L’OIM forme des officiers de l’immigration libériens à lutter contre la migration irrégulière et le trafic illicite de migrants

Posted: 
09/11/18
Themes: 
Capacity Building, Counter-Trafficking, Human Smuggling

Moshi - En collaboration avec le Ministère néerlandais de la justice, le Service de la sécurité, du rapatriement et du départ (R&DS) et les Service d’immigration du Libéria (LIS), l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, organise une formation de formateurs de cinq jours sur les documents de sécurité et la détection des fraudes, à Moshi, en Tanzanie. 

La formation a débuté hier (10/09) et s’achèvera vendredi (14/09). Elle est dispensée par le Centre africain de renforcement des capacités de gestion des migrations et des frontières (ACBC) en collaboration avec des formateurs experts. Douze officiers de l’immigration des services d’immigration du Libéria et des experts venus des Pays-Bas, l’équipe de l’ACBC de l’OIM et des homologues tanzaniens seront présents. 

Outre les formations en salle de classe et le travail concret dans le nouveau laboratoire de détection de documents falsifiés de l’ACBC, des excursions de terrain sont prévues, notamment dans un poste frontière unique à Holili, à la frontière entre la Tanzanie et le Kenya. 

Tous les officiers participants à l’événement ont déjà suivi au moins une formation dans ce domaine. La sélection des officiers pour la formation de formateurs était basée sur leur performance lors de la formation initiale ainsi que sur leurs expériences professionnelles spécifiques au sein de leur service. 

Le Dr. Qasimi Sufi, chef de mission de l’OIM en Tanzanie, a souligné que « l’OIM était reconnaissante envers le donateur néerlandais et le gouvernement tanzanien pour leur soutien marqué en vue de mieux gérer les migrations sur le continent africain. » 

« Il est très important que ces formations au renforcement des capacités aient lieu sur le continent africain et soient dispensées par des experts africains. Soutenir et stimuler l’apprentissage et l’échange à l’intérieur de la région est l’une des principales caractéristiques et l’un des objectifs de l’ACBC de l’OIM », a ajouté Florian Forster, responsable de la gestion de l’immigration et des frontières basé au siège de l’OIM à Genève. 

Lors de son discours d’ouverture, Marcellino Ramkishun, chargé de la gestion des migrations à l’ACBC, a souligné à quel point les contrôles d’intégrité des documents sont importants dans le processus de gestion des migrations, en particulier pour la protection des migrants. « La position géographique du Libéria dans le cercle de croissance de l’Afrique de l’Ouest et dans un couloir commercial majeur en fait un acteur important de la lutte contre la circulation illicite de biens et de personnes », a-t-il ajouté. 

L’objectif de la formation de formateurs est d’améliorer les connaissances des officiers de l’immigration libériens en la matière et d’enseigner des techniques pour que les personnes formées deviennent à leur tour des formateurs qualifiés et qu’ils puissent ainsi dispenser des formations à leurs homologues au Libéria. 

La formation est la quatrième du genre mise en œuvre dans le cadre du projet intitulé « Enhancing Migration Management in African States through Training and Capacity Building on Integrated Border Management and Countering Irregular Migration » et financé par les Pays-Bas. 

Pour plus d’informations, veuillez contacter l’ACBC de l’OIM en Tanzanie :
Marcellino Ramkishun, Email : mramkishun@iom.int, Tel : +255 272 753 488
Nelson Goncalves, Email : ngoncalves@iom.int, Tel : +255 272 753 488

  • Liberian Immigration Officers’ visit to the Holili-Taveta One-Stop-Border-Post between Tanzania and Kenya. Photo: IOM

  • Representatives from the Dutch Ministry of Justice and Security/ Repatriation and Departure Service, the Liberian Immigration Services and IOM. Photo: IOM