50 migrants éthiopiens bloqués au Puntland rentrent chez eux avec l’aide de l’OIM

Posted: 
08/29/17
Themes: 
Assisted Voluntary Return and Reintegration

Bossaso – Les 18 et 27 août, l’OIM a aidé 50 migrants éthiopiens vulnérables à rentrer chez eux depuis le Puntland. Les deux groupes étaient composés de cinq femmes, 29 hommes et 16 enfants, dont l’un était non accompagné.

Cette aide au retour volontaire a été menée à bien en collaboration avec le Ministère de l’intérieur du Puntland, le Centre d’interventions pour migrants de Bossaso, l’Association communautaire éthiopienne à Bossaso et le Consulat d’Ethiopie à Garoowe.

Les migrants en transit à Bossaso, au Puntland, font face à un certain nombre de risques, notamment l’enlèvement par des passeurs contre rançon, et d’autres formes d’exploitation et de mauvais traitements. Les migrants sont considérés comme une source de revenu pour les réseaux de passeurs et l’impunité de ces actes criminels ne fait qu’augmenter le nombre de migrants maltraités entre les mains des passeurs.

Haille, l’un des Ethiopiens bloqués, a expliqué qu’il s’était installé à Bossaso pendant cinq ans avec sa femme et leurs quatre enfants. Sa femme est partie pour le Moyen-Orient il y a quelques mois pour travailler. Depuis, il est difficile pour lui d’élever ses enfants seuls alors il a décidé de retourner chez lui.

Feisal* (*nom d’emprunt pour protéger son identité), 13 ans, a éclaté en sanglots au téléphone avec sa mère depuis le centre d’interventions pour migrants de l’OIM. « Je veux rentrer à la maison », sanglotait-il.

Ibrahim a quitté l’Ethiopie avec un groupe de jeunes hommes qui avaient prévu d’entreprendre le dangereux périple à travers le Golfe d’Aden vers le Moyen-Orient à la recherche de travail. En chemin, il est tombé entre les mains de passeurs qui l’ont maltraité. Lorsqu’il est arrivé à Bossaso, il s’est échappé pour rejoindre le Centre d’interventions pour migrants de l’OIM, où il a demandé de l’aide.

Sept des Ethiopiens avaient fui le conflit qui sévit au Yémen et étaient bloqués à Bossaso, avec très peu de moyens pour survivre. Ils ont précisé qu’ils vivaient au Yémen depuis près de huit ans.

L’OIM en Somalie a œuvré en coopération étroite avec le Consulat d’Ethiopie au Puntland pour faciliter la vérification des identités et délivrer des documents de voyage.

Une fois de retour en Ethiopie, l’OIM a aidé les migrants à se rendre vers leurs destinations finales et les a aidés à se réintégrer dans leurs communautés d’origine.

Cette opération de retour volontaire a été rendue possible grâce au financement du Bureau de la population, des réfugiés et des migrations (PRM) du Département d’Etat américain par l’entremise du Programme régionale sur la migration composite pour la corne de l’Afrique et le Yémen. Le programme financé par l’UE intitulé Facility on Sustainable and Dignified Return and Reintegration in Support of the Khartoum Process, a fourni le financement pour l’aide à la réintégration.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Solomon Tagel, OIM Somalie, Tel : +254 712 835 079, Email : tsolomon@iom.int

 

  • Ethiopian migrants board a plane at Bossaso Airport in Puntland. Photo: Abdullahi Mohamud Mohamed / UN Migration Agency (IOM) 2017