Des rescapés d’un naufrage au large du Cameroun retournent au Burkina Faso

Posted: 
09/17/19
Themes: 
Assisted Voluntary Return and Reintegration, EUTF, Migrant Assistance

Ouagadougou - Cinquante-neuf migrants burkinabés qui ont survécu à un naufrage au large de Kribi, au Cameroun, fin juillet, sont finalement rentrés chez eux la semaine dernière (12/09). Les migrants qui ont quitté Douala, au Cameroun, ont été accueillis à l’aéroport de Ouagadougou par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le gouvernement du Burkina Faso avec le soutien de l’Union européenne (UE).

Les 59 Burkinabés faisaient partie des 117 personnes, dont 32 Ghanéens et 26 Togolais, à se retrouver bloqués en haute mer lorsque leur embarcation est tombée en panne de carburant les 29-30 juillet, après avoir quitté Cotonou, au Bénin.

Après leur sauvetage, les autorités locales et administratives camerounaises et les communautés locales ont fourni une aide aux migrants démunis et bloqués et ont permis leur accès aux services de base.

Suite à une demande du Consulat honoraire du Burkina Faso à l’OIM au Cameroun, les survivants bloqués qui n’avaient pas les moyens de couvrir les coûts de retour ont reçu une aide au retour volontaire. Les rescapés du naufrage originaires du Togo et du Burkina Faso sont également rentrés chez eux à bord d’un vol affrété par l’OIM dans le cadre du Fonds régional d’assistance directe (RDAF) de l’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants.

Le RDAF, établi en 2019, par l’OIM est un mécanisme flexible et rapide visant à répondre aux besoins urgents et imprévus de protection et d’aide des migrants bloqués le long d’itinéraires migratoires en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale et qui sont originaires de la région.

« Bien que les médias aient tendance à couvrir exclusivement la migration africaine vers l’Europe, nos données révèlent que plus de 70 pour cent des migrants se déplacent à l’intérieur de la région ouest-africaine », a déclaré Andreas De Boer, chargé de programme de l’OIM au Burkina Faso. « Ces migrants font face à d’importantes vulnérabilités dans la région. L’aide au retour et à la réintégration est essentielle pour leur donner la possibilité de redémarrer à zéro et nous saluons le gouvernement du Burkina Faso pour son engagement à faire face à cette problématique », a-t-il ajouté.

Dans ce cas précis, le soutien du RDAF comprenait le transport des rescapés du naufrage de Kribi, la mise à disposition de leur hébergement temporaire au Cameroun, l’aide médicale et alimentaire et l’aide au retour volontaire vers leur pays d’origine. L’aide à la réintégration et le soutien médical, social et psychosocial seront fournis aux Burkinabés de retour, notamment aux plus vulnérables d’entre eux, comme les mineurs qui seront aidés par l’UNICEF et Action Sociale.

L’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants financée par le Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne pour l’Afrique et mise en œuvre par l’OIM a été lancée en 2017 dans 13 pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale afin d’aider les migrants bloqués le long d’itinéraires migratoires, notamment les itinéraires méditerranéens.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Andreas De Boer, OIM Burkina Faso, Tel. +226 74 93 81 28, email : adeboer@iom.int

  • 59 survivors of a shipwreck were assisted to return to Burkina Faso. Photo: IOM