La corne de l’Afrique et les pays du Golfe réitèrent la dignité et les droits fondamentaux des migrants lors d’une conférence à Djibouti

Posted: 
12/07/18
Themes: 
Migrants Rights

Djibouti City - Cette semaine, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a co-organisé une conférence regroupant sept nations à Djibouti afin de renforcer l’action humanitaire auprès des migrants dans la corne de l’Afrique, au Yémen et dans les pays du Golfe, à la veille des pourparlers de paix demandés par les Nations Unies entre les factions belligérantes au Yémen. 

La conférence, intitulée Drawing on Peace Dividends in the Horn of Africa to Ensure Urgent Enhancements in the Management of Migratory Flows to Yemen and the Gulf Countries, a été organisée mercredi en partenariat avec le gouvernement de Djibouti et le King Salam Humanitarian Aid and Relief Centre. 

La conférence visait à favoriser une coopération accrue entre les gouvernements et les partenaires en matière de protection et d’action humanitaire auprès des migrants qui traversent la corne de l’Afrique pour rejoindre les pays du Golfe, en particulier le Yémen. 

Mardi, l'OIM faisait état de près de 150 000 personnes ayant traversé le Golfe d’Aden pour atteindre le Yémen, l’un des itinéraires maritimes les plus empruntés du monde, notamment par les plus jeunes, les enfants représentant en effet quelque 20 pour cent de la population migrante du Yémen. 

Des délégués de sept pays (Djibouti, Ethiopie, Egypte, Royaume d’Arabie saoudite, Koweït, Yémen et Somalie) ont apporté de précieuses contributions aux débats sur les difficultés auxquelles sont confrontés leurs pays dans la protection des migrants et dans la réponse à la migration. 

A l’ouverture du dialogue, le président de la réunion, Hassan Omar Mohammad Bourhan, Ministère de l’intérieur de Djibouti, a exhorté les pays dans les deux régions à « mettre en place des politiques locales garantissant la protection et le respect des droits fondamentaux des migrants, en particulier du nombre important de mineurs non accompagnés qui ont besoin d’une protection et d’une aide spécifique. » 

De la même manière, dans un discours vidéo préparé, le Directeur général de l’OIM, António Vitorino, a déclaré : « vous êtes réunis pour trouver des moyens concrets de protéger tous ceux qui traversent vos frontières, quel que soit leur statut migratoire ou leur nationalité. Les voies de migration sûres et légales s’avèreront bénéfiques pour tous. » 

Pendant la réunion, les directeurs régionaux et chefs de mission de l’OIM ont mis en évidence les difficultés complexes auxquelles sont confrontés les migrants et leurs missions, notamment concernant : la programmation de la protection et de l’aide aux migrants ; la réintégration durable des rapatriés ; les interventions en matière de santé et les plans d’urgence ; les solutions à long terme comme les voies légales ; et les campagnes de sensibilisation et la gestion des migrations. 

Des déclarations ont également été faites par l’Union européenne, l’Autorité intergouvernementale sur le développement, l’UNICEF, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, et le Programme des Nations Unies pour le développement au nom du coordonnateur permanent des Nations Unies. 

Lors de la session finale, les délégués et acteurs humanitaires ont convenu de trouver des solutions pratiques pour répondre aux besoins humanitaires des migrants en : 

  • Favorisant le retour sûr, digne et volontaire et la réintégration durable ;
  • Garantissant l’accès humanitaire en respectant le droit humanitaire ;
  • Tenant pour responsables les passeurs et trafiquants des exactions commises auprès des migrants ;
  • Investissant à long terme dans des projets de développement et de sensibilisation afin de traiter les causes profondes de la migration irrégulière ;
  • Dispensant des examens de santé auprès des migrants et en adoptant des mesures pour l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène afin de prévenir et de combattre les épidémies ;
  • Continuant à échanger des informations et des meilleures pratiques en matière de gestion des migrations, entres autres.

Ces interventions et autres actions prioritaires sont également mentionnées dans le Regional Migrant Response Plan for the Horn of Africa and Yemen, une stratégie dirigée par l’OIM et d’autres partenaires pour répondre aux besoins humanitaires et à ceux du développement de manière adaptée à ce couloir migratoire. 

Le DG Vitorino a rappelé aux délégués que : « l’OIM est déterminée à appuyer vos efforts visant à respecter, protéger et faire appliquer les droits de l’homme. Nous travaillerons avec vous pour faciliter les retours humanitaires volontaires des migrants bloqués ; aider les plus démunis ; prévenir et traiter leurs besoins de santé ; et apporter des solutions dignes et durables pour les migrants qui rentrent chez eux. » 

Il a remercié les gouvernements du Danemark, de l’Union européenne, de l’Allemagne, du Japon, du royaume d’Arabie saoudite, des Pays-Bas, du Royaume-Uni, des Etats-Unis d’Amérique et de nombreux autres qui soutiennent l’action humanitaire de l’OIM auprès des migrants au Yémen et le Plan d’action régional. 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Angela Wells, siège de l’OIM à Genève, Tel : +41 7940 35365, Email : awells@iom.int

  • Mohammed Abdiker, IOM Director of Operations and Emergencies, led discussions at the conference on Wednesday (05/12). Photo: IOM/Angela Wells

  • Carmela Godeau, IOM Regional Director of Middle East and North Africa, moderated the panel Sustainable Reintegration of Migrants and Addressing Drivers. Photo: IOM/Leonard Doyle