La République dominicaine et l'OIM aident 100 000 migrants vénézuéliens à surmonter les obstacles

Posted: 
07/13/21

Saint-Domingue - Le premier groupe de près de 100 000 migrants vénézuéliens sans statut légal en République dominicaine ont reçu des visas leur permettant de travailler, d'ouvrir des comptes bancaires et d'adhérer au système de sécurité sociale dans le cadre du Plan de régularisation des migrations du pays.

Créé par le gouvernement dominicain et lancé avec le soutien de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), ce plan vise à régulariser la population vénézuélienne en trois étapes : demande de prolongation de séjour, visa et résidence. Depuis avril, date à laquelle la première phase a débuté, 43 000 Vénézuéliens se sont inscrits pour prolonger leur séjour et, le 1er juillet, un premier groupe de 21 Vénézuéliens ont reçu leur visa de travail. 

« Maintenant que j'ai mon visa, je sens que pour d'autres personnes comme moi, beaucoup d'opportunités s'ouvrent. Nous allons pouvoir nous établir de manière plus sûre et plus formelle pour offrir un meilleur avenir à nos enfants », explique Gabriela Rivero, arrivée dans le pays avec son mari et sa fille en 2018. « Quand nous nous sommes installés, nous n'imaginions pas à quel point il serait difficile de trouver un emploi, car l'absence de documents nous ferme toutes les portes. »

Depuis 2019, Gabriela dirige une organisation de soutien aux migrants vénézuéliens à Santiago de los Caballeros, appelée FEV (Fundación Emigrantes de Venezuela), qui offre une orientation gratuite et aide quotidiennement des centaines de migrants à remplir leur demande dans le cadre du plan de régularisation.

Avec le soutien de l'OIM, huit organisations de migrants vénézuéliens ont créé des centres d'orientation pour aider la population vénézuélienne qui en fait la demande. Sur les 43 000 personnes enregistrées sur la page web de la Direction générale des migrations (DGM), environ 9 000 se sont rendus dans les centres pour obtenir de l'aide sur la procédure. Les promoteurs et coordonnateurs de chaque centre - pour la plupart des migrants vénézuéliens - ont appris le processus avec le soutien et les conseils de l'équipe de la DGM et du Ministère des affaires étrangères (MIREX). En plus d'être formés à l'orientation, ils sont devenus le groupe pilote du plan pour recevoir leurs extensions et leurs visas.

« L'idée de ce processus est que nous sommes ceux qui sont en première ligne de ces centres, un migrant qui aide un migrant, un Vénézuélien qui aide un Vénézuélien », explique Iván Carrera, avocat à Caracas et conseiller juridique de FUNCOVERD (Fundación Colonia de Venezolanos en RD). M. Carrera travaille en tant que promoteur au centre d'orientation d'El Sambil Santo Domingo, l'un des endroits où le plus de personnes demandent une aide pour leur demande.

Le soutien que l'OIM apporte aux centres d'orientation est financé par la Plateforme de coordination inter-agences R4V pour les réfugiés et les migrants du Venezuela. La plateforme R4V cherche à intégrer tous les acteurs concernés - gouvernements, agences des Nations Unies, autres organisations internationales, société civile et secteur privé - et à favoriser une réponse globale, prévisible et harmonisée à la situation des réfugiés et des migrants vénézuéliens au niveau régional en Amérique latine et dans les Caraïbes.       

Pour plus d'informations, veuillez contacter Zinnia Martinez, OIM République Dominicaine, Email : [email protected], Tel : +1809 688 81 74.

  • Le plan de régularisation des migrations permettra aux Vénézuéliens vivant de manière irrégulière en République dominicaine de travailler, de se déplacer sans risque d'expulsion, d'ouvrir des comptes bancaires et d’adhérer au système de sécurité sociale du pays.  Photo : OIM / Francesco Spotorno

  • Le soutien que l'OIM apporte aux huit espaces d'orientation est financé par la plateforme de coordination inter-agences R4V pour les réfugiés et les migrants du Venezuela. Photo : OIM / Francesco Spotorno