La clé du succès au Timor-Leste

Date Publish: 
10/10/13
Region-Country: 
Timor-Leste / Asia fr

Au Timor?Leste, l’un des pays les plus jeunes et les plus pauvres de la planète, des communautés ont aménagé des « potagers en trou de serrure » en réponse à des récoltes désastreuses.

Ces potagers tirent leur nom de leur forme – un cercle auquel il manque une portion. Ils sont chacun équipés en leur centre d’un composteur entouré de plusieurs couches de terre, ce qui permet d’obtenir un meilleur rendement qu’un potager traditionnel.

« Grâce aux potagers en trou de serrure, nos familles ont des légumes frais et, surtout, les mères peuvent améliorer l’alimentation familiale », explique Antonio Duarte, Chef du hameau d’Ariana, dans le district de Bobonaro, au Timor-Leste.

Avec l’appui d’USAID et du Bureau américain d’aide en cas de catastrophes à l’étranger (OFDA), l’OIM collabore avec des communautés rurales du Timor-Leste pour fournir à des villageois comme Antonio les compétences et les ressources nécessaires pour planter et récolter des légumes grâce à des techniques agricoles alternatives.

Dans le hameau de Heda, des inondations et des sécheresses successives  ont privé des familles d’agriculteurs de vivres et, ce faisant, d’une source de revenus supplémentaires, favorisant ainsi la malnutrition. Cette situation est courante dans l’ensemble du pays, où les populations sont de plus en plus exposées aux inondations, aux glissements de terrain et aux modifications de cours d’eau dus aux fortes pluies et au terrain accidenté, ce qui se traduit par une baisse de la production agricole, des dommages aux infrastructures et aux biens, et la perte des moyens de subsistance.

L’intervention de l’OIM a consisté à collaborer avec des communautés à risque, comme celle de Heda, afin de mettre en place une agriculture de substitution pour faire face aux catastrophes naturelles répétitives et localisées. A ce jour, douze villages de cinq districts ont bénéficié d’un soutien pour créer des potagers en trou de serrure, qui permettront aux habitants de planter et de récolter des légumes, quelles que soient les intempéries auxquelles ils sont exposés.

Les agriculteurs ont mis en pratique leurs connaissances nouvellement acquises pour créer et entretenir des parcelles individuelles, ce qui leur permet de produire des légumes frais pour leur famille tout en améliorant leur alimentation, surtout celle des jeunes enfants, et de compléter le revenu des ménages en vendant leur production au marché local, gagnant jusqu’à 8 dollars E.-U. par parcelle et par récolte mensuelle.

Paulo Moreira, Chef du village de Purugua le confirme : « Les potagers en trou de serrure nous sont très utiles. Ma femme et mes enfants n’ont plus besoin de faire de longs trajets pour acheter des légumes frais. Ils n’ont qu’à sortir de la maison et marcher une dizaine de mètres. »

Antonio Duarte, chef du hameau d’Ariana, dans le district de Bobonaro, au Timor-Leste, est ravi des résultats obtenus avec son « potager en trou de serrure ». © OIM 2013