L’OIM organise une visite de diplomates d’Afrique de l’Ouest dans des centres de détention en Libye

Posted: 
05/06/16

Libya - Pour la première fois depuis deux ans, des représentants de huit ambassades d’Afrique de l’Ouest en Libye se sont rendus dans des centres de détention à l’intérieur et à l’extérieur de Tripoli, où leurs ressortissants sont détenus.

L’OIM a coopéré avec les autorités libyennes pour permettre la visite de diplomates venus du Sénégal, de Côte-d’Ivoire, du Mali, de Guinée Conakry, du Ghana, du Nigéria, du Niger et de Gambie au centre de détention d’Al Garabulli, situé à une heure à l’est de Tripoli, le 3 mai dernier. Le centre détient actuellement 315 ressortissants d’Afrique de l’Ouest.

L’objectif de la visite était de permettre aux diplomates de vérifier les conditions de détention de leurs ressortissants, d’examiner des solutions et des moyens pour les faire libérer et d’identifier les détenus intéressés par le rapatriement humanitaire volontaire. Quelque 202 des 315 détenus d’Al Garabulli ont exprimé leur intérêt à retourner volontairement dans leur pays d’origine.

Le 2 mai, une autre visite a été organisée au centre de détention d’Abu Salim à Tripoli, où 450 migrants d’Afrique de l’Ouest sont détenus. Des diplomates du Nigéria, du Niger, de Gambie, de Guinée Conakry et du Sénégal avaient participé. Sur les 450 migrants du centre, 370 ont exprimé un intérêt pour le rapatriement volontaire.

Othman Belbeisi, chef de mission de l’OIM en Libye a déclaré que les visites étaient précieuses. « Elles sont très importantes pour maintenir le contact entre les migrants et leurs ambassades. Elles renforcent également la lutte menée par l’OIM contre la détention de migrants irréguliers et contribuent à résoudre leur situation. »

Pour plus d’informations, veuillez contacter Othman Belbeisi, OIM Libye, Tel. +216 29 600 389. Email: elbeisi@iom.int  

West African diplomats visit Libya’s Al Garabulli migrant detention centre. Photo: IOM 2016
West African diplomats visit Libya’s Al Garabulli migrant detention centre. Photo: IOM 2016