« Pourquoi nous ? »

Date Publish: 
11/16/13
Region-Country: 
Philippines / Asia fr

Tanuan (50 000 habitants) est située à 15 kilomètres au sud de Tacloban, qui fait l’objet de l’attention des médias du monde entier depuis le typhon dévastateur du 8 novembre.

Si tant est que cela soit possible, Tanuan est encore plus ravagée que Tacloban. Elle est endommagée à 100 %, autrement dit, il ne reste pas une seule maison intacte.

Cinq croix en bois plantées sur le bord de la route préparent en quelque sorte le visiteur au paysage de désolation qui s’étend sur deux kilomètres. Au moins 800 personnes ont péri ici ; nombre d’entre elles ont été enterrées dans des fosses communes, et 2 000 autres sont portées disparues.

Les habitants, en état de choc, font la queue pour obtenir du riz devant le bâtiment de la mairie, qui fait aussi office de dispensaire où toutes sortes d’interventions sont pratiquées, de la désinfection de plaies aux accouchements.

L’OIM s’est rendue à Tanuan vendredi, dans le cadre d’une mission interinstitutions effectuée dans des zones qui n’avaient pas encore fait l’objet d’une évaluation par des organisations internationales.

Mark Cockburn est un médecin australien qui travaille à Tanuan pour ReliefNet. Il a confirmé que vendredi, neuf bébés étaient nés au deuxième étage du bureau du maire, pendant que 120 personnes étaient soignées dans une pièce adjacente pour des blessures causées pendant la tempête. La semaine dernière, plus de 50 nouveau-nés ont vu le jour dans cet environnement cauchemardesque.

Le Dr Cockburn et son équipe travaillent dans des conditions incroyablement difficiles, allant jusqu’à pratiquer des opérations sous la bâche pleine d’eau de pluie qui recouvre le toit endommagé par la tempête.

« Nous avons besoin de beaucoup de médicaments ici, surtout des antibiotiques pour les lésions traumatiques, ainsi que pour les cas de diarrhée et les infections des voies respiratoires », a-t-il déclaré.

Descendant jusqu’à Tolosa, Dulag, Mayorga et MacArthur, l’équipe interinstitutions a rencontré des fonctionnaires locaux représentant plus de 150 000 personnes. Partout, le récit était le même.

Les besoins les plus fréquemment mentionnés sont les abris et les médicaments. Dans certains endroits, il y a suffisamment de nourriture pour l’instant, tandis qu’ailleurs, l’eau en bouteille qui a été reçue permet de couvrir les besoins actuels.

L’OIM codirige actuellement les réunions du groupe sectoriel des Nations Unies à Tacloban, et aide le Gouvernement des Philippines à installer des abris provisoires pour des milliers de personnes. Elle est également l’organisation chef de file (avec le Gouvernement) pour la coordination et la gestion des camps.

L’un des endroits les plus pauvres visités par l’équipe est la ville de Tolosa, située à 42 kilomètres de Tacloban le long de la côte. C’est le dernier endroit touché par l’onde de tempête, longue de plus de 100 kilomètres.

Comme la plupart des 17 530 habitants de la ville, Roland Mate, membre du Conseil, a perdu sa maison et ses moyens de subsistance en quelques secondes. Il tente d’organiser l’aide destinée à sa ville, qui comprend des banlieues éloignées situées dans les montagnes et qui actuellement ne sont accessibles qu’à pied ou en moto.

« Nous manquons de tout », dit-il. « Nous, les Philippins, nous sommes doués pour l’improvisation – les gens construisent leurs propres abris et vont jusqu’à dormir sous leur voiture. Mais il pleut toutes les nuits et les gens sont trempés. Si on ne leur fournit pas des abris provisoires et suffisamment de nourriture et d’eau, il y a un risque de diarrhées.

A Dulag, le maire, Manuel Siaque, confirme sous l’emprise de l’émotion que les gens construisent leurs propres abris et reçoivent du riz de manière ordonnée. « Mais nous avons besoin de nourriture, d’abris, d’eau et de travail », déclare-t-il, avant de fondre en larmes : « Pourquoi nous ? », demande-t-il, « Pourquoi nous ? »

Pour de plus amples informations, contacter :

Joe Lowry
Tacloban
Portable international : +63 927 6298700 (Globe)
Numéro par satellite Inmarsat : +870-776-390056
Portable Philippines : +63 933 5654841
Portable Philippines  +66 81 8708081
Courriel : Jlowry@iom.int  ou joelowry@gmail.com

Le centre ville dévasté de Tanuan
Roland Mate, membre du Conseil de Tolosa, ville gravement endommagée par le typhon Haiyan
Habitants de Tanuan faisant la queue devant le bureau du maire pour obtenir une aide alimentaire et médicale