Arrivées de migrants en Europe par la Méditerranée en 2018 : 106 269 ; décès en mer : 2 119

Posted: 
11/27/18

Genève - D’après l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, 106 269 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer en date du 25 novembre 2018, dont 51 984 en Espagne. A ce jour en 2018, c’est plus qu’elle ne l’a fait pour les trois dernières années combinées (voir tableau 6). 

Le nombre d’arrivées de migrants irréguliers et de réfugiés en Europe a atteint la barre des 100 000 pour la cinquième année consécutive, bien que le total de cette année soit plus faible par rapport à la même période en 2017 (159 996) et en 2016 (348 591).

Télécharger l’image ici.
 

OIM Italie

D’après Flavio Di Giacomo, samedi soir (24 novembre), un bateau transportant 264 migrants est arrivé au port de Pozzallo, en Sicile. Les migrants sont restés à bord pendant environ trois heures avant de débarquer au port, où le personnel de l’OIM leur a fourni une aide. La plupart de ces migrants provenaient de la corne de l’Afrique. Les migrants à bord ont déclaré au personnel de l’OIM qu’ils avaient quitté la Libye depuis le port de Misurata la nuit du 22 au 23 novembre. Leur bateau de pêche en bois était divisé en trois parties.

Ces migrants ont déclaré avoir été bloqués en Libye entre un et deux ans. Bon nombre ont affirmé avoir été enlevés puis torturés contre rançon et vendus plusieurs fois entre groupes de trafiquants.

« Les débarquements de plus de 200 personnes sont devenus un phénomène rare », a déclaré M. Di Giacomo, « et il est très inhabituel de voir un bateau en aussi mauvais état arriver jusqu’aux côtes italiennes. Ces bateaux sont complètement inadaptés pour une telle traversée et peuvent sombrer à tout moment. Les opérations de sauvetage au port ont d’ailleurs été très difficiles car le bateau était complètement instable. »
 

OIM Espagne

D’après Ana Dodevska, en date du samedi 24 novembre au soir, 3 583 hommes, femmes et enfants sont arrivés ce mois-ci, soit un peu plus de 1 000 par semaine, en forte baisse par rapport au mois d’octobre (près de 2 500 par semaine) ou de septembre (près de 1 900), mois durant lesquels les décès en mer étaient moins nombreux, malgré un nombre d’arrivées plus élevé (voir tableau 5).

Alors que les températures commencent à chuter, la traversée de la mer vers l’Europe devrait devenir encore plus meurtrière. Depuis vendredi dernier, l’équipe du Projet de l’OIM sur les migrants disparus (MMP) a recensé 44 décès dans la Méditerranée occidentale, portant à 675 le nombre total de décès le long de cet itinéraire en 2018 et à 2 119 le nombre de décès le long des trois itinéraires méditerranéens.

D’après le MMP, le 22 novembre, les services de secours espagnols ont repêché le corps d’une femme enceinte et ont secouru 42 rescapés d’un bateau en perdition au large des côtes d’Almería. D’après les témoignages des rescapés, 13 personnes s’étaient noyées avant qu’ils ne soient secourus.

Lors d’une opération de recherche et de sauvetage menée à bien le samedi 24 novembre, 13 personnes ont été secourus dans la Mer d’Alboran. Les rescapés ont rapporté aux autorités espagnoles qu’une personne avait disparu lors du périple. Le même jour, la Marine marocaine a retrouvé les corps de 15 personnes et en a secouru 48 autres d’un bateau en perdition qui dérivait depuis plusieurs heures au large de Nador, au Maroc. L’ONG espagnole Caminando Fronteras a déclaré que 14 personnes avaient déjà disparu avant l’opération de sauvetage, d’après les témoignages des rescapés. Le nombre de vies perdues lors de cet incident est donc estimé à 29.

Au total, 110 personnes ont perdu la vie dans la Méditerranée occidentale pendant ces 25 jours de novembre. Au cours des 116 derniers jours depuis le 1er août, 367 hommes, femmes et enfants ont péri dans les eaux reliant l’Afrique du Nord à l’Espagne. Ce taux de décès - plus de trois personnes par jour - représente plus du double des décès enregistrés le long de la Méditerranée centrale reliant la Tunisie, l’Algérie et la Libye à l’Italie et environ cinq fois le nombre de victimes enregistrées dans le bassin oriental entre la Turquie et la Grèce (voir tableau 12).

