Arrivées de migrants en Europe par la méditerranée en 2018 : 33 192 ; décès en mer : 785

Posted: 
06/05/18
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Missing Migrants

Genève - D’après l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, 33 192 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer pendant les 22 premières semaines de 2018. L’OIM rapporte que pour la première fois en 2018, les décès enregistrés ce week-end le long des trois principaux itinéraires méditerranéens ont couvert l’ensemble du littoral. Les 125 hommes, femmes et enfants qui se seraient noyés dans les eaux au large de la Turquie, de la Tunisie, de l’Algérie, de l’Espagne et du Maroc font des premiers jours de juin (1er au 3) la période la plus meurtrière pour les migrants traversant la Méditerranée cette année.

« C’est la première fois cette année que nous enregistrons trois incidents sur les trois itinéraires pendant le même week-end. L’incident en Tunisie, qui a fait 112 victimes, est également le plus meurtrier enregistré dans la Méditerranée cette année », a déclaré Julia Black, du Projet de l’OIM sur les migrants disparus à Berlin. Elle a précisé que l’OIM avait enregistré 100 décès lors d’un seul et même incident le 9 janvier au large de Khoms, en Libye, et 100 autres au large de Zouara le 1er février dernier.

Le week-end dernier n’était toutefois pas le plus meurtrier de ces derniers temps. Selon Julia Black, les cinq journées les plus meurtrières dans la Méditerranée depuis le 1er janvier 2017 ont eu lieu le week-end du 15 au 19 juin 2017, lorsque 286 personnes sont mortes dans la Méditerranée - 281 sur l’itinéraire de la Méditerranée centrale reliant l’Afrique du Nord à l’Italie et cinq dans les eaux de la Méditerranée occidentale reliant l’Afrique à l’Espagne.

Des week-ends encore plus meurtriers avaient été recensés en 2016 et 2015 :
25-29 avril 2016 : 1 114 personnes ont perdu la vie dans la Méditerranée centrale.
13-18 avril 2015 : 1 214 personnes sont mortes dans la Méditerranée centrale

Quelque 33 192 arrivées ont été enregistrées depuis le 1er janvier cette année, contre 72 158 à la même période l’an dernier et environ 206 709 à la même date en 2016.

En d’autres termes, le nombre d’arrivées par la Méditerranée à cette période en 2018 représente moins de la moitié du total à la même date en 2017 et environ 16 pour cent du total de 2016 à la même date. Les décès sont eux aussi beaucoup moins nombreux que ces deux dernières années lors de périodes comparables. En 2017, le Projet de l’OIM sur les migrants disparus a recensé 1 650 décès en date du 4 juin, ce chiffre s’élevait à 2 512 en 2016 à la même date, soit plus de trois fois le total actuel de 785 décès pour 2018.

D’après Flavio Di Giacomo, de l’OIM à Rome, un naufrage qui a eu lieu au large des côtes tunisiennes samedi soir est responsable de l’hécatombe de ce week-end. D’après les témoignages des rescapés, les migrants se trouvaient à bord d’une embarcation transportant 180 personnes. Lundi, 68 migrants avaient été secours et 60 corps avaient été repêchés. Quelque 52 personnes sont donc toujours portées disparues.

Le nombre d’arrivées en Italie continue d’être très faible par rapport à ces dernières années.

Dans les eaux espagnoles, à ce jour en 2018, Ana Dodevska, de l’OIM à Madrid, fait état de 3 121 migrants ayant été secourus sur l’itinéraire de la Méditerranée occidentale pendant le mois de mai, contre 835 pour le mois de mai l’an dernier. Ce chiffre, en plus des 503 arrivées recensées en juin, porte à 8 251 le nombre d’hommes, de femmes et d’enfants ayant été secourus alors qu’ils tentaient d’entrer en Espagne par la mer cette année (voir tableau et graphique ci-dessous). 

Dans la Méditerranée occidentale, l’agence de sécurité maritime espagnole a secouru 41 personnes d’un bateau en perdition le 2 juin. Une personne était déjà morte lorsque l’équipe de sauvetage est arrivée. Malheureusement, le corps n’a pas pu être repêché. Le même jour, les corps de deux personnes, dont une femme, ont été ramenés sur une plage près de Tanger, au Maroc.

