A la recherche de la paix : une nouvelle étude examine les difficultés auxquelles sont confrontées les familles de migrants disparus au Royaume-Uni

Posted: 
04/30/21
Themes: 
Missing Migrants

Berlin - Lorsqu'une personne est portée disparue, les lois, les procédures et la coopération interétatique existantes permettent aux familles de prendre les dispositions nécessaires et de faire le deuil de leurs proches.

Un nouveau rapport du Centre mondial d'analyse des données sur la migration et du Projet sur les migrants disparus de l'Organisation internationale des migrations (OIM) montre que ce n'est pas le cas pour certains au Royaume-Uni dont des proches migrants ont disparu.

« Les familles qui ont participé à l’étude au Royaume-Uni font partie de dizaines de milliers de personnes qui vivent dans le monde entier avec la douleur de ne pas savoir ce qu'il est advenu de leurs proches disparus ou décédés au cours de périples migratoires », a déclaré Frank Laczko, directeur du Centre mondial d'analyse des données sur la migration (CMADM) de l'OIM à Berlin.

Au cours des deux dernières années, le CMADM de l'OIM a mené une étude qualitative financée par le Département fédéral suisse des affaires étrangères auprès de familles recherchant des migrants disparus dans plusieurs pays. Le double objectif de cette recherche est d'amplifier la voix des familles de migrants disparus et d'émettre une série de recommandations afin d’alimenter des actions pour les soutenir.

Ce nouveau rapport montre que les cas de migrants disparus au Royaume-Uni s'étendent bien au-delà de la Manche.

Depuis 1999, près de 300 personnes auraient péri le long de la côte nord de la France, de la Belgique et des Pays-Bas, dans la Manche ou peu de temps après avoir traversé vers le Royaume-Uni, selon les informations recueillies par le Projet de l’OIM sur les migrants disparus et l'Institut des relations raciales. Mais le nombre de migrants disparus en route vers le Royaume-Uni est probablement beaucoup plus élevé. De nombreuses familles ayant participé à l’étude ne savaient pas où se trouvaient leurs proches ni ce qu’il était advenu d’eux lors de la traversée de la Méditerranée et ailleurs.

« Outre le coût psychologique, nous savons que la vie des personnes ayant des proches migrants disparus peut être marquée à jamais par les nombreux impacts psychosociaux, juridiques et financiers », a déclaré Dipti Pardeshi, chef de mission de l'OIM au Royaume-Uni.

« Quand je suis arrivée ici... Je pleurais tous les matins... Je pleurais pour ma perte et aussi parce que l'avenir était incertain. Je ne savais pas ce qui allait se passer », confie Emeka, une femme nigériane vivant au Royaume-Uni qui recherche son mari.

« Je ne savais pas si j'allais pouvoir rester ici, ou si j'allais être expulsée. C'est ce à quoi j'étais confrontée à l'époque, en plus de la perte de ma famille », poursuit-elle. À l'exception du service de recherche proposé par la Croix-Rouge britannique et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), il n'existe au Royaume-Uni aucune agence ou politique spécifiquement dédiée à l'aide au signalement, à la localisation ou à l'identification des cas de migrants disparus en transit vers le pays. Par conséquent, les familles recherchent principalement des informations sur les disparus et comptent sur le soutien des 

canaux et réseaux informels, des membres de la diaspora à l'étranger et des associations communautaires.

L’étude, menée en collaboration avec le Dr. Samuel Okyere, de l'Université de Bristol, et l'OIM au Royaume-Uni, a révélé que les familles des migrants disparus au Royaume-Uni peuvent être elles-mêmes des migrants craignant que la recherche de leurs proches ne les conduise à être poursuivis en raison de leur statut d'immigration incertain.

L'OIM appelle à l’action au Royaume-Uni et ailleurs, pour soutenir ces familles. L'objectif 8 du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières appelle spécifiquement les Etats à identifier les personnes décédées ou disparues, et à faciliter la communication avec les familles concernées. Le rapport comprend 10 recommandations sur la façon dont les familles de migrants disparus au Royaume-Uni peuvent être mieux aidées pour retrouver leurs proches et faire face aux impacts de la perte.

Retrouvez le nouveau rapport « Families of Missing Migrants : Their Search for Answers, the Impacts of Loss and Recommendations for Improved Support » ici (en anglais).

« Living Without Them – Stories of families left behind » est une série de podcasts en quatre parties, produite par l'OIM sur le projet de recherche avec les familles de migrants disparus. Ecoutez le troisième épisode sur les histoires des familles de migrants disparus au Royaume-Uni ici (en anglais).

Pour plus d'informations, veuillez contacter : A Londres : Abir Soleiman, OIM Royaume-Uni, Email : [email protected], Tel : +44 (0) 7470195306

A Berlin : Kate Dearden, Centre mondial d'analyse des données sur la migration de l'OIM, Email : [email protected], Tel : +49 3027 877832

A Bruxelles : Ryan Schroeder, Bureau régional de l'OIM pour l'UE, Email : [email protected], Tel : +32 (0) 492 25 02 34

  • La plupart des familles au Royaume-Uni qui cherchent des informations sur des proches disparus alors qu'ils tentaient de rejoindre le pays sont obligées de s'en remettre aux canaux et réseaux informels, aux membres de la diaspora à l'étranger et aux associations communautaires. Illustration : Salam Shokor, 2021