Communiqué
Global

La dernière tragédie au Texas met en évidence la crise le long de la route migratoire la plus meurtrière

Lajas Blancas, Panama. Selon le Projet Migrants Disparus, 51 personnes ont péri lors de périples migratoires à travers la région du Darien en 2021. Photo : OIM/Gema Cortes

Berlin/San Jose – Plus de 1 238 personnes ont perdu la vie en migrant dans les Amériques en 2021, dont au moins 51 enfants, selon les nouvelles données publiées par le Projet Migrants Disparus (MMP) de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Au moins 728 de ces décès sont survenus au passage de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, ce qui en fait le passage terrestre le plus meurtrier au monde, selon les données.

Les dangers auxquels sont confrontées les personnes en situation de déplacement dans toute la région ont été mis en évidence le 27 juin suite à la découverte de 53 corps dans un semi-remorque abandonnée à San Antonio, au Texas, et à l'hospitalisation de 16 survivants. Cette tragédie porte le nombre total de décès à ce jour en 2022 à 493, et elle nous rappelle le nombre sous-évalué de décès de migrants qui ont lieu à la frontière entre les États-Unis et le Mexique et dans toutes les Amériques, ainsi que les familles qui leur survivent.

« Le nombre de décès à la frontière entre les États-Unis et le Mexique l'an dernier est nettement supérieur à celui de toutes les années précédentes, même avant COVID-19 », a déclaré Edwin Viales, auteur du nouveau rapport de l'OIM sur les migrants dans les Amériques en 2021. « Cela dit, ce chiffre reste une sous-estimation en raison des diverses difficultés que pose la collecte de données. »

Malgré la pandémie en cours, un nombre croissant de personnes d'Amérique latine et des Caraïbes entreprennent de dangereux périples irréguliers. Les restrictions de mobilité promulguées en réponse à la pandémie - et qui n'ont pas encore été levées - peuvent également avoir conduit à un « effet entonnoir », poussant les migrants n’ayant pas beaucoup de choix vers des itinéraires de plus en plus dangereux.

De nombreux décès enregistrés sur ces routes proviennent de pays comptant un nombre élevé de demandeurs d'asile. Au moins 136 Vénézuéliens sont morts en transit au cours des 18 derniers mois, en plus de 108 Cubains et 90 Haïtiens. Cependant, le groupe démographique le plus important dans les données disponibles sur les décès de migrants dans les Amériques est celui des personnes non identifiées. Les pays d'origine de plus de 500 personnes dont le décès a été enregistré depuis 2021 sont répertoriés comme « inconnus ».

« Nos données montrent la crise croissante des décès pendant la migration dans la région, et la nécessité de renforcer la capacité médico-légale des autorités pour identifier les corps le long de ces routes. Nous ne devons pas oublier que derrière chaque chiffre se trouve un être humain avec une famille qui ne saura peut-être jamais ce qui lui est arrivé », a déclaré M. Viales.

Malgré les engagements pris pour sauver la vie des migrants et prévenir d'autres décès et disparitions dans le cadre du Pacte mondial sur les migrations, et malgré les obligations applicables en vertu du droit international, la situation sur le terrain reste extrêmement dangereuse pour les personnes en mouvement dans les Amériques.

Dans la Déclaration de progrès du Forum d'examen des migrations internationales qui s'est tenu en mai 2022, l'Assemblée générale des Nations Unies a réaffirmé la responsabilité collective de préserver la vie de tous les migrants et de prendre des mesures pour prévenir les décès de migrants. Dans ce contexte, elle est restée profondément préoccupée par le fait que des milliers de migrants continuent de mourir ou de disparaître chaque année le long d’itinéraires dangereux sur terre et en mer, en transit et dans les pays de destination. En avril 2022, dans une déclaration extraordinaire, la Conférence régionale sur les migrations a également souligné l'importance de sauver des vies en déployant des efforts internationaux coordonnés sur les migrants disparus.

Un rapport contenant une analyse des données de 2021 sur les décès de migrants dans les Amériques est disponible sur missingmigrants.iom.int/americas-2021

Les dernières données du Projet Migrants Disparus dans les Amériques peuvent être consultées sur missingmigrants.iom.int/region/Americas

***

Pour plus d'informations, veuillez contacter :

Jorge Galindo, CMADM de l’OIM, Tel : +49 1601 791 536, Email : jgalindo@iom.int

Safa Msehli, siège de l'OIM, Tél : +41 79 403 5526. Email : smsehli@iom.int