Des corps de migrants présumés morts noyés s’échouent sur les côtes libyennes

Posted: 
02/02/18
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Missing Migrants, Refugee and Asylum Issues

Genève - Au moins 90 migrants se seraient noyés lorsque leur bateau a chaviré au large de la Libye ce matin (02/02). D’après Olivia Headon, de l’OIM en Libye, 10 corps se seraient échoués sur les côtes libyennes : deux ressortissants libyens et huit Pakistanais. Deux rescapés seraient parvenus à nager jusqu’au rivage et un autre a été secouru par un chalutier, a précisé Olivia Headon. L’OIM continue de recueillir des informations sur la tragédie et d’évaluer comment aider les rescapés, a-t-elle poursuivi.

« D’après les registres de l’OIM, 29 Libyens ont été secourus ou interceptés en 2017 mais l’estimation du nombre réel est bien plus élevée », a déclaré Olivia Headon.

En 2017, les 3 138 migrants pakistanais arrivés par la mer en Italie depuis la Libye étaient en 13ème position sur la liste des arrivées de migrants dans le pays (119 369). Cette année, ils sont la 3ème nationalité, avec 240 migrants arrivés en Italie en janvier. En comparaison, seuls neuf Pakistanais étaient arrivés en Italie par la mer en janvier 2017. D’après le Projet de l’OIM sur les migrants disparus (MMP), aucun décès de ressortissant pakistanais ou libyen n’a été recensé dans la Méditerranée en 2017. En 2016, le MMP avait enregistré la disparition de 8 ressortissants pakistanais dans la Méditerranée orientale lors d’un naufrage le 14 mars 2016, près de Kos, en Grèce.

Cette tragédie a lieu alors que l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, recense 6 624 migrants et réfugiés arrivés en Europe par la mer en date du 31 janvier 2018. A la même date en 2017, ils étaient 5 983 à aborder les côtes européennes. Environ 64 pourcent sont arrivés en Italie et le reste est réparti entre l’Espagne (19 pourcent) et la Grèce (16 pourcent).

L’OIM à Rome a rapporté jeudi (01/02) que des rescapés d’un naufrage qui s’est déroulé le week-end dernier sont arrivés mardi à Augusta, en Sicile. D’après des témoignages recueillis par le personnel de l’OIM à leur lieu de débarquement, le nombre total de victimes pourrait osciller entre 32 et 37, en plus des trois décès déjà confirmés.

Flavio Di Giacomo de l’OIM a expliqué que les migrants avaient quitté Zouara, en Libye, samedi aux alentours de minuit, à bord d’une embarcation transportant 130-135 personnes. Dimanche matin, leur bateau a commencé à prendre l’eau. Le navire Aquarius est arrivé à temps pour secourir 96 personnes, mais a dû repêcher les corps de deux passagères, deux mères qui laissent des enfants derrière elles.

D’après le MMP, avant même que le navire de SOS Méditerranée ne repêche ces corps au large des côtes libyennes, 11 autres migrants avaient déjà été évacués vers l’hôpital le plus proche à Sfax, en Tunisie, par un hélicoptère de la Marine italienne. Parmi les 11, une femme est décédée à l’arrivée.

Ces victimes portent le nombre total de décès dans la Méditerranée à 246 pendant le premier mois de l’année, contre 254 à la même date l’an dernier.

Olivia Headon, de l’OIM en Libye, a signalé que 252 migrants ont été renvoyés vers les côtes libyennes le mercredi 31 janvier. Quelque 226 hommes, 19 femmes (dont quatre enceintes) et 7 enfants se trouvaient à bord de deux embarcations pneumatiques à destination de l’Europe, a-t-elle expliqué.

« L’OIM a distribué de la nourriture et de l’eau au groupe une fois débarqué à terre et a fourni une aide médicale d’urgence à ceux qui en avaient besoin », a-t-elle ajouté. « L’OIM suivra chaque cas pour déterminer l’aide et la protection qui pourront leur être apportées. »

Olivia Headon a également rapporté qu’un autre groupe composé de 23 migrants a été renvoyé en Libye jeudi 1er février, dans l’après-midi. Un enfant faisait partie du groupe, ainsi que deux femmes enceintes, dont l’une devrait accoucher dans les prochains jours, a précisé Olivia Headon.

