Eau salubre, hygiène et assainissement : une nécessité pour contenir la COVID-19 chez les déplacés internes du nord-est du Nigéria

Posted: 
07/17/20
Themes: 
COVID-19

Maiduguri - La COVID-19 continue de perturber la santé, la vie publique et les moyens de subsistance dans le pays le plus peuplé d'Afrique. Alors que la maladie continue de se propager dans le nord-est du Nigéria, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) étend ses opérations d'eau, d'assainissement et d'hygiène (WASH) pour réduire la propagation du virus.

Un nouveau projet de l'OIM aidera à prévenir et à contrôler les infections à la COVID-19 dans trois zones de l'État de Borno où se trouvent de fortes concentrations de déplacés internes, zones également considérées comme étant à haut risque de propagation de la maladie.

Dans l'État de Borno, le plus grand de la région, environ 80 pour cent des quelque 840 000 déplacés internes vivent dans des abris temporaires de fortune, dans des conditions de surpeuplement où la distanciation physique est difficile, voire impossible.

En outre, malgré la pandémie, les attaques par des groupes armés non étatiques dans le nord-est sont en cours, y compris dans les zones proches des opérations humanitaires. Le 2 juillet, une attaque à Damasak a coûté la vie à deux civils, dont un enfant de cinq ans, et a endommagé un hélicoptère humanitaire.

Plus tôt cette semaine (14/07), le Centre de contrôle des maladies du Nigéria a enregistré 591 cas confirmés et 35 décès à Borno, où une crise humanitaire de dix ans a provoqué le déplacement de 1,8 millions de personnes et laissé 10,6 millions d’autres dans le besoin. L'impact d'une épidémie au sein des populations déplacées dans cette région pourrait être dévastateur.

« Sans installations sanitaires et matériel d’hygiène à disposition, les déplacés internes sont extrêmement vulnérables à la transmission de maladies », a déclaré Teshager Tefera, responsable du programme WASH de l'OIM au Nigéria. « Nos équipes continuent de travailler aux côtés des communautés déplacées pour acheminer l'eau potable dans les camps et les installations voisines, mais il reste beaucoup à faire. » 

Les services aideront environ 420 000 déplacés internes dans 120 camps et communautés voisines dans les municipalités de Maiduguri, Konduga et Damasak, dans l'État de Borno. Le projet visera à acheminer de l'eau salubre, ainsi que 22 000 kits d'hygiène comprenant du savon, des seaux et d'autres articles, aux populations à risque.

En moyenne, l'OIM fournit deux millions de litres d'eau par jour à 113 500 personnes à Borno, où des pluies torrentielles et des inondations ont causé des dégâts importants aux latrines, aux douches, aux stations de lavage des mains et aux panneaux solaires. Le financement permettra à l'OIM de former et de mobiliser les communautés déplacées pour réparer et entretenir ces installations et de construire 1 040 points de lavage des mains supplémentaires en utilisant des robinets d'eau actionnés au pied et des distributeurs de savon pour éviter tout contact avec les surfaces.

Pour compléter ces activités, les travailleurs de l'OIM sur le terrain forment les résidents des camps locaux à la communication des risques et à l'engagement communautaire, atteignant ainsi près de 20 000 personnes en faisant de la sensibilisation au porte-à-porte.

« Même si je suis aveugle, je fais toujours attention aux promoteurs de l'hygiène qui nous disent comment nous laver correctement les mains pour éviter le virus. Je passe la plupart de mon temps à la maison, donc j'attends toujours avec impatience leurs visites », a déclaré Lariya Magaji, une femme de 89 ans qui vit avec sa petite-fille dans le camp du stade à Maiduguri.

Pour éviter les rassemblements de masse, les informations seront également diffusées par des haut-parleurs montés sur des tricycles pour atteindre un grand nombre de déplacés internes dans les camps sans les exposer aux risques.

Récemment, l'OIM au Nigéria a lancé son Plan stratégique de préparation et de réponse à la COVID-19 avec une demande de 19,3 millions de dollars pour atténuer les impacts socioéconomiques de la pandémie et assurer la continuité de l'aide vitale dans les situations d'urgence.

« Il s’agit de notre plus gros don WASH depuis le début du programme au Nigéria en 2018, et il arrive à un moment où ces services sont le plus indispensables », a déclaré Franz Célestin, chef de mission de l'OIM au Nigéria. « Le soutien de l'OFDA nous aidera à assurer la pérennité de nos activités vitales à Borno », a-t-il ajouté.

Le projet de 6,22 millions de dollars US intitulé Strengthening COVID-19 Preparedness and Response in North-east Nigeria Through Targeted Water, Sanitation and Hygiene (WASH) Activities, financé par l'Office américain d’aide en cas de catastrophe à l’étranger (OFDA), sera mis en œuvre sur une période de douze mois.

Pour plus d'informations, veuillez contacter Jorge Galindo, OIM Nigéria, Tel : +234 906 273 9168, Email : jgalindo@iom.int 

  • Des femmes collectent de l'eau d'un forage alimenté par l'énergie solaire dans un camp à Maiduguri, dans l'État de Borno. Photo : OIM 2020