D’après Kelly Namia, de l’OIM en Grèce, entre le 29 mai et le 2 juin, les garde-côtes helléniques ont informé l’OIM d’au moins trois incidents ayant nécessité des opérations de recherche et de sauvetage au large des îles de Lesbos et de Samos. Les garde-côtes ont secouru 73 migrants et les ont transférés vers ces mêmes îles.

K. Namia a ajouté qu’en plus de ces 73 migrants secourus, 71 autres sont arrivés pendant ces cinq jours à Megisti, Rhodes et Kos, portant à 11 119 le nombre total de migrants irréguliers arrivés en Grèce par la mer depuis le 1er janvier - soit 72 personnes par jour en moyenne (voir tableau ci-dessous).

A travers le monde, le Projet de l’OIM sur les migrants disparus (MMP) fait état de 1 312 décès ou disparitions de migrants à ce jour en 2018 (voir tableau ci-dessous).

Dans la Méditerranée seulement, 785 personnes ont perdu la vie en mer depuis le début de l’année. Samedi soir, un bateau transportant environ 180 personnes a chaviré au large des côtes des îles Kerkennah, à Sfax, en Tunisie. Les autorités tunisiennes ont secouru 68 personnes et repêché 60 corps lors d’une opération de recherche et de sauvetage qui est toujours en cours.

Les corps des 60 victimes ont été transférés vers l’hôpital Habib Bourguiba, à Sfax. Au moins 48 des victimes étaient tunisiennes, tandis que les 12 restantes sont de nationalité inconnue. D’après les témoignages des rescapés, environ 180 personnes se trouvaient à bord de l’embarcation lorsqu’elle a sombré - quelque 52 personnes seraient donc toujours portées disparues.

En outre, les garde-côtes turcs ont signalé, le 3 juin, que neuf personnes sont mortes et une reste portée disparue dans le naufrage du bateau à bord duquel elles se trouvaient, à quatre kilomètres au sud-est de l’île de Kekova Geyikova, au large de la province turque d’Antalya. L’équipe de recherche et de sauvetage a sauvé trois hommes et une femme tandis qu’un bateau de pêcheurs a secouru un autre homme. Six enfants ont péri lors de ce tragique incident.

En Europe, l’équipe du MMP a enregistré un autre décès dans la rivière Kupa, à la frontière entre la Slovénie et la Croatie : le 3 juin, le corps d’un homme a été repêché de la rivière près de Gornje Prilisće, en Croatie.

Les données du MMP sont compilées par le personnel de l’OIM mais proviennent de sources diverses, dont certaines ne sont pas officielles. Pour en savoir plus sur la collecte de données sur les migrants disparus, cliquez ici (en anglais).

Dernière infographie sur la Méditerranée : ici
Pour consulter les dernières données sur les arrivées et les décès de migrants en Méditerranée, rendez-vous sur : http://migration.iom.int/europe   
Pour en savoir plus sur le Projet sur les migrants disparus : http://missingmigrants.iom.int  

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Joel Millman, OIM Genève, Tel : +41.79.103-8720, Email : jmillman@iom.int    
Mircea Mocanu, OIM Roumanie, Tel :  +40212115657, Email : mmocanu@iom.int   
Dimitrios Tsagalas, OIM Chypre, Tel : + 22 77 22 70 ; E-mail : dtsagalas@iom.int   
Flavio Di Giacomo, Bureau de coordination de l’OIM pour la Méditerranée, Italie, Tel : +39 347 089 8996, Email : fdigiacomo@iom.int 
Hicham Hasnaoui, OIM Maroc, Tel : + 212 5 37 65 28 81, Email : hhasnaoui@iom.int   
Kelly Namia, OIM Grèce, Tel : +30 210 9919040, +30 210 9912174, Email : knamia@iom.int     
Julia Black, OIM GMDAC à Berlin, Tel : +49 30 278 778 27, Email : jblack@iom.int
Christine Petré, OIM Libye Tel :  +216 29 240 448, Email : chpetre@iom.int    
Ana Dodevska, OIM Espagne, Tel : +34 91 445 7116, Email : ADODEVSKA@iom.int  
Myriam Chabbi, OIM Tunisie, Tel mobile :  +216 28 78 78 05, bureau :  +216 71 860 312 Ext. 109, Email : mchabbi@iom.int