Conférence ibéroaméricaine sur la migration

Posted: 
07/13/06

Alors que le débat sur la question des migrations
s’intensifie, les représentants des 22 Etats Membres
du Secrétariat général
ibéroaméricain et les représentants
d’organisations internationales se réuniront la
semaine prochaine à Madrid pour examiner en priorité
comment gérer au mieux les flux migratoires dans les pays
d’origine, de transit et de destination.



D’autres questions seront par ailleurs
abordées comme celles du renforcement de la
coopération avec la société civile dans le but
de développer des politiques visant à promouvoir les
droits des migrants, de défendre la dignité des
migrants et de lutter contre les discriminations, ainsi que sur les
différentes façons de promouvoir le lien entre les
migrants et leur famille en encourageant les efforts pour le
développement des pays d’origine et de
développer des politiques sur des shémas de migration
pour du travail temporaire, politiques comprenant des composantes
de formation et d’épargne dans la perspective
d’un éventuel retour dans leur pays
d’origine.



La conférence, qui aura lieu les 18 et 19 juillet, est
organisée par le Secrétariat général
ibéroaméricain (le SEGIB), avec le soutien de
l’OIM, du Centre Latino-Américain de
Démographie (le CELADE) et de la Fondation Carolina.



Dans son discours d’ouverture, le Directeur
Général de l’OIM, Brunson McKinley,
évoquera la nécessité d’une plus grande
coopération afin de gérer les migrations :
« Une meilleure gestion est essentielle, tant au niveau
national qu’au niveau régional. Nous devons renforcer
nos capacités si l’on veut des politiques migratoires
cohérentes. La coopération dans ce domaine est
indispensable - coopération entre états mais aussi
avec des acteurs non étatiques, tels que les
représentants de la société civile et du
secteur privé ».



Suite à l'ouverture officielle par le Président du
gouvernement espagnol et premier ministre, José Luis
Rodriguez Zapatero, et à un débat sur les
orientations actuelles et à venir des migrations dans les
pays membres, trois ateliers séparés porteront sur
les migrations et le développement, sur les migrations et
les Droits de l’Homme, et sur les politiques et les
programmes migratoires.



Selon le Rapport Mondial sur la Migration 2005 de l’OIM, il y
aurait près de 20 millions de ressortissants de pays
d’Amérique latine ou des Caraïbes vivant hors de
leur pays d’origine, principalement en Amérique du
Nord et trois millions en Amérique latine ou dans les
Caraïbes. Sur une période de cinq ans, entre 1995 et
2000, le taux net d’émigration pour
l’Amérique latine et les Caraïbes était le
plus élevé au monde.



Une étude publiée par l’OIM dans Migration
Research Series démontre que les migrations depuis
l’Amérique latine et les Caraïbes vers
l’Europe ont fortement augmenté depuis dix ans. On
trouve les plus importantes communautés de migrants
originaires d’Amérique latine et des Caraïbes en
Espagne, en Italie, au Portugal, au Royaume-Uni, en Suisse et en
Suède. Les derniers chiffres concernant les pays de
destination les plus prisés, comme l’Espagne,
révèlent que le nombre de migrants a fortement
augmenté depuis deux ou trois ans. Entre 1995 et 2003, en
Espagne, le nombre de migrants venus d’Amérique latine
et des Caraïbes, principalement de Colombie, d’Equateur
et de République Dominicaine, est passé de 92 642
à 514 485, soit près de 3% des migrants
bénéficiant d’un titre de séjour.



Pour plus d’informations, veuillez contacter :



José Angel Oropeza

à Madrid

Tel : +41 79 706 3963



ou



Niurka Pineiro

Tel: 34636 650 661