Arrivées de migrants en Europe par la Méditerranée en 2019 : 6 413 ; décès en mer : 208

Posted: 
02/05/19
Themes: 
Missing Migrants

Genève - D’après l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, 6 413 migrants et réfugiés sont entrés en Europe par la mer pendant les 34 premiers jours de 2019, soit une baisse de 17 pour cent par rapport aux 7 499 qui étaient arrivés pendant la même période l’an dernier. Cependant, une grande partie de cette baisse est attribuée à la quasi-absence de nouvelles arrivées en Italie, où 202 personnes ont débarqué en 2019, contre 4 723 pendant la même période en 2018. Cette année, les arrivées en Espagne ont déjà plus que triplé par rapport à la même date en 2018. Les arrivées en Grèce sont elles aussi 33 pour cent plus nombreuses qu’à la même période l’an dernier (voir tableau ci-dessous). 

Près de cinq semaines après le début de l’année, 208 décès ont été recensés le long des trois principaux itinéraires méditerranéens, contre 391 à la même période en 2018 (voir tableau 1).

Projet de l’OIM sur les migrants disparus 

En 2019, à travers son Projet sur les migrants disparus (MMP), l’OIM s’emploie à recenser systématiquement les décès le long d’itinéraires migratoires à travers le monde pour la cinquième année consécutive. A ce jour en 2019, le MMP recense 354 décès de migrants (voir tableau ci-dessous). 

Parmi eux, 125 personnes se sont noyées la semaine dernière en tentant de migrer dans quatre régions du monde : le Golfe d’Aden, la frontière Colombie/Panama, la frontière Etats-Unis/Mexique et les Caraïbes. 

Les garde-côtes de Djibouti ont confirmé que 86 personnes se trouvaient à bord des bateaux qui ont sombré la semaine dernière au large des côtes d’Obock, à Djibouti. Après que seize personnes ont été secourues, 52 corps ont été repêchés et 18 restent disparues en mer. Trois femmes font partie des victimes. Les passagers étaient principalement originaires d’Oromo, en Ethiopie. D’autres étaient originaires des provinces d’Amhara et de Somali, toujours en Ethiopie, et un seul provenait du Yémen. Les bateaux avaient quitté la localité de Godoria, au nord-est de Djibouti, dans le but d’atteindre la péninsule arabique. Le naufrage s’est produit peu après le départ, en raison de la surcharge à bord. 

La Marine colombienne a fourni des informations sur une autre des tragédies de la semaine dernière : le naufrage qui s’est produit à la frontière entre la Colombie et le Panama le 28 janvier. Huit rescapés, vraisemblablement des ressortissants de République démocratique du Congo, ont été secourus au large des côtes de Capurganá, dans la municipalité d’Acandí, située dans la province de Chocó, au nord de la Colombie. Les corps de 18 autres personnes ont été découverts et six autres restent portées disparues. Au moins dix enfants se sont noyés lors de ce naufrage. Les personnes à bord avaient l’intention d’atteindre la frontière avec le Panama, pour continuer leur périple vers le nord, en direction des Etats-Unis. 

Comme il a été rapporté la semaine dernière, le 28 janvier, les corps de deux hommes mexicains ont été repêchés du Rio Grande, à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Leurs familles avaient signalé leur disparition le 12 janvier, alors qu’ils étaient partis tenter la traversée de la frontière avec les Etats-Unis. Le corps d’un autre homme qui voyageait avec eux n’a toujours pas été localisé. 

Plus récemment, le 2 février, un bateau de migrants a sombré au large des côtes de Marsh Harbour, sur l’île bahamienne d’Abaco. Dix-sept personnes ont été secourues tandis que les corps de 28 personnes ont été repêchés à ce jour. Toutes les victimes seraient originaires d’Haïti. Les forces de défense royales des Bahamas et les garde-côtes américains ont tous deux participé aux opérations de sauvetage (voir tableau 3.b)

Les données du Projet sur les migrants disparus sont recueillies par le personnel de l’OIM basé à son Centre mondial d’analyse des données sur la migration mais proviennent de sources diverses, dont certaines ne sont pas officielles. Pour en savoir plus sur la manière dont sont recueillies les données sur les décès et disparitions de migrants, cliquez ici (en anglais).

Pour connaître les dernières informations sur les arrivés et décès dans la Méditerranée, cliquez ici (en anglais). Pour en savoir plus sur le Projet sur les migrants disparus, cliquez ici (en anglais).

Voir les contacts ici.