Diminuer le déplacement dû aux changements climatiques et aux catastrophes est une priorité pour l’OIM

Posted: 
05/16/19
Themes: 
Disaster Risk Reduction

Genève - Les changements climatiques et les catastrophes poussent les populations à se déplacer plus que jamais auparavant, que ce soit dû à des catastrophes à impact rapide comme les cyclones sans précédent qui ont dévasté l’Afrique australe en début d’année, ou des phénomènes météorologiques destructeurs à long terme à l’origine de la sécheresse.

Rien que l’an dernier, plus de 17 millions de personnes ont été déplacées suite à des catastrophes, représentant 61 pour cent de tous les déplacements internes à travers le monde, d’après le Centre de contrôle dudéplacement interne, l’un des partenaires de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). 

Cette semaine, la sixième session de la Plateforme mondiale sur la réduction des risques de catastrophes (GP 2019) à Genève donne l’opportunité d’ouvrir le dialogue et le partage des connaissances sur les stratégies de réduction des risques de catastrophe (DRR) et le renforcement de la résilience à travers le monde. Les participants ont également renouvelé leur détermination à mettre en œuvre le Cadre d’action pour la réduction des risques de catastrophe de Sendai (2015-2030). 

L’événement, organisé par le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNDRR) et accueilli par le gouvernement de la Suisse, a rassemblé plus de 4 000 responsables de gouvernements, praticiens de la DRR, universitaires et représentants des agences des Nations Unies, ONG et groupes communautaires. 

Sous le thème « les retombées de la résilience : vers des sociétés durables et solidaires », l’OIM salue l’attention portée au déplacement dû à des catastrophes à l’occasion de la GP 2019, à travers plusieurs sessions et interventions, a déclaré Louis Hoffman, à l’occasion de la GP 2019 jeudi. 

« Nous devons tous accentuer nos efforts pour réduire les risques de catastrophe en prévenant le déplacement, en se préparant et en intervenant de façon appropriée et en soutenant des solutions durables au déplacement dans la phase d’après-catastrophe », a déclaré Louis Hoffmann, lors de la GP 2019, jeudi. 

Il a réaffirmé la détermination de l’OIM à renforcer l’appui conjoint des Nations Unies aux pays pour atteindre leurs objectifs dans le cadre d’action de Sendai et le Programme 2030 pour le développement durable. 

« L’OIM reste déterminée à œuvrer avec les Etats et les communautés pour renforcer la résilience, tout en faisant la promotion des avantages et opportunités que la mobilité peut apporter à ceux qui recherchent une vie meilleure, lorsqu’elle s’effectue de manière sûre et dans la dignité », confie M. Hoffmann. 

Depuis que l’OIM a lancé son Plan de travail stratégique sur la réduction des risques de catastrophe il y a deux ans, l’Organisation a aidé plus de 70 pays à prévenir et à réduire les effets des catastrophes, formant plus de 6 400 responsables gouvernementaux et fournissant une aide directe à 1,4 million de personnes. 

Au Bangladesh, au Yémen et au Salvador, entre autres, l’OIM œuvre en vue d’améliorer les systèmes d’alerte rapide, de dispenser des formations sur le relèvement après une catastrophe et de renforcer les capacités en matière de changement climatique et de migration. Suite au cyclone Idai au Mozambique, l’OIM a fourni un abri à plus de 85 000 survivants et se tient prête à aider le gouvernement à mieux reconstruire pendant la phase de relèvement. 

En tant que membre de l’Initiative pour le renforcement des capacités d’intervention en cas de catastrophe (CADRI), l’OIM fait part de son expertise pour les évaluations dans les pays exposés au déplacement dû à une catastrophe. Elle conseille également les Etats sur la façon de tirer le meilleur des contributions que les migrants apportent pour promouvoir la résilience au sein de leurs communautés. 

L’Organisation soutient d’autres Initiatives dirigées par l’Etat comme l’Initiative sur les Migrants dans des pays en crise (MICIC) et la Plateforme sur le déplacement dû à une catastrophe, afin de faire avancer l’inclusion des personnes déplacées et des migrants dans les interventions DRR. 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Angela Wells, Département des opérations et des situations d’urgence à Genève, Tel : +41 7940 35365, Email : awells@iom.int

  • Women displaced from drought in Ethiopia receive emergency shelter from IOM. The Organization supports more than 70 countries to prevent and mitigate disaster displacement. Photo: Rikka Tupaz