Les 246 décès de ce mois-ci - deuxième mois le plus meurtrier depuis juin 2017 - montre le caractère aléatoire du danger le long de ce couloir de migration. Le mois précédent (décembre 2017) était le moins meurtrier de tous depuis janvier 2014, tandis que les mois généralement chargés de juillet, août, septembre et octobre, ont recensé moins de 200 victimes chacun l’année dernière.

« Bien sûr, il n’existe aucun moyen de prédire le nombre de décès que nous enregistrons car presque tous les migrants qui meurent dans la Méditerranée sont les victimes du hasard », a déclaré Julia Black, coordonnatrice du MMP, « mais il est déchirant de constater que si souvent, des dizaines, voir des centaines, de décès se produisent le même jour. Même si les décès de ces migrants sont imprévisibles, il existe une tendance tragique indéniable dans la Méditerranée. »

Chaque année depuis 2014, le MMP enregistre plus de 3 000 décès de migrants dans la Méditerranée. Sandra Black a ajouté que les 28 décès enregistrés en janvier au large de l’Espagne étaient similaires à ceux enregistrés dans cette région en janvier 2017. Aucun décès n’a été enregistré dans les eaux grecques à ce jour cette année, tandis qu’un décès avait été confirmé sur cet itinéraire il y a un an (voir tableau ci-dessous). 

Le nombre de décès et d’arrivées dans la Méditerranée orientale a chuté. Au cours des 22 mois entre avril 2016 et janvier 2018, le nombre de victimes sur cet itinéraire est passé à 6,75 par mois, contre 96,25 par mois entre avril 2015 et mars 2016.

A travers le monde, le MMP a enregistré les décès ou disparitions de 396 migrants en janvier cette année, contre 545 à la même date l’an dernier (voir tableau ci-dessous).

Parmi les décès confirmés ces derniers jours se trouvaient deux enfants qui se sont noyés dans l’Océan Indien après le naufrage de leur bateau parti des Iles des Comores pour rejoindre l’île française de Mayotte le 22 janvier. Un autre enfant est porté disparu de cet incident au cours duquel 11 personnes été secourues.

En Amérique centrale, un jeune homme a été retrouvé mort samedi dernier (27/01). Son corps a été découvert le long de l’autoroute 150 entre Orizaba et Tehuacán, près de la frontière des Etats mexicains de Veracruz et de Puebla. Par ailleurs, un décès a été enregistré en Europe le 29 janvier : un jeune homme a été percuté par un véhicule sur l’autoroute E40, près de Jabbeke, en Belgique.

Les données du MMP sont compilées par le personnel de l’OIM mais proviennent de sources diverses, dont certaines ne sont pas officielles. Pour en savoir plus sur la collecte de données sur les migrants disparus, cliquez ici (en anglais).

Dernière infographie mise à jour pour la Méditerranée : ici 

Pour consulter les dernières données sur les arrivées et les décès de migrants en Méditerranée, rendez-vous sur : http://migration.iom.int/europe   
Pour en savoir plus sur le Projet sur les migrants disparus : http://missingmigrants.iom.int  

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Joel Millman, OIM Genève, Tel : +41.79.103-8720, Email : jmillman@iom.int    
Mircea Mocanu, OIM Roumanie, Tel :  +40212115657, Email : mmocanu@iom.int   
Dimitrios Tsagalas, OIM Chypre, Tel : + 22 77 22 70 ; E-mail : dtsagalas@iom.int   
Flavio Di Giacomo, OIM Italie, Tel : +39 347 089 8996, Email : fdigiacomo@iom.int 
Hicham Hasnaoui, OIM Maroc, Tel : + 212 5 37 65 28 81, Email : hhasnaoui@iom.int   
Kelly Namia, OIM Grèce, Tel : +30 210 9919040, +30 210 9912174, Email : knamia@iom.int     
Julia Black, OIM GMDAC à Berlin, Tel : +49 30 278 778 27, Email : jblack@iom.int
Christine Petré, OIM Libye Tel :  +216 29 240 448, Email : chpetre@iom.int    
Ana Dodevska, OIM Espagne, Tel : +34 91 445 7116, Email : ADODEVSKA@iom.int  
Myriam Chabbi, OIM Tunisie, Tel :  +216 28 78 78 05, Mobile : +216 71 860 312 Ext. 109, Email : mchabbi@iom.int