Aide à la réinstallation

Si elle est parfois insuffisamment reconnue, la réinstallation est néanmoins un instrument décisif et un symbole éloquent de la solidarité et du partage des responsabilités à l’échelle internationale en vue de trouver une solution durable pour des réfugiés qui ne peuvent retourner dans leur pays d’origine par crainte d’une poursuite des persécutions, et qui n’ont pas la possibilité de demeurer dans le pays d’asile.

Fondée en 1951 pour faciliter la réinstallation des Européens déplacés au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, l’OIM fournit des services essentiels à l’appui d’opérations de réinstallation de réfugiés depuis plus de soixante ans. Rien que ces dix dernières années, elle a organisé les mouvements de réinstallation de 892 243 réfugiés au départ de 186 endroits dans le monde.

L’OIM collabore étroitement avec les gouvernements, le Haut‑Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), des organisations non gouvernementales et d’autres acteurs. C’est le HCR qui amorce le processus. Il identifie et interroge les réfugiés, puis soumet leur dossier à des pays en vue d’une réinstallation. Puis, en application d’accords de coopération conclus avec ces mêmes pays, l’OIM fournit des services de réinstallation – traitement des dossiers, évaluation sanitaire, orientation avant le départ, et transport.

A l’arrivée, les pays de réinstallation accordent aux réfugiés une protection juridique et physique, y compris l’accès à des droits civiques, politiques, économiques, sociaux et culturels comparables à ceux dont jouissent les nationaux. La plupart des réfugiés finissent, à la longue, par être naturalisés dans leur pays de réinstallation.                                                        

La vision de l’OIM

Depuis plus de 60 ans, l’Organisation a pour objectif fondamental et prioritaire de transporter des réfugiés dans des conditions sûres et ordonnées pour qu’ils puissent commencer une nouvelle vie dans le respect et la dignité.

Les objectifs de l’OIM

Dans le cadre de sa contribution globale à la gestion des migrations, l’OIM facilite l’intégration des réfugiés grâce à un éventail complet de services de réinstallation. En vertu de l’article 1 de sa Constitution, elle a pour mandat : « […] de s’occuper du transfert organisé des réfugiés, des personnes déplacées et d’autres personnes ayant besoin de services internationaux de migration, pour lesquels des arrangements pourront être faits entre l’Organisation et les Etats intéressés, y compris ceux qui s’engagent à les accueillir ».

L’approche de l’OIM

A la demande des gouvernements, l’OIM fournit les services de réinstallation suivants :

  • Traitement des dossiers
  • Evaluation sanitaire et assistance sanitaire durant le voyage
  • Orientation avant le départ/intégration
  • Opérations de transport/voyage

Traitement des dossiers. Les services offerts par l’OIM en matière de traitement des dossiers sont conçus pour : 1) aider les demandeurs du statut de réfugié à dûment remplir et déposer leur demande ; et 2) apporter un soutien aux gouvernements en communiquant aux autorités chargées de la sélection des informations exactes, détaillées et objectives, conformément à une présentation normalisée pour simplifier le processus d’entretien et de sélection. La préparation approfondie du dossier initial vise à limiter le nombre des examens de dossier à effectuer ou à ajourner dans l’attente d’informations complémentaires.

Evaluations sanitaires et assistance sanitaire durant le voyage. Les évaluations sanitaires et l’assistance sanitaire durant le voyage ont pour but de garantir l’aptitude au voyage des réfugiés et le respect des prescriptions du pays de réinstallation. Les évaluations sanitaires des réfugiés autorisés à se réinstaller dans un pays tiers sont financées et effectuées à la demande des pays de réinstallation, parmi lesquels l’Australie, le Canada, le Danemark, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, le Royaume-Uni, et les Etats-Unis. Les protocoles d’évaluation sanitaire, fondés sur la législation et/ou les pratiques exemplaires des pays de réinstallation, sont mis en œuvre avant le départ des réfugiés pour ces pays. L’évaluation sanitaire des réfugiés avant le départ doit permettre de s’assurer que ces personnes se déplacent dans des conditions sûres et dignes, qu’elles sont aptes au voyage, qu’elles reçoivent une assistance appropriée en cas de besoin, et qu’elles ne constituent pas un risque pour la santé des autres voyageurs ou des communautés d’accueil.

