Des experts débattent des défis et opportunités de la migration de main-d’œuvre en Colombie

Posted: 
05/09/17
Themes: 
Labour Migration

Colombie - L’OIM en Colombie et le Service national d’apprentissage (SENA) ont organisé, les 5 et 6 mai, un événement qui a rassemblé des experts internationaux et nationaux, des dirigeants d’entreprises, des fonctionnaires et des jeunes apprentis ainsi que des instructeurs du SENA pour débattre de la migration de main-d’œuvre.

L’événement faisait partie des efforts nationaux visant à renforcer la politique publique en matière de migration de main-d’œuvre grâce à la sensibilisation et au partage d’expériences, de bonnes pratiques et d’enseignements aux niveaux national et international.

Parmi les participants figuraient, entre autres, Ricardo Cordero et Anna Platonova, spécialistes de la migration de main-d’œuvre de l’OIM, ainsi que des experts de l’Organisation mondiale du travail (OIT), de l’Organisation ibéro-américaine de la sécurité sociale (OISS) et d’institutions colombiennes comme les ministères des Affaires étrangères, du Travail, de l’Industrie et du Tourisme, de Migración Colombia (Autorité nationale chargée des migrations) et de l’Agence de recrutement publique du SENA.

Les participants ont débattu des droits fondamentaux des migrants de main-d’œuvre à l’intérieur de la Colombie et de la migration des migrants qualifiés. D’autres thèmes étaient au cœur des débats, notamment la situation économique du pays au regard des accords de paix, le rôle du secteur privé et sa participation au Système international d’intégrité du recrutement (IRIS) et aux mécanismes de lutte contre la traite, ainsi que les réussites et défis en matière de migration de main-d’œuvre au niveau régional.

S’agissant des opportunités de migration de main-d’œuvre internationale dans le secteur privé, Anna Platonova a déclaré que « le défi pour le secteur privé au niveau mondial est la pénurie de travailleurs hautement qualifiés. » Ainsi, « il est vital que ceux qui décident de migrer aient l’expérience professionnelle nécessaire pour occuper les postes vacants dans les pays étrangers », a-t-elle ajouté.

Dans le cas de la Colombie, pendant des décennies, la tendance était de migrer vers d’autres pays de la région et vers les Etats-Unis, le Canada et l’Espagne, principalement en raison du conflit armé. Le flux de main-d’œuvre est donc quasiment permanent dans la région pour ces pays.

S’exprimant sur les opportunités de travail à l’étranger pour les Colombiens, Alejandro Guidi, chef de mission de l’OIM en Colombie, a déclaré : « il est important d’être aussi informé que possible sur une opportunité en particulier, de connaître toutes les obligations contractuelles que l’entreprise impose, de se rendre au consulat ou à l’ambassade du pays en question, de savoir si l’entreprise propose un poste qui existe réellement et de rechercher de l’aide si on ne parle pas la langue. »

Et d’ajouter : « la mondialisation, les changements démographiques, le conflit, les inégalités de salaire et les changements climatiques poussent de plus en plus de travailleurs et leurs familles à franchir les frontières à la recherche de meilleurs emplois et d’une sécurité. »

Dans le cadre des efforts du gouvernement colombien visant à développer des stratégies de mobilité transfrontalière et à accroître l’échange d’informations national et international, l’OIM en Colombie travaille main dans la main avec le SENA depuis 2015 en vue d’étendre les opportunités d’emploi, en particulier pour les populations vulnérables du pays, pour avoir un impact positif sur la productivité, le développement social et la consolidation de la paix.

D’après Jaime Vence, coordinateur national de l’emploi au SENA, entre 2006 et cette année, le SENA a présélectionné et placé environ 3 800 personnes qui ont trouvé un emploi rémunérateur en Espagne, au Portugal, au Canada et au Panama. »

La Colombie est un pays de tradition émigrante (sortie du pays) avec 4,7 millions d’émigrants, d’après le Ministère des affaires étrangères. D’après l’OIT, à travers le monde, on dénombre 244 millions de migrants, dont 150,3 millions de migrants de main-d’œuvre.

Le SENA est l’entité du Ministère colombien du travail qui dispense des programmes de formation professionnelle et technique à des millions de Colombiens afin d’améliorer le développement économique et social du pays.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Karen Mora, OIM Colombie, Tel. + (57) 1 639 7777, Email: kmora@iom.int