De Dakar au désert, de Brasilia à Pacaraima : le Festival international du film sur la migration arrive en Afrique et au Brésil

Posted: 
11/30/18
Themes: 
Global Migration Film Festival

Dakar - La troisième édition du Festival international du film sur la migration (GMFF) a démarré en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale le 28 novembre, au Nigéria, tandis que l’OIM fête le lien de longue date entre la migration et la réalisation de film, un mariage qui remonte aujourd’hui à plus d’un siècle. 

L’ouverture du Festival en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale s’est déroulée à Lagos, au Nigéria (28/11). Plus de 200 cinéphiles ont participé à l’événement comprenant la projection du court métrage Granma, du réalisateur nigérian Alfie Nze, et du documentaire Bushfallers - A Journey of Chasing Dreams, de Nils Benjamin Keding. Les films ont été suivis d’un débat de groupe avec des représentants de l’OIM, du gouvernement nigérian, et avec des Nigérians qui ont fait part de leurs expériences en Libye. 

Les équipes de l’OIM prévoient des événements comme celui de Lagos à travers tout le continent. Au-delà du Nigéria, les missions de l’OIM en Afrique de l’Ouest organiseront des événements dans plus de 12 pays - de la Mauritanie jusqu’au Cameroun - entre le 28 novembre et le 18 décembre. Au total, plus de 40 projections sont prévues à travers la région, dans les capitales et dans les zones isolées. 

Au Niger, l’OIM s’associe à Cinéma Numérique ambulant, une compagnie itinérante de film et de théâtre, pour organiser des projections dans dix villes à travers le pays. Des représentations théâtrales et des spectacles de danse sont prévus dans six sites de transit à travers le pays. 

En Côte-d’Ivoire, les festivités se dérouleront à l’occasion de la Journée internationale des migrants (18 décembre) et comprendront une projection, une exposition d’art et des témoignages de migrants et d’Ivoiriens de la diaspora. Une cérémonie de remise de prix pour l’histoire de migration réussie la plus fascinante est également prévue au programme. 

Au Sénégal, le Bureau régional et le Centre d’information des Nations Unies organiseront un événement le 13 décembre, à Dakar, pour mettre à l’honneur la dignité et la protection des migrants dans la région, dans laquelle les jeunes prennent des risques pour migrer illégalement à la recherche d’une vie meilleure. 

La cérémonie de clôture du GMFF se tiendra à Ouagadougou, au Burkina Faso, le 18 décembre. Le meilleur film francophone africain montrant la complexité et la réalité de la migration se verra décerner un prix.

______________________________

Le GMFF au Brésil apporte de la diversité au débat sur la migration  

Brasilia - Après le lancement officiel du Festival international du film sur la migration mercredi (28/11), le Brésil a ouvert la saison des expositions du Festival de cette année avec des productions brésiliennes, des partenariats pédagogiques et des débats.

Flowers Of Hope (2016), qui raconte l’histoire d’un groupe de femmes malgaches qui ont été victimes de traite et qui ont surmonté leur peur de raconter leur histoire de mariage forcé et d’esclavage domestique dans un documentaire produit dans le cadre du Projet de vidéo participative du GMFF de l’OIM, a ouvert le festival de cette année au Brésil.

Trois autres projections auront lieu à Pacaraima le 2 décembre, à Boa Vista le 6 décembre et à Rio de Janeiro le 11 décembre. Boa Vista et Pacaraima, situées dans l’Etat de Roraima, à la frontière avec le Venezuela, ont été choisies pour leur importance dans la récente vague migratoire au Brésil et car elles concentrent la majorité des activités de l’OIM. Entre avril et novembre 2018, plus de 3 000 Vénézuéliens arrivés au nord du Brésil ont été réinstallés dans le cadre de la stratégie du gouvernement fédéral avec le soutien de l’OIM au Brésil et d’autres organismes des Nations Unies. En outre, plus de 15 000 Vénézuéliens ont reçu des informations sur la régularisation et sur d’autres types d’aide humanitaire.

A l’issue de l’exposition, les participants assisteront également à un débat avec Guilherme Otero, de l’OIM au Brésil, et avec d’autres spécialistes. Suivant l’exemple de Flowers of Hope, certains films et documentaires ont été réalisés et produits par des migrants ou des réfugiés. Leurs histoires dramatiques, bouleversantes et comiques sont racontées à des publics divers et font naître de nombreux sentiments chez des personnes de toutes les cultures.

Les autres courts métrages sélectionnés pour ces expositions sont Brasiguaios, de Marcos Estrada, qui raconte l’histoire et l’identité d’un groupe de Brasiguaios (migrants brésiliens au Paraguay), marquées par la recherche de terres pour la production agricole au Brésil ou au Paraguay ; Somos Un, un court métrage collaboratif produit par les groupes ethniques Waraos et Eñepas afin de renforcer l’intégration de ces deux groupes indigènes vivant dans la même région et partageant une histoire ; et Riding the Death Train’ to America’s border, un regard sur les politiques de migration.

D’après Stephane Rostiaux, chef de mission de l’OIM au Brésil, « le Festival international du film sur la migration de l’OIM permet une meilleure compréhension et différentes perspectives pour relier un public plus large aux défis et possibilités qu’offrent la migration. » Et d’ajouter : « c’est également une grande chance pour la population d’en savoir plus sur la population Warao au nord du Brésil », faisant référence à Somos Un, une production brésilienne.

Le programmes des expositions brésiliennes est disponible sur le site internet du GMFF.

Le Festival international du film sur la migration est soutenu par PLURAL+, un festival de vidéos produites par des jeunes, et MigApp, l’application mobile de l’OIM pour les migrants.

Cliquez ici pour la liste de la sélection officielle 2018 et visionner la bande-annonce du GMFF 2018.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Vitória Souza, Bureau de pays de l’OIM à Brasilia, email : vsouza@iom.int

______________________________

Lancé en 2016, le GMFF met à l’honneur le lien entre le cinéma et la migration.

Des réalisateurs professionnels et amateurs sont invités à soumettre des films sur l’expérience de migration selon un thème établi. Cette année, huit films de la sélection officielle racontent l’histoire de la migration africaine. La plupart des films projetés montrent la complexité de la migration entre rêves et réalités, pression sociale et recherche de la liberté.

Suivez les événements dans la région sur les réseaux sociaux : Twitter et Facebook.

Pour plus d’informations veuillez contacter Florence Kim, Bureau régional de l’OIM pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale, Tel : +221 78 620 6213, Email : fkim@iom.int