Le nombre de personnes ayant péri dans la Méditerranée occidentale pendant les mois de septembre, octobre et novembre est plus élevé que pour toute l’année 2017.

OIM Libye

Maya Abu Ata de l’OIM a donné, lundi, des détails concernant trois opérations d’interception/de sauvetage qui ont été menées à bien par les garde-côtes libyens dans la Méditerranée et qui ont contribué au rapatriement de 203 migrants et réfugiés vers les côtes libyennes du 23 au 25 novembre.

Khoms, le 23 novembre : 27 migrants (24 hommes, trois femmes), dont une majorité de Soudanais et de Nigérians, ainsi que des Egyptiens, des Somaliens, des Ethiopiens et des Sénégalais, étaient représentés. Tous les migrants ont été transférés vers des centres de détention officiels. Il n’y avait aucune femme enceinte, aucun enfant ou cas d’urgence à bord. Des soins de santé primaires ont été dispensés au groupe et la plupart d’entre eux souffraient de maux de tête dus au stress, de douleurs musculaires et de fatigue.

Zaouïa, le 24 novembre : 113 migrants (91 hommes et 18 femmes), dont trois femmes enceintes et quatre enfants. Les migrants provenaient du Soudan, de Sierra Leone, de Côte-d’Ivoire, du Nigéria, du Ghana, du Cameroun, de Gambie, du Mali, du Bénin et de Libye. Des soins de santé primaires ont été dispensés. La plupart souffraient de fatigue générale. Un femme enceinte nigériane de 23 ans souffrant de douleurs abdominales a été orientée d’urgence vers une clinique privée. Aucun autre cas d’urgence médicale ne se trouvait à bord. Tous ont été transférés vers un centre de détention officiel.

Zouara, le 25 novembre : 63 migrants ont été rapatriés (57 hommes, quatre femmes, deux enfants), principalement originaires du Soudan, du Nigéria, d’Ethiopie, du Ghana et de Guinée-Bissau. Des soins de santé primaires leur ont été dispensés. La plupart souffraient de fatigue générale et des cas de gale ont été identifiés. Tous ont été automatiquement transférés vers un centre de détention officiel.

D’après l’OIM en Libye, à ce jour en 2018, 15 064 personnes ont été rapatriés vers les côtes libyennes.
 

OIM Grèce

D’après les informations de l’OIM en Grèce, entre jeudi 22 novembre et la fin du week-end, les garde-côtes helléniques ont dû gérer au moins quatre incidents ayant nécessité des opérations de recherche et de sauvetage au large des îles de Lesbos, de Chios et de Farmakonisi. Les garde-côtes ont pu secourir 86 migrants au total et les ont transférés vers ces îles respectives.

Les quelque 187 autres migrants arrivés à Samos et sur d’autres îles entre jeudi et dimanche portent le nombre total d’arrivées par la mer en Grèce à 29 164 en date du 24 novembre 2018. C’est à peine moins que les 29 501 arrivées recensées l’an dernier, un total qui sera sûrement dépassé en 2018 (voir tableau 8.b).

D’après le MMP, 3 308 personnes ont péri ou disparu le long des itinéraires migratoires à travers le monde en 2018 (voir tableau 3).

Au-delà de la Méditerranée, l’équipe du MMP a enregistré trois décès le long de la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Dimanche 25 novembre, le corps d’un homme a été découvert sur le rivage du Rio Grande près de Piedras Negras, dans l’Etat de Coahuila. Trois jours plus tôt, à Tijuana, en Basse-Californie, un Hondurien de 36 ans avait été percuté par un véhicule et est décédé peu après à l’hôpital général de Tijuana. Du côté américain de la frontière, les officiers de l’US Border Patrol ont découvert le corps d’un homme dans un ranch situé à l’est d’Hebbronville, au Texas, le 19 novembre.

Au sud de la Turquie, un garçon syrien de cinq ans a été tué dans un accident de la route à Antalya. Ce tragique accident s’est produit le 23 novembre et a blessé 26 autres personnes (voir tableau 3).

Les données du MMP sont compilées par le personnel de l’OIM mais proviennent de sources diverses, dont certaines ne sont pas officielles. Pour en savoir plus sur la collecte de données sur les décès et disparitions de migrants, cliquez ici (en anglais).

Pour consulter les dernières données sur les arrivées et les décès de migrants en Méditerranée, rendez-vous ici.
Pour en savoir plus sur le Projet sur les migrants disparus : http://missingmigrants.iom.int