Ziad, un sac d’urine attaché à lui.

La dernière vague de déplacés internes intervient en plus des 102 708 déplacés d’Hawija déjà identifiés par la DTM de l’OIM entre août 2016 et le 20 septembre 2017 en raison des opérations militaires antérieures.

Wijdan, récemment déplacée d’Hawija, a confié que son fils de trois ans était en mauvaise santé depuis quatre ou cinq mois. « Ces deux derniers jours, il n’a pas mangé. Il ne marche pas. Les soins de santé ne sont pas disponibles ici. Mon fils est aujourd’hui gravement déshydraté et a urgemment besoin d’aide », a expliqué Wijdan, qui a deux autres fils, ajoutant qu’elle a dû fuir à pied en portant son fils malade.

Le mari de Wijdan a été tué il y a trois ans et elle est désormais seule : « ma mère et mon frère sont restés à Kirkuk. Dieu merci nous sommes en sécurité à Haj Ali. Ici un médecin de l’OIM a soigné mon fils en lui administrant des liquides par intraveineuse. Il sera prochainement transféré vers l’hôpital. »

L’aperçu de la DTM de l’OIM en Iraq sur la crise du déplacement à Hawjia et Shirqat au 5 octobre 2017 peut être téléchargé à l’adresse suivante : http://iomiraq.net/article/0/hawija-and-shirqat-crisis-displacement-overview-5-october-2017

A travers l’Iraq, plus de 3,2 millions d’Iraquiens sont toujours déplacés en raison de la crise actuelle qui a débuté en janvier 2014. Près de la moitié vit dans des logements privés tandis que 24 pourcent sont dans des camps et 12 pourcent dans des installations de fortune (camps informels, édifices religieux, bâtiments abandonnés). Les conditions de logement des 14 derniers pourcent sont inconnues.

Pour plus d’informations sur le déplacement en Iraq, consultez le site de la DTM de l’OIM en Iraq : http://iraqdtm.iom.int/default.aspx

Pour plus d’informations, veuillez contacter l’OIM en Iraq : Sandra Black, Tel : +964 751 234 2550, Email : sblack@iom.int

  • Medical staff helps displaced families at the Haj Ali emergency site. Photo: Sandra Black / UN Migration Agency (IOM) 2017

  • Internally displaced Iraqis from Hawija wait for medical care at an IOM clinic in Haj Ali emergency site. Photo: Sandra Black / UN Migration Agency (IOM) 2017