L’OIM a aidé plus de 70 000 migrants à rentrer chez eux volontairement et à se réintégrer en 2017

Posted: 
07/10/18
Themes: 
Assisted Voluntary Return and Reintegration

Genève - Aujourd’hui, 10 juillet, l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, fait état de 72 176 migrants rapatriés chez eux volontairement en 2017 avec l’aide de l’Organisation, à travers ses programmes d’aide au retour volontaire et à la réintégration (AVRR). Les tendances et chiffres clés sont mis en lumière dans le dernier rapport de l’OIM intitulé « Assisted Voluntary Return and Reintegration 2017 Key Highlights. » 

Le nombre de migrants aidés pour leur retour volontaire représente une baisse de 27 pour cent par rapport à 2016, lorsque 98 403 migrants avaient reçu une aide au retour et à la réintégration. Cette baisse est principalement due au volume moins important de retours volontaires depuis l’Espace économique européen (EEE) et la Suisse, qui reste néanmoins la région depuis laquelle la majorité des bénéficiaires sont rentrés.

Cependant, il convient de noter que le nombre de bénéficiaires de l’AVRR en 2017 reste considérablement plus élevé que ceux enregistrés durant la période 2005-2015 et doit donc être considéré comme « un retour à la normale » après une année exceptionnelle.

Les bénéficiaires de l’AVRR en 2017 sont rentrés de 124 pays vers 165 pays et territoires d’origine. L’Allemagne reste le principal pays d’accueil (41 pour cent du total) et l’Albanie demeure le principal pays d’origine malgré une baisse du nombre de bénéficiaires de 54 pour cent et de 60 pour cent respectivement.

Près d’un tiers des migrants aidés par les programmes AVRR de l’OIM était des femmes ; un quart était des enfants.

Sur le nombre total de personnes aidées, 3 331 ont été identifiées comme vulnérables, notamment : des migrants ayant des besoins médicaux (48 pour cent), des victimes de traite (34 pour cent) et des enfants migrants non accompagnés (18 pour cent).

Certaines tendances observées en 2016 ont également été confirmées l’an dernier, comme le nombre croissant de retours volontaires depuis des pays de transit (par exemple depuis la Grèce ou le Niger) et le nombre croissant de retours à l’intérieur d’une même région, en particulier au Moyen-Orient et sur le continent africain.

Le rapport présente également certaines des principales initiatives mondiales de l’OIM pour l’année 2017, notamment : la récente conceptualisation de l’approche intégrée de l’OIM à la réintégration dans le contexte du retour et le développement d’indicateurs pour mieux mesurer les résultats de la réintégration, qui sont appliqués dans le cadre des Actions extérieures UE-OIM en soutien à la protection et à la réintégration des migrants. 

Le rapport montre également qu’en 2017, l’OIM a continué à mieux faire entendre la voix des rapatriés, en faisant la promotion de nouveaux outils et possibilités permettant aux rapatriés et à leurs communautés de partager leurs histoires.

« Les initiatives mises en place l’an dernier illustrent l’engagement de l’OIM à renforcer la nature et la qualité de l’aide au retour volontaire et à la réintégration fournie aux rapatriés », a déclaré Anh Nguyen, responsable de la Division de la protection et de l’aide aux migrants de l’OIM. « Comme il a été souligné lors des récents débats autour du Pacte mondial sur la migration, il faut faciliter le retour volontaire et favoriser la réintégration durable des rapatriés dans leurs communautés, en créant les conditions nécessaires pour la sécurité personnelle, l’émancipation économique, l’inclusion et la cohésion sociale. »

Pour consulter le rapport « AVRR 2017 Key Highlights » de l’OIM, rendez-vous ici (en anglais).  Pour plus d’informations sur les programmes AVRR de l’OIM, rendez-vous ici.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Nicola Graviano, siège de l’OIM, Tel : +41 22 717 94 72 ou Email : ngraviano@iom.int