Arrivées de migrants en Europe par la Méditerranée : 69 574 ; décès en mer : 1569

Posted: 
05/30/17
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Missing Migrants

Suisse - D’après l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, au 28 mai 2017, 69 574 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer. Plus de 80 pourcent sont arrivés en Italie et le reste est réparti entre la Grèce, Chypre et l’Espagne. Au 28 mai 2016, ils étaient 198 346.

D’après le Projet de l’OIM sur les migrants disparus (MMP), 1 569 décès ont été recensés le long de trois itinéraires méditerranéens. D’après certaines informations parvenues lundi, plusieurs corps de migrants auraient été découverts dans les eaux entre la Libye et l’Italie.

D’après l’OIM à Rome, au 28 mai l’année dernière, 58 944 migrants ou réfugiés avait débarqué en Italie (voir tableau ci-dessous).

Flavio Di Giacomo, porte-parole de l’OIM à Rome, a déclaré lundi que plus de 250 migrants ont été secourus pendant le week-end. Les opérations sont toujours en cours. Toujours lundi 29 mai, M. Di Giacomo a confirmé que sept corps ont été ramenés à Palerme après avoir été repêchés lors de récentes opérations de sauvetage. Il a déclaré que les rescapés amenés à Pozzallo avaient fait mention d’au moins un incident ayant provoqué une vingtaine de noyades.

Christine Petré, de l’OIM en Libye, a fait état, lundi 29 mai, d’un total de 2 845 migrants secourus au large de la Libye entre le 18 et le 28 mai, lors de 11 opérations de sauvetage différentes au large des villes côtières d’Az Zawiyah, de Zuwara et de Tripoli, à l’ouest du pays.

Huit opérations de sauvetage ont eu lieu à Az Zawiyah, portant secours à 1 773 personnes (1 578 hommes, 143 femmes et 52 enfants). Tous les migrants ont été amenés au centre de détention de Shudada al Nasr. Le personnel de l’OIM s’est rendu au centre et a signalé que davantage d’aide était nécessaire car le centre de détention est fortement surpeuplé. L’OIM a reconnu la nécessité d’aide humanitaire, notamment la fourniture d’aide non alimentaire, et évalue la réponse d’urgence à apporter, y compris la première prise en charge psychosociale.

« En général, les migrants secourus sont retrouvés dans un état psychologique très fragile et vulnérable », a expliqué Samer Dew, de l’OIM en Libye. « Ils construisent leurs rêves de rejoindre l’Europe et lorsque ces rêves sont anéantis, ils se retrouvent dans une situation terrible. Les activités de soutien psychosocial sont donc une bonne façon pour eux d’atténuer leur stress. »

Le 26 mai, 571 migrants – dont 508 hommes, 55 femmes et huit enfants – ont été secourus au large de Tripoli, la capitale libyenne. Quatre des femmes étaient enceintes. Au point de débarquement, le partenaire de mise en œuvre de l’OIM a fourni les premiers soins aux migrants souffrant principalement de brûlures. Deux migrants ont été transférés vers une clinique pour soigner leurs brûlures cutanées.

« Douze des migrants secourus souffraient de brûlures qui ont été soignées en collaboration avec IMC et Multakana. L’OIM a distribué des bouteilles d’eau et de la nourriture aux migrants secourus », a expliqué Moad Laswed, de l’OIM en Libye. Les migrants étaient de 18 nationalités différentes, dont une majorité de Guinéens, de Nigérians et de Sénégalais. Les migrants étaient d’abord censés être transférés vers le centre de détention de Mitiga mais en raison du manque de place, ils ont été amenés au centre de détention de Trig al Shok, à Tripoli. L’OIM se rendra au centre de détention et distribuera de l’aide non alimentaire, notamment des kits d’hygiène pour les migrants secourus.

Dans l’après-midi du 26 mai, 381 migrants (dont 53 femmes et 15 enfants) ont été secourus au large de Zuwara. Le bateau est parti de Subratah avec une majorité de migrants en provenance du Nigéria.

