Bloqués depuis trois mois, 338 Maliens rentrent chez eux via un couloir humanitaire

Posted: 
06/26/20
Themes: 
COVID-19

Bamako - Mardi (23/06), 159 Maliens sont rentrés chez eux à bord d’un un vol affrété grâce à un couloir humanitaire ouvert par les gouvernements du Niger et du Mali. Le groupe attendait depuis mars dans les centres de transit de Niamey, la capitale du Niger, en raison des fermetures de frontières décrétées par les gouvernements pour éviter la propagation de la COVID-19.

Il s'agit du deuxième vol organisé ce mois-ci par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) grâce au financement de l'Union européenne. Le 4 juin, 179 Maliens sont rentrés au pays.

Tandis que la COVID-19 a brisé les espoirs d'un retour imminent de milliers de migrants en transit à travers l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale, l'OIM négocie l'ouverture de couloirs humanitaires avec les gouvernements d'accueil et les gouvernements d'origine pour permettre le retour volontaire des migrants attendant dans des centres de transit surpeuplés après un voyage périlleux vers l'Afrique du Nord.

« Ce couloir humanitaire met fin à la frustration de nombreux Maliens qui attendent dans des centres, pour certains depuis plus de trois mois, et des familles qui avaient perdu tout espoir de revoir leur mari, leur fils, leur père et leurs proches », a déclaré Pascal Reyntjens, chef de mission de l'OIM au Mali.

« Plus que quelques jours », répétait Abdoulaye au personnel de l'OIM alors qu'il attendait depuis trois mois dans un centre de transit géré par l'OIM au Niger, avant d’embarquer à bord de son vol de retour.

A leur arrivée, tous les migrants ont été soumis au protocole national de prévention de la COVID-19, comprenant la désinfection de leurs bagages, la fourniture de masques et de gel hydroalcoolique, des examens de santé et des tests de dépistage de la COVID-19. À leur arrivée à Bamako, la capitale du Mali, ils ont débuté une quarantaine de 14 jours dans un centre de transit géré par le partenaire de l'OIM avant d'atteindre leur communauté d'origine.

« En cette période de COVID-19, les populations les plus fragiles et les plus vulnérables sont les migrants bloqués dans la sous-région », a déclaré Mustapha Zlaf, représentant de l'Ambassadeur de la délégation de l'UE au Mali. « Par le biais du retour volontaire des migrants, l'Union européenne, en collaboration avec l'OIM, soutient le gouvernement du Mali pour protéger et aider ses citoyens les plus vulnérables », a-t-il ajouté.

« Je suis heureux de retourner dans mon pays. J'ai beaucoup souffert pendant mon périple. J'ai été secouru dans le désert par l'équipe de l'OIM. J'ai encore des amis bloqués au Niger. J'espère qu'ils rentreront bientôt au Mali en toute sécurité », a confié Boubacar, l'un des migrants de retour, qui avait quitté le Mali en 2019 pour aller en Algérie à la recherche de meilleures opportunités.

Dans les semaines à venir, les migrants de retour recevront une aide à la réintégration en fonction de leurs besoins. Ils bénéficieront d'un soutien psychosocial, social et économique pour reconstruire leur vie chez eux.

Ce retour a été rendu possible grâce au financement de l'Union européenne dans le cadre de l'initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants.

Pour plus d'informations, veuillez contacter Valérie Tamine, OIM Mali, Tél : +223 92 40 49 21, Email : vtamine@iom.int.

Pour plus d'informations sur la réponse régionale de l'OIM à la COVID-19, veuillez contacter Florence Kim, Bureau régional de l'OIM pour l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale, Tél : +221 786206213, Email : fkim@iom.int.

  • Les Maliens rentrent chez eux à bord d’un vol charter grâce à un couloir humanitaire ouvert par les gouvernements du Niger et du Mali. Photo : Moussa Tall/OIM Mali