IOM Country Name IOM Logo
OIM France Projets
 

Projets en cours

1 . Dans le cadre de programmes de réinstallation de réfugiés dans un pays tiers, l’OIM assiste les bénéficiaires de ces programmes en transit à l’aéroport CDG et à destination de pays d’accueil tels que les Etats-Unis, le Canada, les pays scandinaves, l’Australie, etc. En 2011, l'OIM Paris a ainsi pu assister 7.799 personnes.

2. Dans le cadre du Programme de réunification familiale, l’OIM est en charge des arrangements de voyage à la demande des bénéficiaires. Pour connaître les procédures, veuillez consulter le document ci-joint:

3. Depuis juin 2008, l’OIM coopère avec la France et le HCR dans le cadre de réinstallation de réfugiés en France. Depuis 2008 l'OIM estégalement partenaire d'un programme d’accueil en France de ressortissants irakiens menacés, déplacés ou réfugiés. L'OIM a signé à cet égard un accord avec l'OFII. Le rôle de l’OIM consiste à assister les bénéficiaires de ces programmes dans la préparation et l'organisation de leur voyage vers la France.

Vous trouverez ci-dessous le livret d’information et d’orientation culturelle rédigé dans le cadre du programme de réinstallation de refugiés en France par Forum Réfugiés et l’OIM France en partenariat avec le Ministère de l'intérieur et avec le soutien financier du Fonds européen pour les réfugiés (FER).

Cet outil, disponible en français et en anglais, a pour objectif d'informer les réfugiés avant leur départ en France sur le processus de réinstallation, les procédures administratives, le premier accueil, ainsi que, de manière plus générale, sur la vie en France, leurs droits et leurs devoirs.

Cet instrument est utilisé également lors de sessions d'information menées sur le terrain par des professionnels auprès de groupes de réfugiés.

- version française

- English version

4. MAGNET
L'objectif général du projet MAGNET est de contribuer au renforcement de la coordination et de la coopération entre les 4 Etats Membres de l’UE (Autriche, Belgique, France et Pays-Bas) dans le domaine de la réinsertion des demandeurs d’asile irakiens déboutés – et les migrants irréguliers irakiens le cas échéant – afin de développer une approche commune relative à l’Irak (Région du Kurdistan d’Irak) et d’améliorer la réinsertion de long terme des bénéficiaires irakiens de l’Aide au Retour Volontaire. Plus précisément, l'objectif du projet est de mettre en place un système commun aux quatre pays hôtes qui faciliterait la réinsertion des ressortissants irakiens bénéficiant des programmes d’Aide au Retour Volontaire et à la Réinsertion (ARVR) vers la Région du Kurdistan d’Irak, en:
- fournissant aux candidats irakiens à l’ARVR des informations, avant leur départ et après leur
arrivée, sur le marché du travail irakien, les secteurs économiques clés, les opportunités de
formation et d’emploi afin d’encourager le placement professionnel proactif des ressortissants
irakiens rentrant volontairement dans la Région du Kurdistan d’Irak.
- renforçant les liens entre l'OIM, les institutions nationales et le secteur privé de la Région du
Kurdistan d’Irak, afin de faciliter le placement professionnel des bénéficiaires irakiens des
programmes d’ARVR.
- améliorant le service existant de placement professionnel déjà inclus dans la plupart des
programmes d’ARVR européens en mettant en place un mécanisme plus structuré permettant de
faire correspondre l’offre et la demande d'emploi.
- aidant les bénéficiaires irakiens des programmes d’ARVR dans leur réinsertion professionnelle
grâce au conseil, à l’orientation et au placement professionnel auprès des employeurs potentiels
en se basant sur les besoins identifiés du secteur privé et les compétences des bénéficiaires irakiens.

Le projet est cofinancé par le fonds européen pour le retour, le Ministère de l'Intérieur français et le Ministère des Affaires Etrangères néerlandais.

