Déclaration commune OIM/HCR l’occasion de la réunion du Conseil européen à Malte

Posted: 
02/03/17

Suisse -   A la veille de la réunion non officielle du Conseil européen prévue aujourd’hui, 3 février, à la Valette, l’OIM se joint au HCR pour appeler les dirigeants à prendre des mesures décisives en vue de répondre à la perte tragique de vies humaines sur l’itinéraire de la Méditerranée centrale et de remédier aux conditions déplorables des migrants et des réfugiés en Libye.

Pour mieux protéger les réfugiés et les migrants, nous avons besoin d’une Union européenne forte qui s’engage, au-delà de ses frontières, à protéger les personnes dans le besoin et à leur trouver des solutions, notamment en renforçant sa capacité à sauver des vies en mer ou sur terre, en consolidant la règle de droit et en luttant contre les réseaux criminels.

Nous appelons à concerter nos efforts pour garantir la mise en place de systèmes durables de migration et d’asile en Libye, lorsque la sécurité et la situation politique le permettent, ainsi que dans les pays voisins.

Nous appelons instamment à modifier l’approche de gestion des migrations qui repose actuellement sur la détention systématique des réfugiés et des migrants dans des conditions inhumaines en Libye vers la création de services d’accueil adéquats. Les centres d’accueil ouverts doivent offrir des conditions sûres et dignes, notamment pour les enfants et les victimes de traite et doivent respecter les garanties de protection.

Nous espérons que le Sommet d’aujourd’hui aidera l’Union européenne à adopter une approche commune en matière de migration.

Des mesures concrètes en soutien au gouvernement libyen sont nécessaires pour renforcer sa capacité à enregistrer les nouveaux arrivants, à soutenir le retour volontaire des migrants, à traiter les demandes d’asile et à proposer des solutions aux réfugiés.

Ces mesures doivent inclure un élargissement de l’éventail des possibilités d’alternatives plus sûres, comme par exemple la réinstallation et l’admission humanitaire, afin d’éviter l’entreprise de dangereux périples.

En Libye, avec nos partenaires, nous avons fait des efforts considérables pour fournir une protection de base aux réfugiés, aux migrants et aux populations touchées, qui, à certains endroits, sont en grand besoin d’assistance.

Les contraintes en matière de sécurité continuent d’entraver notre capacité à fournir une aide d’urgence et des services de base aux plus vulnérables et à trouver des solutions comme la réinstallation, l’aide au retour volontaire ou encore l’autosuffisance. L’accès humanitaire reste une priorité.

Nous pensons qu’au vu du contexte actuel, il n’est pas approprié de considérer la Libye comme un pays tiers sûr, ni d’établir un système de traitement extraterritorial des demandes d’asile en Afrique du Nord.

Nous espérons que des solutions humaines pourront être trouvées pour en finir avec le calvaire de milliers de migrants et de réfugiés en Libye et à travers la région et nous nous tenons prêts à aider et à renforcer notre engagement si les conditions le permettent.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Joel Millman, OIM Genève, Tel: +41.79.103 8720, Email: jmillman@iom.int

 Migrants arrive in Europe after surviving a harrowing sea journey. File photo: IOM.