L’OIM soutient le Burkina Faso dans le lancement du Système d’analyse des données et des informations migratoires

Posted: 
10/06/17
Themes: 
Integrated Border Management

Ouagadougou - Le gouvernement du Burkina Faso a récemment (29/09) lancé le Système d’analyse des données et des informations migratoires (MIDAS) à son poste à Dakola, à la frontière entre le Burkina et le Ghana. Installé avec le soutien financier du gouvernement du Japon, MIDAS permettra au gouvernement burkinabé de mieux gérer la circulation des biens et des personnes à travers ses frontières.

La gestion des frontières au Burkina Faso est une question importante compte tenu des frontières poreuses qui entravent la capacité du pays à contrôler efficacement la circulation des biens et des personnes et à prévenir les menaces à la sécurité intérieure. D’où la nécessité de déployer une intervention coordonnée avec l’aide à la fois des communautés frontalières et des autorités.

Le lancement de MIDAS fait partie du projet Renforcer la sécurité frontalière au Burkina Faso, mis en œuvre par la Police aux frontières et par l’OIM. Le projet vise à renforcer les capacités opérationnelles et techniques des structures et des acteurs de la gestion des frontières, en particulier la Police aux frontières, et à soutenir la collaboration entre les forces de sécurité et les communautés frontalières. Il fait suite au projet de Gestion coordonnée des frontières au Mali, au Niger, au Burkina Faso et en Mauritanie, également financé par le gouvernement du Japon, et qui a permis d’installer MIDAS dans trois postes-frontières en 2016.

D’après Victor Akowe Zanguyo, Maire de Po, une ville frontalière, le lancement de cet outil répond à un réel besoin. « Chaque jour, nous, peuples des régions frontalières, sommes exposés au phénomène d’insécurité. Ce projet intervient au bon moment car il favorisera la sécurité de notre communauté. »

MIDAS est un système de gestion de l’information aux frontières conforme aux normes internationales, qui permet de recueillir, de traiter, de stocker et d’analyser en temps réel les données sur les voyageurs grâce à un vaste réseau aux frontières d’un pays. Cela permet de mieux gérer les personnes qui pénètrent et quittent le territoire burkinabé, tout en constituant une base statistique solide pour les politiques et stratégies migratoires. Le système a été élaboré par l’OIM en 2009 pour aider les gouvernements à mieux gérer les questions migratoires.

Au Burkina Faso, MIDAS établit une connexion et permet l’échange de données sur les flux migratoires entre tous les postes frontières et les sièges de la Police aux frontières. Le projet permettra d’installer MIDAS également au poste de Kantchari, à la frontière entre le Burkina et le Niger, ce qui en fera le quatrième poste à en être équipé.

Une présentation du système MIDAS a été faite à la fin de la cérémonie par Sibiri Nikiema, Commissaire de Police à la Police aux frontières burkinabé.

« MIDAS est sans aucun doute un outil de technologie avancée dont l’exploitation judicieuse permettra d’améliorer le contrôle aux frontières dans la lutte contre la criminalité transfrontalière, la traite des êtres humains et le trafic illicite de migrants, avec l’existence de groupes terroristes qui ont investi certaines zones de la région », a déclaré Simon Compaore, Ministre de la sécurité.

« J’espère que cet outil aidera les postes frontières à optimiser leurs opérations afin de mieux gérer les frontières et ainsi de lutter contre toute forme de criminalité transfrontalière de manière efficace et coordonnée et de garantir que la circulation des biens et des personnes se déroule en toute sécurité », a déclaré Abibatou Wane, chef de mission de l’OIM au Burkina Faso.

MIDAS a été installé dans trois postes frontières du Burkina Faso, à savoir ceux de Dakola, Madouba et Yendere. Le gouvernement songe à l’étendre aux autres postes frontières du pays. Grâce à cette initiative, l’OIM soutient le gouvernement du Burkina Faso dans ses efforts visant à offrir des alternatives et des solutions durables à la gestion de la sécurité et des flux migratoires.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Anna Steilen, OIM Burkina Faso, Tel. +226 67 39 65 33. Email: asteilen@iom.int

  • From left: Burkina Faso Minister of Security Simon Compaore, Japan’s Ambassador to Burkina Faso Tamotsu Ikezaki, and IOM Burkina Faso Chief of Mission Abibatou Wane at the MIDAS launch inf Dakola border post. Photo: UN Migration Agency (IOM) 2017