Vous trouverez plus d'information sur le site suivant: https://www.magnet-project.eu/home/

5. Le projet Renforcer et Améliorer l’intégration des victimes de la traite (FIIT) a pour objectif d’évaluer les besoins spécifiques des victimes de la traite dans le domaine de l’intégration et d’identifier les bonnes pratiques et les lacunes de chacun des pays partenaires du projet en matière d’intégration des victimes de la traite. Le projet vise à renforcer les liens entre les professionnels investis dans le processus d’intégration des victimes de la traite et à améliorer les mécanismes de coopération et de partage de l’information. Il est mis en place dans 5 pays membres de l’Union européenne (Belgique, France, Hongrie, Italie et Royaume-Uni) par les bureaux nationaux de l’OIM et par des ONGs partenaires. Il a commencé le 1er janvier 2012 pour une durée de 18 mois durant lesquels les activités suivantes seront mises en place :

1. Evaluation, par une recherche documentaire et des interviews, du niveau d’intégration des victimes de la traite dans les pays participants;
2. Organisation de deux visites d’étude et de tables rondes dans deux pays participants qui mettent en place de bonnes pratiques dans le domaine de l’intégration des victimes de la traite;
3. Production d’un kit d’information rassemblant toutes les données utiles sur l’intégration des victimes de la traite ;
4. Organisation d’une conférence finale dans chaque pays participant pour distribuer le kit d’information et disséminer les résultats du projet.

Le projet est cofinancé par le fonds européen pour l’intégration des ressortissants de pays tiers 2010, le ministère de l’intérieur italien et l’association britannique Migrant Helpline.

Vous trouverez plus d'information en consultant la fiche de présentation du projet:

6. Femmes Migrantes : Information Sensibilisation Soutien (FEMISS)
Dans le cadre du Fonds Européen pour l ’Intégration des ressortissants de pays tiers 2011, l’OIM a lancé le 31 octobre 2011 le projet pilote Femmes Migrantes : Information Sensibilisation Soutien (FEMISS), dont l’objectif général est de contribuer à réduire les phénomènes d’inégalité, de violence et de discrimination culturelle et sexuelle. Les activités proposées visent à promouvoir le bien-être, l’intégration psycho-sociale des femmes migrantes et leur accès aux droits. D’une durée de 12 mois, est mis en oeuvre à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) auprès de trois groupes de femmes ressortissantes de pays tiers.

Le but du projet FEMISS est de répondre de manière ponctuelle au besoin d’information des femmes migrantes ou issues de l’immigration en abordant des sujets qui les préoccupent. Dans le respect des diversités et des sensibilités culturelles, ces sujets (qui peuvent varier de la violence domestique à l’accès au travail) sont explorés hors tabous culturels, dans le cadre d’ateliers d’information et de discussion animés par des médiatrices culturelles issues de leur communauté, qui seront soutenues par des acteurs sociaux spécialisés selon les besoins. Ces ateliers sont des lieux de partage d'expériences entre femmes et de réponse aux besoins d’information des bénéficiaires. Les femmes migrantes auront ainsi pour interlocuteurs privilégiés d’autres femmes issues de leur communauté, parlant leur langue et spécialisées dans l’accompagnement social.

 

Projets achevés

1. Programme d’Appui au Retour et à la Réinstallation (ARER).
Dans le cadre du programme « d’Appui au Retour Et à la Réinstallation » (ARER), une assistance technique et matérielle est proposée aux personnes souhaitant rentrer dans leur pays d’origine afin d’y développer des projets économiques générateurs de revenus et d’emploi. Ce programme d’aide au retour et à la réinsertion financé par l’OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration) a débuté en Mai 2009 pour une durée initiale de deux ans.

