Une cinquantaine de migrants éthiopiens et somaliens meurent noyés, jetés par-dessus bord par des passeurs au large du Yémen

Posted: 
08/10/17
Themes: 
Human Smuggling

Aden – Ce matin à l’aube (09/08), un passeur, en charge de l’embarcation, a forcé plus de 120 migrants somaliens et éthiopiens à sauter par-dessus bord dans la mer agitée à l’approche des côtes de Shabwa, un gouvernorat yéménite situé le long de la Mer d’Arabie.

Peu après la tragédie, le personnel de l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, a découvert les corps de 29 migrants sur une plage de Shabwa, au cours d’une patrouille de routine. Les défunts avaient été rapidement recouverts de sable par ceux qui ont survécu aux agissements meurtriers du passeur. L’OIM collabore étroitement avec le Comité international de la Croix-Rouge pour s’occuper des dépouilles des défunts comme il se doit.

Le personnel médical de l’OIM a également fourni des soins urgents aux 27 migrants rescapés, hommes et femmes, qui étaient restés sur la plage. L’OIM a dispensé des examens médicaux et a fourni une aide, notamment de la nourriture, de l’eau et d’autres secours d’urgence. Certains des survivants (environ 42) avaient déjà quitté la plage avant de recevoir de l’aide. 22 migrants seraient toujours portés disparus et restent introuvables. La moyenne d’âge des passagers à bord était de 16 ans.

« Les survivants ont raconté à nos collègues sur la plage que le passeur les avait poussés hors du bateau lors qu’il a aperçu les autorités près de la côte », a expliqué Laurent de Boeck, chef de mission de l’OIM au Yémen. « Il nous ont aussi raconté que le passeur était déjà retourné en Somalie pour continuer ses activités et prendre d’autres migrants pour les amener au Yémen par le même itinéraire, ce qui est choquant et inhumain. La souffrance des migrants sur cet itinéraire est énorme. Trop de jeunes paient des passeurs dans le faux espoir d’un avenir meilleur », a poursuivi M. de Boeck.

Depuis janvier 2017 jusqu’à ce jour, l’OIM estime qu’environ 55 000 migrants ont quitté la corne de l’Afrique pour venir au Yémen, dont la plupart dans le but de trouver de meilleures occasions dans les pays du Golfe. Plus de 30 000 de ces migrants ont moins de 18 ans et sont originaires de Somalie et d’Ethiopie. Parmi eux, un tiers seraient des femmes.

Ce périple est particulièrement dangereux pendant la saison venteuse qui sévit actuellement dans l’Océan Indien. Les passeurs sont actifs dans la Mer Rouge et dans le Golfe d’Aden, faisant de fausses promesses à des migrants vulnérables. L’OIM et ses partenaires sont présents dans la région pour aider ces migrants et fournir une aide d’urgence à ceux qui ont été maltraités ou qui se sont retrouvés bloqués en chemin.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Lina Koussa, OIM Aden, Tel : +967737700120, Email : lkoussatdy@iom.int
Olivia Headon, siège de l’OIM à Genève, Tel : +41794035365, Email : oheadon@iom.int

  • Le personnel de l’OIM se tient aux côtés d’un migrant décédé sur une plage du Yémen. Photo : UN Migration Agency (OIM) 2017

  • IOM staff assist Somali, Ethiopian migrants who were forced into the sea by smugglers. Photo: UN Migration Agency (IOM) 2017

  • IOM staff assist Somali, Ethiopian migrants who were forced into the sea by smugglers. Photo: UN Migration Agency (IOM) 2017