Le DG Swing de l’OIM appelle à une assistance et une protection renforcées pour les déplacés internes

Posted: 
04/17/18
Themes: 
Internally Displaced Persons

Genève - Plus de 40 millions de personnes sont déplacées par le conflit à l’intérieur des frontières de leur propre pays. Les catastrophes déplacent 25 millions d’autres personnes en moyenne chaque année. Confrontées aux pertes, aux difficultés et à la précarité, les générations de personnes déplacées sont souvent les plus négligées dans de nombreuses crises à travers le monde. Les enfants représentent plus de la moitié de ces populations.

« En 1998, le déplacement interne a été reconnu comme l’une des plus grandes tragédies du monde et 20 ans plus tard, il l’est toujours », a déclaré William Lacy Swing, Directeur général de l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, en mentionnant le 20ème Anniversaire des principes directeurs sur le déplacement interne. Le 17 avril 1998, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a pris connaissance de ces principes directeurs, en faisant la norme mondiale pour les Etats et les acteurs humanitaires.

Aujourd’hui, à l’occasion du 20ème anniversaire des principes directeurs, leur empreinte est claire. Ils sont largement acceptés comme étant la norme pour la protection et l’aide aux déplacés internes, de nombreux pays les ont intégrés dans leur législation nationale, ils ont inspiré plusieurs accords régionaux et ils sont à l’origine d’un travail important dans ce domaine.

« Vingt ans plus tard, le nombre de déplacés internes a presque doublé en raison des nouveaux déplacements, du manque de solutions pour ceux qui sont laissés de côté dans des crises prolongées et d’un déficit chronique de financement de 50 pourcent pour répondre aux besoins humanitaires de base. La tragédie quotidienne du déplacement interne se poursuit pour des millions de personnes. »

L’Ambassadeur Swing a déclaré qu’alors que la communauté internationale débute une année de réflexion et d’action pour célébrer le 20ème anniversaire des principes directeurs, chacun peut et doit faire plus. « N’importe qui peut être vulnérable aux catastrophes, à la violence et aux violations des droits de l’homme. Plus qu’un simple impératif humanitaire, autonomiser les Etats et les populations dans leur propre préparation, renforcer leur résilience et les aider à remédier au déplacement interne tient du bon sens économique et est socialement avantageux », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que dans l’esprit de « ne laisser personne de côté », dynamique découlant des Objectifs de développement durable à l’horizon 2030, l’attention doit être davantage centrée sur la réponse aux causes profondes du déplacement et sur la réduction des risques. L’Ambassadeur Swing a également déclaré que lorsque le déplacement était une nécessité pour la survie, des efforts concertés doivent permettre de réduire son impact et d’y remédier dès que possible en toute sécurité et dans la dignité, et de manière à mieux reconstruire et à empêcher que cela ne se reproduise.

« L’OIM aide les Etats et la population à prévenir et à résoudre le déplacement interne. Tout au long de l’année, avec nos partenaires, nous utiliserons le 20ème anniversaire des principes directeurs pour accomplir trois tâches essentielles : sensibiliser sur l’importance des principes directeurs pour l’aide et la protection des déplacés internes ; appeler les gouvernements à intégrer les principes directeurs dans leur législation nationale ; et renforcer les partenariats qui contribuent à la programmation effective et responsable, permettant ainsi d’exploiter le potentiel des déplacés internes au sein de leurs communautés, notamment en les responsabilisant et en leur donnant une voix », a conclu le Directeur général Swing.

En 2016, les opérations de l’OIM ont aidé plus de 19 millions de déplacés internes et plus de 6 millions de membres des communautés d’accueil à travers 31 pays. Cela fait de l’OIM l’un des acteurs les plus importants du déplacement interne dans le monde. Le cadre définit le rôle stratégique de l’OIM dans le paysage humanitaire mondial actuel.

La Matrice de suivi des déplacements (DTM) de l’OIM suit les flux de déplacement interne et identifie les besoins des déplacés dans de nombreux pays en crise à travers le monde. Par exemple, en mars 2018, la DTM fait état de 575 340 déplacés internes au Soudan du Sud. Pour consulter les derniers rapports de la DTM, rendez-vous ici.

En 2017, l’OIM a lancé un cadre renforcé pour remédier au déplacement interne en réponse aux changements et à l’expansion des politiques et opérations de l’OIM au fil des années. Pour consulter le cadre de l’OIM, rendez-vous ici.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Olivia Headon, siège de l’OIM à Genève, Tel : +41794035365, email : oheadon@iom.int

  • People displaced from Marawi, Philippines. © IOM/J. Batula