L’OIM France, en étroite collaboration avec l’OFII et les missions de l’OIM dans les pays de retour, assure la mise en œuvre de ces services. Les pays dans lesquels cette aide à la réinsertion est proposée sont les suivants : Afghanistan, Bangladesh, Djibouti, Ethiopie, Inde, Irak (trois gouvernorats kurdes du Nord), Iran, Kenya, Kosovo, Pakistan, Serbie, Soudan, Sri Lanka.

L’aide dispensée peut prendre plusieurs formes (formation professionnelle, soutien à la création d’entreprise ou aide au retour à l’emploi) et prévoit également un suivi par les employés de l’OIM sur place durant la première année. A l’arrivée, et selon les besoins des bénéficiaires, l’OIM pourra fournir des services additionnels tels que l’accueil à l’aéroport, le transport secondaire, l’hébergement temporaire ou encore une assistance médicale.

Ce programme permet aux personnes voulant rentrer dans leur pays de faciliter leur réinsertion dans le tissu économique et social de leur pays de retour tout en y apportant leur savoir-faire et leurs compétences. A travers ces activités, les bénéficiaires sont également susceptibles de participer favorablement au développement local de leur région.

Veuillez trouver ci-joint la brochure relative au programme ARER:

Français:


2. « Projet Global Calais »: information, dialogue de terrain et conseil à destination des migrants irréguliers disséminés autour de Calais sur les réalités migratoires, le retour volontaire et l’aide à la réinsertion.

Ce projet aborde le problème des migrants irréguliers bloqués dans le Calaisis cherchant à traverser illégalement la Manche. Ces migrants n’ont généralement pas accès à une information objective sur les nouvelles réalités migratoires au Royaume-Uni ni sur les réels dangers d’un passage illégal.

Depuis janvier 2007, l’OIM a mis en place un projet visant à diffuser une information objective et pondérée, dans le but d’instaurer un dialogue avec des migrants en situation de grande difficulté et de promouvoir des alternatives légales et humaines, telles que le programme d'aide au retour volontaire de l’OFII.

Depuis fin mai 2009, l’OIM France propose aux migrants souhaitant rentrer volontairement dans leur pays d’origine de bénéficier d’une aide à la réinsertion.

Selon leur situation personnelle, cette aide peut soutenir la création d’une petite entreprise, une formation professionnelle, un placement professionnel ou encore une reprise d’études. Chaque projet de réinsertion sera soutenu et suivi pendant un an par la mission de l’OIM sur place. L’objectif de cette nouvelle aide à la réinsertion est de rendre le retour des bénéficiaires durable grâce à leur engagement dans une activité génératrice de revenus. Ce projet est mis en place par l’OIM France en collaboration avec les missions de l’OIM dans les pays d’origine et l’OFII.

Vous trouverez ici la note pour la presse en français et en anglais ainsi que les brochures en français, anglais, arabe, persan, sorani, tigrinya, somali, urdu, pachtou, vietnamien, hindi, pendjabi, amharic.

3. Dans le cadre du programme AGIS de la Commission européenne, l'OIM France a participé dans la mise en oeuvre du projet « Prévention et lutte contre la traite des être humains, et amélioration de la protection des victimes via le renforcement du réseau opérationnel et du mécanisme de coopération grâce à un processus de formation commune pluridisciplinaire à destination des intervenants de la lutte contre la traite au sein de l’UE , des pays candidats à l’adhésion et des pays voisins».

Cette 4ème phase d’une durée de 24 mois était conduite par la Police fédérale belge en partenariat avec le Ministère de l’Intérieur italien et l’organisation internationale pour les migrations (OIM) en tant que partenaire principale pour la mise en œuvre du projet.
Le projet a renforcé davantage les réponses nationales à la lutte contre la traite dans la pays participants et a participé à l'amélioration de la protection des victimes.
Il apportait aussi un cadre à l’échange d’information et des meilleures pratiques entre les spécialistes opérationnels des différentes institutions/organisations de lutte contre la traite de l’UE, des pays candidats à l’adhésion et des pays voisins.

