La prévention de l’Ebola s’intensifie aux frontières ougandaises

Posted: 
08/02/19
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Migration Health

Kampala - Un an après le début de l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC), la maladie continue de toucher les communautés mobiles le long de la frontière ougandaise aux principaux points de transit.

D’après la Matrice de suivi des déplacements (DTM) de l’OIM, la majorité des personnes (environ 40 pour cent) ont traversé la frontière entre l’Ouganda et le Congo le mois dernier pour entreprendre des activités économiques. D’autres ont traversé pour rendre visite à leur famille ou acheter des marchandises.

Le nombre de mouvements le plus élevé enregistré par la DTM a été recensé au poste-frontière près de Beni, épicentre de l’épidémie et zone souffrant du conflit et du déplacement.

« Il existe un risque que l’Ebola parvienne en Ouganda, mais les efforts aux points d’entrée nous aident à prévenir la propagation de la maladie. Malgré l’épidémie en RDC, il est important que les personnes continuent de se déplacer, de commercer et de trouver refuge librement », a déclaré le Dr. Patrick Kaliika, coordonnateur de la santé à l’OIM en Ouganda.  

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a demandé que les frontières ne soient pas fermées et qu’aucune restriction sur le commerce ne soit appliquée lorsque l’épidémie a récemment été déclarée « Urgence de santé publique de préoccupation internationale ».

L’OIM et ses partenaires accélèrent les efforts de prévention à plus de 64 points de passage frontaliers - également appelés points d’entrée - à l’ouest de l’Ouganda.

« La prévention est meilleure que le traitement donc l’approche de contrôle et de préparation est cruciale pour l’Ouganda. A travers la collaboration avec les partenaires, je peux dire avec confiance que nous sommes prêts si un autre cas se déclare ici », a déclaré Ayebale Apolo, épidémiologiste auprès du Ministère ougandais de la santé.

Il s’est joint à six autres responsables de l’OIM, de l’OMS et du gouvernement ougandais cette semaine lors d’une mission de contrôle conjointe afin d’évaluer l’efficacité des points d’entrée actuels. Au cours des six prochains mois, ces organisations formeront des responsables de la santé, de l’immigration, de la sécurité et des douanes sur le contrôle aux frontières lors d’urgences humanitaires et sanitaires.

L’OIM gère actuellement 20 sites de dépistage aux points d’entrée au sud-ouest de l’Ouganda et soutient les autorités des districts et les autorités nationales afin de contrôler et guider les opérations à travers sept districts le long de la frontière avec la RDC.

Les travailleurs sanitaires encouragent les voyageurs à se laver les mains afin de prévenir la transmission et chaque personne subit un contrôle pour évaluer les symptômes, notamment une prise de la température. Si l’équipe soupçonne qu’un voyageur pourrait être infecté, il est transféré vers le poste sanitaire le plus proche pour un examen et une prise en charge plus poussés.

Trois cas d’Ebola ont fait surface dans le district de Kasese en Ouganda au mois de juin, après que trois voyageurs infectés ont traversé la frontière ensemble depuis la RDC. Depuis, un nouveau point d’entrée a été établi à Kasese et les contacts ont été vaccinés. Il n’y a actuellement aucun cas d’Ebola en Ouganda.

« L’OIM espère que ce projet sanitaire à la frontière préparera non seulement mieux le pays à endiguer la propagation de l’Ebola mais aussi d’autres maladies qui pourraient devenir plus importantes dans les centres de transit », a poursuivi le Dr. Kaliika.

Cette initiative s’inscrit dans le Plan régional stratégique de l’OIM pour la préparation opérationnelle à l’Ebola ainsi que dans le Plan national ougandais de préparation au virus Ebola. Elle est soutenue par le Fonds central des Nations Unies pour les interventions d’urgence (CERF).

L’Organisation gère également 83 sites de dépistage dans les zones à fort transit et 15 points d’entrée aux points de frontières près des zones à haut risque au Soudan du Sud.

Pour plus d’informations, veuillez contacter

Angela Wells, Département des opérations et des urgences, siège de l’OIM, Tel. +41 79 403 5365, email : awells@iom.int

Erika De Bona, OIM Ouganda, Tel. +256 312 263 210, email : edebona@iom.int

  • Les voyageurs sont encouragés à se laver les mains pour prévenir la potentielle transmission de l’Ebola aux postes de dépistage aux frontières en Ouganda. Photo : OIM 2019/Muse Mohammed