Le dépistage de la COVID-19 pour les chauffeurs routiers au port de Mombasa aide à redynamiser l’économie

Posted: 
10/30/20
Themes: 
COVID-19, Migration Health

Nairobi - Des milliers de chauffeurs routiers à travers le Kenya ont été testés pour la COVID-19 par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) depuis juillet, dans le cadre d'un effort plus large visant à redynamiser les économies régionales touchées par la COVID-19.

Ce sont plusieurs milliards de dollars de marchandises qui commencent la dernière étape de leur voyage par la route vers l'Ouganda, le Rwanda, le Burundi, le Soudan du Sud et la République démocratique du Congo, à bord de camions de transport provenant du port tentaculaire de Mombasa dans le sud-est du Kenya. Les chauffeurs ont été identifiés très tôt comme un groupe à haut risque de propagation et de transmission de la COVID-19. Cette situation, combinée à la fermeture des frontières et à d'autres restrictions de mobilité, paralyse une grande partie du commerce dans la région.

L'OIM considère l'intégration du dépistage de la COVID-19 et d'autres mesures sanitaires dans les systèmes de gestion des frontières comme essentielle pour relancer les économies nationales et locales et atténuer les impacts socioéconomiques de la pandémie.

En juillet 2020, l'OIM a effectué 2 570 tests aux points de contrôle unique de Malaba et Busia avec l'Ouganda, afin de faire avancer une file de camions s'étendant jusqu'à 90 km de la frontière. Avec le soutien de l'Agence danoise pour le développement international, au 23 octobre, l'OIM a testé plus de 14 200 chauffeurs transportant du fret en provenance du plus grand port d'Afrique de l'Est, à destination des pays d'Afrique de l'Est, d'Afrique centrale et de la Corne de l'Afrique.

« Alors que la pandémie entraîne des défis sans précédent pour la mobilité et le commerce transfrontalier, nous devons nous assurer qu'il y ait un flux continu d'activités économiques tout en faisant de la sécurité des personnes impliquées dans le processus une priorité », a déclaré Dimanche Sharon, chef de mission de l'OIM au Kenya.

L'OIM a déployé du personnel médical, des techniciens de laboratoire, des responsables des données et un système de test semi-automatisé Thermo Fisher au Coast General Teaching and Referral Hospital, permettant de tester jusqu'à 400 échantillons par jour, ce qui a réduit de manière significative le délai d'obtention des résultats des tests : entre 24 et 36 heures. Il s'agit là d'un élément important pour les chauffeurs sous pression qui doivent livrer leurs marchandises le plus rapidement possible tout en surmontant une myriade de restrictions de mobilité aux frontières liées à la santé, promulguées depuis mars dans un effort pour contenir la propagation de la COVID-19 dans la région.

« Il m’est arrivé de devoir attendre mon tour jusqu'à deux semaines pour pouvoir passer la frontière entre le Kenya et l'Ouganda », a déclaré Rashid, chauffeur routier kenyan basé à Mombasa.

« Mon certificat a expiré au cours du processus, puisque la période de validité est de 14 jours, et cela n'a pas été agréable car j'ai dû être testé à nouveau, dépensant plus d'argent et passant plus de temps à la frontière. J'espère que le test de la COVID-19 à Mombasa m'aidera à obtenir l’autorisation et à transporter les marchandises plus rapidement ».

L'OIM au Kenya a également organisé des formations sur l'infection, la prévention et le contrôle de la COVID-19, dont ont bénéficié plus de 200 travailleurs de première ligne à différents points d'entrée et a fourni des équipements de protection personnelle à 27 points d’entrée, dont l'aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA).

« Avec le soutien de nos partenaires internationaux, nous continuerons à lutter contre la COVID-19 aux côtés du gouvernement du Kenya jusqu'à son éradication totale », a déclaré Dimanche Sharon de l'OIM.

Pour plus d'informations, veuillez contacter Muthoni Njenga, OIM Kenya, Email : mnjenga@iom.int, Tel : +254 720 958815 ou Asif Chowdhury, Email : mbinharun@iom.int, Tel : +1 519 721 6755

  • Un travailleur sanitaire prélève un échantillon auprès de Robison Rashid, chauffeur routier kenyan qui livre des conteneurs depuis le port de Mombasa dans toute la région. Photo: IOM

  • Des chauffeurs routiers attendent de passer le test de la COVID-19 à Miritini, dans le comté de Mombasa, au Kenya. Photo: IOM

  • Des chauffeurs routiers au point de passage frontalier unique de Malaba-Ouganda attendent de passer traverser entre Kenya et Ouganda/Ouganda et Kenya. Photo: IOM