4 . Dans le cadre d'un projet FER (Fonds européen pour les réfugiés - action communautaire), l'OIM et le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés ont conjointement participé à l’élaboration et la mise en œuvre du projet « Au-delà des chiffres » («Not Just Numbers. Teaching toolkit on migration and asylum in the European Union»). L'objectif principal du projet était de concevoir un coffret didactique visant à informer les jeunes âgés de 12 à 18 ans sur les questions relatives à la migration et à l'asile au sein de l'Union européenne. Cet outils vise à améliorer la connaissance des différentes situations des migrants entrant dans l'UE et contribue ainsi aux efforts de l’UE pour promouvoir une meilleure connaissance et compréhension de la situation des nouveaux arrivants auprès du grand public et combattre le racisme et les préjugés. Le coffret est mis à la disposition des enseignants, éducateurs et autres professionnels afin qu’ils puissent encadrer les jeunes dans des discussions informées et éclairées sur la migration et l’asile. En particulier, il permettra aux enseignants d’aider ces derniers à aborder les questions de diversité, d’intégration et d’inclusion sociale. Le coffret comprend un DVD, un manuel de formation pour les enseignants et un formulaire d’évaluation (qu’il conviendra de compléter autant de fois que possible afin de permettre une amélioration future de l’outil). Il est distribué dans 24 pays de l’UE, dont la France et traduit dans 20 langues.

Une version téléchargeable du coffret est disponible en ligne: www.iom.int

5. Dans le cadre d’une convention signée avec l’OFII, les bureaux de l’OIM France ont mis en œuvre, entre octobre 2007 et septembre 2008, le projet de Programme expérimental d’Information et de Conseil en Vue du Retour Volontaire (CVR-OIM). Le programme visait informer les migrants irréguliers ou en fin de droits sur les réalités migratoires en France et sur les programmes d’assistance au retour volontaire de l’OFII afin de les aider à trouver une solution humaine à leur situation de dénuement. A travers ses bureaux dans les régions de PACA et de Nord Pas de Calais, l’OIM a développé des outils de communication pour aller à la rencontre des migrants, ainsi qu’une stratégie de sensibilisation auprès des acteurs locaux, institutionnels et associatifs. Le programme prévoyait enfin un accompagnement à la réinstallation des migrants à travers la diffusion d’informations sur les possibilités d’emploi, de soins médicaux et de formation dans leur pays d’origine.

6.
Dans le cadre du projet intitulé «Enquête pour la valorisation du Savoir et du Savoir-faire des Maliens de l'extérieur », mis en œuvre par l’OIM en partenariat avec le Ministère des affaires étrangères Malien, l'OIM France a participé à la mise en œuvre des activités en France. Ce projet d’une durée de neuf mois qui a eu pour cible quatre pays, la France, la Côte d’Ivoire, la République Démocratique du Congo et l’Arabie Saoudite, constituait la phase préliminaire du Programme MIDA-Mali (Migration et développement en Afrique-Mali).

7.
« Les personnes migrantes Maliennes vivant avec le VIH en Ile de France : le vécu du traitement ARV et ses implications sociales ». L'étude a concerné les migrants, hommes et femmes, de nationalité ou d'origine Malienne, vivant avec le VIH. Son objectif était de décrire et d'analyser les conditions de vie et de gestion globale de la séropositivité de la maladie et traitements antirétroviraux. L’étude s’est intéressée également à la situation sociale (socio-économique et juridique) des migrants en relation avec des retours périodiques au pays. Ce projet a été mis en œuvre grâce à l’aide financière de la Fondation de France et de Sidaction. Le rapport préliminaire résumant les résultats principaux de l'étude est désormais disponible en ligne. Une publication plus approfondie devrait paraître ultérieurement.