L’OIM en Libye a également rapporté lundi 29 mai que ces cinq derniers mois (depuis le début de l’année), l’OIM en Libye a aidé 4 030 migrants bloqués à rentrer chez eux depuis la Libye grâce à son Programme d’aide au retour volontaire (AVRR).

Le dernier retour a eu lieu jeudi dernier (25 mai), lorsque l’OIM a aidé 165 migrants bloqués (145 hommes et 20 femmes) à rentrer chez eux au Nigéria. Parmi les passagers se trouvaient trois enfants non accompagnés et deux femmes nécessitant une prise en charge médicale.

Le 25 mai toujours, deux migrants éthiopiens bloqués ont aussi pu rentrer chez eux à bord de vols commerciaux.

Deux jours avant, le 23 mai, l’OIM avait aidé 171 migrants bloqués – 166 hommes et cinq femmes – à rentrer chez eux en Gambie. Parmi les femmes se trouvaient un bébé et un enfant ; 133 des migrants se trouvaient dans le centre de détention de Gharyan al Hamra. Les 38 migrants restants vivaient auparavant dans des zones urbaines.

Les vols charters, partis de l’aéroport de Mitiga à Tripoli, ont été coordonnés avec les autorités libyennes, les ambassades de la Gambie et du Nigéria respectivement, ainsi qu’avec les collègues de l’OIM dans les pays de destination.

Reconnaissant la forte demande d’aide pour permettre aux migrants bloqués en Libye de rentrer chez eux, l’OIM a intensifié son aide au retour volontaire en 2017. A ce jour cette année, l’OIM en Libye a facilité le retour volontaire de 4 030 migrants bloqués en Libye. Parmi eux, 108 étaient des enfants non accompagnés et 56 étaient des victimes de traite.

L’OIM à Athènes a signalé hier, 29 mai, que les autorités grecques ont recensé 376 nouvelles arrivées de migrants et de réfugiés entre le jeudi 25 mai et le dimanche 28 mai. Depuis le 1er janvier, 6 043 arrivées de migrants irréguliers par la mer ont été recensées sur plusieurs îles grecques.

A travers le monde, le projet de l’OIM sur les migrants disparus (MMP) fait état de 2 166 décès au 28 mai (voir tableau ci-dessous). La région méditerranéenne représente la plus grande proportion de décès, soit environ les deux tiers du total dans le monde.

Depuis vendredi dernier, le MMP a enregistré 34 décès dans la Méditerranée centrale et a recensé le premier décès en Asie de l’Est d’un Bangladeshi de 38 ans qui a trouvé la mort alors qu’il tentait d’entrer à Hong-Kong. D’après le MMP, il y a un an (25-26 mai 2016), plus de 800 personnes s’étaient noyées dans la Méditerranée centrale, l’une des raisons pour lesquelles il existe une grande disparité d’une année à l’autre dans les chiffres rapportés cette semaine.

Dernière infographie mise à jour dans la Méditerranée : http://migration.iom.int/docs/MMP/Mediterranean_Update_170530.pdf

Pour consulter les dernières données sur les arrivées et les décès de migrants en Méditerranée, veuillez-vous rendre sur : http://migration.iom.int/europe

Pour en savoir plus sur le Projet sur les migrants disparus : http://missingmigrants.iom.int

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Joel Millman, OIM Genève, Tel : +41.79.103-8720, Email : jmillman@iom.int
Flavio Di Giacomo, OIM Italie, Tel : +39 347 089 8996, Email : fdigiacomo@iom.int
Kelly Namia, OIM Grèce, Tel : +30 210 9919040, +30 210 9912174, Email : knamia@iom.int 
Julia Black, OIM GMDAC à Berlin, Tel : +49 30 278 778 27, Email : jblack@iom.int
Christine Petré, OIM Libye Tel. (Direct) :  +216 29 240 448, Email : chpetre@iom.int