Arrivées de migrants en Europe par la Méditerranée en 2019 : 34 226 ; décès en mer : 683

Posted: 
07/19/19
Themes: 
Missing Migrants

Genève - D’après l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, 34 226 migrants et réfugiés sont entrés en Europe par la mer en date du 17 juillet 2019, soit une baisse d’environ 34 pour cent par rapport aux 51 782 arrivées enregistrées pendant la même période l’an dernier. 

Cette année, les arrivées en Espagne et en Grèce dépassent largement les 10 000 personnes (28 356 à elles deux), soit plus de 83 pour cent du total de la région. Elles sont beaucoup moins nombreuses en Italie, à Malte et à Chypre. Les arrivées en Grèce dépassent de 1 352 celles de l’an dernier à la même période. Les arrivées en Espagne sont inférieures de 6 589. 

Les décès enregistrés le long des trois itinéraires méditerranéens pendant les 199 jours de 2019 s’élèvent à 683 morts, soit environ 47 pour cent du total (1 449 décès) confirmé pendant la même période en 2018 (voir tableau ci-dessous).

OIM Italie 

D’après Flavio Di Giacomo, de l’OIM à Rome, citant les chiffres du Ministère intérieur, 3 186 migrants sont arrivés par la mer en Italie en 2019. Pendant la même période cette année, 4 023 migrants ou réfugiés sont retournés en Libye depuis l’itinéraire de la Méditerranée centrale, depuis le début de l’année. 

OIM Espagne 

Ana Dodevska, de l’OIM en Espagne, a signalé jeudi une semaine très chargée s’agissant des arrivées en Espagne en date du 17 juillet, atteignant actuellement 12 064 hommes, femmes et enfants (voir tableaux ci-dessous).

D’après le dernier rapport publié par le Ministère espagnol de l’intérieur sur les arrivées irrégulières en Espagne, les autorités espagnoles ont enregistré 11 703 arrivées par les itinéraires de la Méditerranée occidentale et de l’Afrique de l’Ouest, dans la période allant du 1er janvier au 15juillet 2019. D’après les estimations de l’OIM basées sur les informations disponibles, 361 arrivées supplémentaires ont été recensées ces deux derniers jours sur les côtes d’Andalousie. 

Bien que le nombre mensuel d’arrivées en Espagne soit plus faible cette année (voir tableau ci-dessous), les décès le long de l’itinéraire de la Méditerranée occidentale restent nombreux, avec 204 décès signalés pendant un peu plus de six mois cette année, contre 2926 à cette même période en 2018. 

Les derniers décès ont été enregistrés le 17 juillet. Le décès d’une femme a été signalée par l’ONG Caminando Fronteras, qui opère une ligne d’assistance téléphonique pour les personnes en détresse qui tentent de traverser la mer depuis l’Afrique du Nord. Lors d’une opération de recherche et de sauvetage réalisée par les services de sauvetage espagnols, 73 personnes - dont 23 femmes - ont été sauvés d’un bateau en perdition dans la Mer d’Alborán. Les sauveteurs ont également repêché le corps d’une femme. Au total, 276 migrants ont été secourus de quatre bateaux ce même jour : trois bateaux secourus par les services de sauvetage espagnoles, qui ont amené les rescapés à Almería ; un quatrième bateau a été secouru par la Marine marocaine.

OIM Grèce

La semaine était également chargée le long de la Méditerranée orientale. D’après Christine Nikolaidou, de l’OIM en Grèce, jeudi (18/07), les garde-côtes helléniques ont signalé au moins 26 incidents ayant nécessité des opérations de recherche et de sauvetage au large des îles de Lesbos, de Chios, de Samos, de Kos, de Samothraki, de Symi, de Farmakonisi et de Limnos et au large du port d’Alexandropoulis. Les garde-côtes helléniques ont secouru 814 migrants au total et les ont transférés vers les ports respectifs.

Ces sauvetages et d’autres débarquements au cours de la semaine écoulée portent à 16 292 le nombre total de migrants irréguliers et de réfugiés que l’OIM a enregistrés en Grèce (voir tableau ci-dessous). Il s’agit d’une hausse de plus de 1 500 migrants irréguliers au cours des sept derniers jours. L’OIM a fait remarquer que les 349 migrants arrivés samedi (13 juillet) - principalement à Lesbos, à Samos et à Chios - représentaient le plus grand nombre d’arrivées en une seule journée depuis le 27 mars 2018 (369 débarquements).

Projet de l’OIM sur les migrants disparus

Pour la sixième année consécutive, en 2019, l’OIM s’emploie à recenser systématiquement les décès le long des itinéraires migratoires à travers le monde, par le biais de son Projet sur les migrants disparus (MMP).

Depuis début 2014, le Projet a enregistré 32 362 décès de migrants, dont 1 405 en 2019 (voir tableau), bien qu’en raison des difficultés de collecte d’informations sur ces personnes et des conditions de leur décès, le nombre réel de vies perdues pendant la migration est certainement bien plus élevé. Les rapports du Projet sur les migrants disparus ne doivent pas être perçus comme des indicateurs des risques associés à la migration mais plutôt comme étant représentatifs du nombre réel de décès à travers le temps et les régions du monde.

A la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, l’équipe du Projet sur les migrants disparus a enregistré les décès de cinq personnes depuis la mise à jour de la semaine dernière. Le 11 juillet, un Guatémaltèque de 33 ans a été porté disparu par un groupe de migrants qui voyageaient vers le comté de South Bexar, au Texas. D’après leur témoignage, il s’est senti mal et n’a pas pu poursuivre le périple. Une opération de recherche a été lancée par le Bureau du Sheriff mais en date du 18 juillet, son corps n’avait pas été localisé. Les noyades de quatre personnes ont été signalées dans le Rio Grande : les agents de l’US Border Patrol ont découvert les corps de deux hommes - l’un près de Brownsville, au Texas, et l’autre près d’Eagle Pass, au Texas. Sur la rive sud du fleuve, les autorités de la protection civile mexicaines ont localisé le corps de deux jeunes Mexicains.

Au total, au moins 455 personnes ont perdu la vie dans les Amériques en 2019, contre 287 à cette date en 2018.

Les données du Projet sur les migrants disparus sont recueillies par le personnel de l’OIM basé à son Centre mondial d’analyse des données sur la migration (CMADM) mais proviennent de sources diverses, dont certaines ne sont pas officielles. Pour en savoir plus sur la manière dont sont recueillies les données sur les décès et disparitions de migrants, cliquez ici (en anglais).

Pour des informations sur les dernières arrivées et décès dans la Méditerranée, veuillez cliquer ici. Pour en savoir plus sur le Projet sur les migrants disparus, cliquez ici.

Voir les contacts ici.