Orientation avant le départ/intégration. L’orientation culturelle prépare les réfugiés en leur donnant des informations pratiques sur le pays de destination, et les aide à se fixer des objectifs réalistes et à acquérir les compétences et les attitudes nécessaires pour réussir dans leur nouvel environnement.

L’orientation avant le départ vise à aider les réfugiés à formuler des attentes réalistes et à être capables de subvenir à leurs besoins plus rapidement. Parmi les sujets abordés figurent le logement, la santé, la gestion de l’argent, le rôle des fournisseurs de services de réinstallation, l’éducation, l’adaptation culturelle, les droits, les responsabilités, etc.

Les cours de langue et l’alphabétisation permettent aux réfugiés d’acquérir des rudiments linguistiques et des compétences de base en communication, qui faciliteront le processus d’adaptation et les aideront à devenir plus indépendants. Ces compétences fonctionnelles et pratiques permettront aux réfugiés d’augmenter leurs chances de trouver un emploi et de devenir des membres productifs de la société d’accueil.

Les séances d’information avant l’embarquement préparent les réfugiés à leur voyage en avion, y compris à ce qui les attend à l’aéroport, pendant le vol, durant le transit et à l’arrivée dans le pays de destination. Cela permet à ceux qui voyagent pour la première fois d’être moins anxieux et mieux préparés.

Opérations de transport/voyage. Les opérations de transport et de voyage de l’OIM visent à garantir un transport sans heurts des réfugiés, depuis des endroits isolés et souvent éloignés jusqu’à leur destination finale de réinstallation. Les services de transport offerts aux réfugiés voyageant sous les auspices de l’OIM sont les suivants :

  • Obtention de documents de voyage : autorisation de sortie, visa de transit/d’entrée, passeport, etc. ;
  • Orientation avant l’embarquement : horaire des vols, règlements des compagnies aériennes, prescriptions douanières, assistance pendant le transit et à l’arrivée, etc. ;
  • Transport jusqu’à l’aéroport et l’accueil des passagers : aide à l’enregistrement, aide pour les formalités douanières et d’immigration, etc. ;
  • Accords concernant les billets d’avion pour les vols internationaux et nationaux : tarifs réduits, franchises de bagage préférentielles, sélection des itinéraires, etc. ;
  • Mise à disposition d’escortes opérationnelles/médicales : aide aux passagers ayant des besoins spéciaux, surveillance et prise en charge des besoins médicaux pendant le voyage, contact avec le personnel naviguant et les autres autorités compétentes, etc. ;
  • Assistance durant le transit : repas et logement (selon le cas), direction à suivre pour le vol de correspondance, changements de réservation, etc. ;
  • Assistance à l’arrivée : accueil, services d’aide à l’arrivée, notification et transfert aux autorités d’accueil, etc.

La situation, sous l’angle des réinstallations, est en constante évolution. De plus en plus de personnes exclues du champ de protection de la Convention de 1951 sur les réfugiés seront contraintes de se déplacer. Pour trouver des solutions durables et satisfaisantes, il faudra l’intervention concertée de nombreux acteurs dans divers secteurs de services. L’OIM est bien placée pour relever le défi et aider les gouvernements à faire en sorte que les réfugiés puissent bien s’intégrer dans leurs communautés d’accueil.

Aide de l'OIM au fil des ans
Year Number of IOM-assisted Migrants and Refugees
1960 1 million de réfugiés
1973 2 million de réfugiés
1980 Le CIME devient le CIM
3 million de réfugiés
1985 4 million de réfugiés
1989 ICM becomes IOM
1990 5 million de réfugiés
1991 6 million de réfugiés
1993 7 million de réfugiés
1997 10 million de réfugiés
2000 11 million de réfugiés
2005 13 million de réfugiés
2008 15 million de réfugiés
2011 16 million de réfugiés
2013 17 million de réfugiés