Migration environnementale : thème du forum politique régional en Afrique australe

Posted: 
06/08/18
Themes: 
Capacity Building, Migration Policy

Pretoria - L’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, a organisé, cette semaine (05/06), le tout premier Forum politique régional sur la migration, l’environnement et le changement climatique (MECC) pour la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et les Etats membres de la Commission de l’Océan indien (COI) à Pretoria, en Afrique du Sud.

L’événement de deux jours a réuni 40 participants, notamment des responsables d’entités chargées de l’environnement, de la migration et de la gestion des catastrophes de 14 pays de la région, du Secrétariat de la COI, d’organismes des Nations Unies et d’organisations internationales et non gouvernementales. Il est le tout premier du genre dans la région et visait à rassembler les parties concernées pour commenter les conclusions des évaluations de pays et débattre de l’élaboration d’un document d’orientation politique régional qui établira les priorités et stimulera la coopération et les échanges d’idées entre les Etats membres en matière de MECC.

La migration, le changement climatique et l’environnement sont étroitement liés. La dégradation de l’environnement et les catastrophes naturelles peuvent provoquer la migration, tout comme les mouvements de personnes peuvent avoir des effets considérables sur les écosystèmes environnants.

Chaque année, des millions de personnes à travers le monde sont contraintes de quitter leur domicile en raison d’inondations, de tempêtes, de séismes, de sécheresses et d’autres catastrophes. Les facteurs environnementaux ont depuis longtemps un impact sur les flux migratoires dans le monde car les personnes se déplacent depuis toujours dans des conditions difficiles. Toutefois, l’ampleur de ces flux, à la fois internes et transfrontaliers, devrait croître en raison de l’accélération du changement climatique, avec des conséquences sans précédent pour les vies humaines et les moyens de subsistance.

Cette réalité est particulièrement vraie en Afrique australe et dans l’Océan indien occidental. Les modèles de changement climatique développés par le Conseil pour la recherche scientifique et industrielle (CRSI) en Afrique du Sud, prédisent un schéma soutenu de hausse drastique des températures en Afrique australe, qui pourraient augmenter de 7 degrés Celsius dans certaines parties de la région d’ici la fin du siècle.

Dans son discours d’ouverture, Charles Kwenin, Directeur régional de l’OIM pour l’Afrique australe et l’Océan Indien, a fait remarquer que « l’évolution de notre climat redessine intrinsèquement la carte qui montre où - et comment - les gens vivent », et a ajouté que « la nature complexe des événements et réalités dont nous sommes témoins dans la région indique très clairement qu’aucun pays ne peut gérer le problème seul, rendant indispensables le dialogue et la coopération dans la région. »

L’OIM est en première ligne des efforts en matière d’opérations, de recherche, de politique et de sensibilisation en matière de MECC, en cherchant à amener la migration environnementale au cœur des préoccupations internationales, régionales et nationales, en collaboration avec ses Etats membres, observateurs et partenaires, ce qui reflète la priorité des Etats membres à faire avancer les choses dans ce domaine.

Le forum politique régional fait partie d’un projet plus large financé par le Fonds de développement de l’OIM et intitulé : Migration, environnement et changement climatique : données à l’usage des politiques en Afrique australe et dans l’Océan Indien. Ce projet vise à améliorer les connaissances sur le lien entre migration et changement environnemental, afin d’éclairer la formulation des politiques nationales et régionales s’y rapportant et la planification opérationnelle.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Daniel Silva y Poveda, OIM Madagascar, Tel : +26132 56 54 954, Email : dsilva@iom.int

  • Des participants au tout premier Forum politique régional MECC pour la SADC et les Etats membres de la Commission de l’Océan Indien (COI), à Pretoria, en Afrique du Sud. Photo : OIM