La technologie permet aux migrants rapatriés au Somaliland d’accéder aux services

Posted: 
07/19/19
Themes: 
Assisted Voluntary Return and Reintegration, EUTF

Hargeisa, Somaliland - Les migrants rapatriés au Somaliland ont désormais plus de chance de pouvoir accéder à des services essentiels, grâce à la création d’une application de base de données pour l’enregistrement des migrants de retour et la délivrance de certificats d’enregistrement. 

Dans la corne de l’Afrique, les Somaliens représentent la plus grande population de migrants après les Ethiopiens. Ils se déplacent à la fois à l’intérieur de la région, en particulier vers la péninsule arabe et l’Europe. Bon nombre choisissent également de rentrer, s’adressant souvent à l’OIM lorsqu’ils sont bloqués dans des lieux comme la Libye déchirée par la guerre. 

Cependant, comme partout ailleurs, les migrants n’ont souvent pas de documents valables, documents soit perdus soit confisqués pendant leur périple migratoire. Sans ces documents, qui peuvent inclure des certificats d’enregistrement nationaux, les services de soutien de base fournis par le gouvernement peuvent être hors d’atteinte. 

La nouvelle base de données, conjointement développée entre l’OIM et l’Agence nationale du déplacement et des réfugiés du Somaliland (NDRA), vise à renforcer la capacité de réponse dans cette zone. Suite à une évaluation des capacités qui s’est déroulée en février 2019, l’OIM a développé à l’interne l’application qui a été lancée en juin. 

La semaine dernière (11 juillet), l’OIM a fait don de trois webcams de haute résolution à la NDRA qui seront utilisées pour prendre des photos des migrants de retour lors de l’enregistrement. Le président de la NDRA, Abdulkariim Ahmed Mohamed, présidant la cérémonie, et le responsable du sous-bureau de l’OIM à Hargeisa, Sikhulile Dhlamini, ont tous deux salué la collaboration entre les deux agences. 

D’après A. Mohamed, « la NDRA dispose d’un système d’enregistrement qui recueillera des informations pertinentes de la part des rapatriés, résultat de l’expertise technique fournie par l’OIM suite à une demande effectuée par la NDRA en février 2019. Il a ajouté : « nous apprécions également que l’OIM ait passé du temps à renforcer la capacité du personnel de la NDRA pour lui permettre d’utiliser le logiciel de base de données efficacement. » 

Le financement pour le développement de la base de données a été fourni par l’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants dans la corne de l’Afrique, qui soutient également le retour volontaire et la réintégration des migrants. Elle est elle-même financée par le Fonds fiduciaire de l’UE, qui couvre 26 pays d’Afrique au total. 

Le programme facilite une gestion des migrations sûres, ordonnées et régulières en développant des procédures et processus fondés sur les droits et centrés sur le développement en matière de protection et de réintégration durable. 

Depuis le lancement de l’Initiative conjointe UE-OIM début 2017, quelque 288 migrants sont rentrés à Hargeisa et dans les zones alentours au Somaliland. La nouvelle base de données appuiera la collecte d’informations lors de l’enregistrement, notamment sur l’historique de migration, le niveau d’éducation et les compétences. 

Le système comprendra également des fonctionnalités de gestion de cas qui, sur le long terme, permettront le suivi des services fournis aux individus enregistrés ainsi que la possibilité de générer un « Certificat d’enregistrement du rapatrié » et des rapports d’extraction afin d’analyser les tendances et expériences courantes des migrants de retour. 

La NDRA prévoit également de déployer l’application à son Bureau à Berbera - plus gros port d’entrée pour les arrivées en mer - où un nombre élevé d’enregistrements sont attendus chaque mois, plus qu’à Berbera. 

Sikhulile Dhlamini a déclaré que l’OIM reconnaissait l’importance de la collecte de données pour éclairer la compréhension de l’évolution des flux migratoires. « Cet important pas en avant, qui marque notre partenariat avec la NDRA, signifie que les parties prenantes auront des informations fiables pour répondre aux plus vulnérables », a-t-elle déclaré, en ajoutant : « la base de données est une étape importante pour garantir que les rapatriés au Somaliland soient correctement enregistrés, ce qui leur permet ensuite d’accéder aux services et de jouir de leurs droits. » 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Sikhulile Dhlamini, OIM Hargeisa, Email: sngqase@iom.int, Tel: +2522571212

  • Abdulkariim Ahmed Mohamed, président de la NDRA (à gauche) et Sikhulile Dhlamini, lors de la remise officielle des webcams. Photo : OIM

  • Lors de la remise officielle des webcams données par l’OIM. Photo : OIM