La police aux frontières entre le Mali et la Mauritanie reçoit une formation collective

Posted: 
06/10/16

Mali - Cette semaine, l’OIM a démarré une session de formation conjointe destinée aux officiers de police aux frontières maliens et mauritaniens à Sélibaby, au sud de la Mauritanie.

La formation fait partie d’un projet de l’OIM financé par le Japon intitulé : « renforcer la capacité collective de gestion des frontières et de protection des communautés frontalières entre la Mauritanie et le Mali. »

Elle est destinée à améliorer la sécurité des zones frontalières poreuses entre les deux pays en renforçant leur capacité de gestion des frontières. Elle vise également à faciliter la coopération bilatérale entre les deux gouvernements et à susciter un meilleur engagement de la population locale vivant dans les zones frontalières.

L’atelier de dix jours apportera à 18 officiers de police maliens et mauritaniens des compétences essentielles au contrôle des frontières, notamment en matière d’examen des documents de voyage. Les participants seront également formés à des compétences spécifiques nécessaires pour mener des entretiens avec des victimes de traite tout en respectant leur besoin de sensibilité, de confidentialité et de non-discrimination.

La Mauritanie et le Mali partagent une longue frontière poreuse qui est difficile à surveiller. Les menaces transnationales, notamment le terrorisme, la criminalité organisée et la migration illégale, restent des préoccupations majeures dans la région.

La formation fait suite à des ateliers organisés en début d’année à Bamako, la capitale du Mali, et à Ayoûn-el-Atroûs, une ville mauritanienne proche de la frontière malienne.

D’ici la fin de l’année, le projet vise à former un total de 130 officiers de police aux frontières maliens et 150 Mauritaniens.

Le programme est centré sur les normes internationales des droits de l’homme. Il met en avant la nécessité de protéger les groupes vulnérables, en s’assurant que leurs droits ne soient pas menacés par des mesures visant à lutter contre le terrorisme et la criminalité transnationale.

Rassembler les officiers de police des deux côtés de la frontière est un élément essentiel de cette formation. En plus d’apprendre de nouvelles compétences et de partager des expériences, les participants consolident leur confiance mutuelle et établissent des contacts qui dureront pendant des années.

Les participants maliens de l’atelier de Sélibaby proviennent de la région des Kayes. Travaillant aux postes-frontières à la frontière mauritanienne, ils peuvent établir des contacts et mieux communiquer avec leurs collègues de l’autre côté de la frontière.

Avant les ateliers, les formateurs mauritaniens et maliens ont participé à une formation de trois semaines à Ouagadougou, au Burkina Faso, dans le cadre d’un projet régional également financé par le gouvernement japonais, intitulé : « Gestion coordonnée des frontières au Niger, au Mali, en Mauritanie et au Burkina Faso. »

La formation a été dispensée par des experts de l’EUCAP Sahel Mali, une mission civile de l’Union européenne à Bamako qui dispense une formation et fournit des conseils stratégiques dans le secteur malien de la sécurité.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Aminta Dicko, OIM Mali, Tel.: +223 90 50 00 07, Email: adicko@iom.int

Malian and Mauritanian border police at the joint training. Photo: IOM.