8.
Programme européen de lutte contre la traite AGIS 2006 « Renforcement du réseau opérationnel et du mécanisme de coopération via un processus de formation commune pluridisciplinaire à destination des intervenants du secteur judiciaire, des forces de l’ordre, des ONG et des OI actifs dans la lutte contre la traite des êtres humains, au sein de l’UE, des pays candidats à l’adhésion et des pays voisins ». Ce projet visait à contribuer à la lutte contre la traite grâce au renforcement de la coopération et l’échange des meilleures pratiques entre les pays participants, à l’amélioration de la connaissance et de la compréhension des professionnels sur le terrain, à prévenir de la meilleure façon la traite et à protéger les victimes. Le rapport est désormais disponible en ligne.

9
. Programme européen de recherche AGIS 2005 - Mineurs étrangers délinquants, poursuites judiciaires et mesures de réhabilitation (Allemagne, Belgique, France, Italie, Bulgarie). Ce projet visait à la réalisation d’une étude portant sur la législation et les pratiques en vigueur dans les pays participants afin d’identifier et d’analyser les nouvelles tendances au niveau européen dans le domaine de la réhabilitation et de la rééducation des mineurs étrangers délinquants. Le rapport est désormais disponible en ligne.

10. Dans le cadre d’une convention signée avec l’OFII, le bureau de l’OIM Paris a mis en œuvre, entre octobre 2002 et mai 2003, le projet de retours volontaires des Afghans résidant en France. Ce projet avait pour objectif de faciliter le retour sécurisé de migrants afghans résidant en France et désirant rentrer volontairement dans leur pays. L’OIM a fourni aux personnes éligibles une aide au transport, une assistance aux points de transit, ainsi que l’accueil à Kaboul et l’assistance jusqu’à la destination finale.

11. L’OIM Paris était partenaire dans le cadre des deux programmes communautaires RANA et RQA relatif aux retours des Afghans en Afghanistan.

12. Programme européen de lutte contre l’exclusion sociale : Réseau européen SESAME (France, Autriche, Espagne, Grèce, Portugal) d’échanges et de coopération sur l’exclusion sociale et la santé des migrants. Le projet traitait des questions des inégalités en matière d’accès aux soins de santé et les liens entre exclusion sociale, pauvreté et problème de santé des migrants et des minorités ethniques en général, des femmes migrantes en particulier, et les politiques visant à leur intégration.

13. Programme européen STOP (Phase I et II) : La traite des mineurs non accompagnés dans l’Union européenne (Belgique, France, Allemagne, Grèce, Irlande, Italie, Pays-Bas, Portugal, Espagne, Royaume-Uni). Recherche et conférence européenne en avril 2002 et septembre 2003. La synthèse des dix études, une étude comparative dans les dix pays membres de l’UE ayant participé au programme et les actes de la conférence de septembre 2003 sont disponibles en ligne.

14. Le projet d’étude exploratoire sur la problématique des mobilités internationales et du VIH/SIDA en Algérie a été finalisé. Les résultats de l’étude permettront d’élaborer des programmes de prévention du sida et d’accès aux soins, destiné aux populations mobiles en Algérie. Le rapport est disponible en ligne.

15. Projet de coopération technique et de consolidation des capacités des autorités marocaines visant à la création d’un Centre des Droits des Migrants (CDM) au Maroc. Ce projet a eu pour objectif la création, en coopération avec le Ministère marocain des droits de l’homme et avec les ONG du pays, d’un centre ressource qui développera des campagnes d’information et de ensibilisation destinées aux migrants potentiels, aux travailleurs migrants saisonniers et aux migrants les plus vulnérables. Ce projet visait également à consolider – grâce au renforcement des capacités – les moyens institutionnels et techniques du Ministère marocain des droits de l’homme, des ONG et des instituts de recherche participant aux activités du projet, afin de créer des mécanismes efficaces de formation et d’information dans le but d’assurer le respect des droits des migrants.

 

 

 

 
 
 

Accueil

Copyright © 2004 IOM. All rights reserved.