L’OIM soutient la réintégration économique des Ethiopiens rapatriés dans le cadre de l’Initiative conjointe UE-OIM

Posted: 
05/11/18
Themes: 
Assisted Voluntary Return and Reintegration, Community Stabilization, EUTF

Addis-Abeba - Cette semaine, l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, a fourni la première aide à la réintégration économique à 29 migrants irréguliers éthiopiens rapatriés dans le cadre de l’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants en Afrique de l’Est et dans la corne de l’Afrique. Les migrants sont retournés dans leurs communautés d’origine dans la région somalienne des Nations, Nationalités et Peuples du Sud (NNPS), qui fait partie des régions les plus touchées par la migration irrégulière.

Le groupe a été formé aux techniques agricoles comme l’engraissement des bovins et des chèvres, le commerce des céréales et des produits laitiers ainsi que la création et la gestion d’entreprise. Du fourrage pour bovins a également été donné aux rapatriés pour démarrer leur activité d’engraissement des bovins. D’ici la fin du mois de mai, 91 rapatriés auront reçu l’aide de l’Initiative conjointe. L’équipe de l’OIM dans la région des NNPS fournit une aide similaire à la réintégration aux 62 rapatriés restants.

L’OIM a dispensé une formation à la gestion d’entreprise et de projet et a réalisé des consultations individuelles avec les rapatriés pour élaborer leur stratégie commerciale. Certains ont passé plusieurs mois ou années à l’étranger et ont aujourd’hui peu de connaissances sur le contexte actuel dans le pays. Les consultations personnalisées et la formation leur ont permis d’identifier et de cartographier les créneaux d’affaires dans leurs communautés respectives et d’être en conformité avec les exigences actuelles du gouvernement.

« Je travaillais dans l’industrie agroalimentaire avant de décider de quitter l’Ethiopie », a déclaré Abush Girma, l’un des rapatriés, qui a passé près de trois ans en tant que migrant irrégulier en Zambie et en Tanzanie, en tentant d’atteindre l’Afrique du Sud. « J’ai payé un passeur 3 000 dollars pour le voyage. Quand je suis rentré, je n’avais rien. J’ai essayé de créer une petite entreprise mais j’ai échoué car je n’avais pas de capital de départ… Je suis très content d’avoir eu la chance de recevoir une aide à la réintégration… Je travaillerai dur dans mon pays pour améliorer ma situation », a-t-il ajouté.

Le programme fait partie de l’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants qui facilite la gestion de la migration sûre, ordonnée, régulière et responsable en élaborant des politiques et processus de protection et de réintégration durable fondés sur les droits et centrés sur le développement. L’Initiative conjointe UE-OIM, financée par le Fonds fiduciaire de l’UE, a été mise en œuvre en coopération étroite avec 26 pays africains au total.

« Ce qu’il se passe après le retour des migrants est souvent plus important que de les aider à rentrer chez eux », a déclaré Sara Basha, coordonnatrice du programme avec l’OIM en Ethiopie. « L’Initiative conjointe UE-OIM met en œuvre une approche innovante en vue de trouver des solutions de réintégration durable pour les migrants et leurs communautés. Elle vise à permettre aux rapatriés de redémarrer leur vie dans leur pays d’origine à travers une approche intégrée à la réintégration qui soutienne à la fois les migrants et leurs communautés. Elle a également le potentiel de compléter le développement local et de réduire certains des moteurs de la migration irrégulière », a ajouté Sara Basha.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Helina Mengistu, OIM Addis-Abeba, Tel : +251 11 557 1550 (Ext 109), Email : hmengistu@iom.int

  • One of the returnees Abush Girma, used his reintegration grant to start livestock rearing business. Photo: IOM

  • Some of the returnees after entrepreneurship training. Photo: T.Biramo/IOM