Le nombre de Libyens déplacés est en baisse

Posted: 
06/02/17
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Internally Displaced Persons

Libye - Poursuivant une tendance qui a débuté fin 2016, le nombre de Libyens déplacés à travers le pays est en constante baisse à mesure que les habitants retournent dans leurs lieux d’origine, en particulier dans les régions de Benghazi et de Syrte.

L’OIM a identifié 256 615 personnes déplacées à l’intérieur du pays, 227 866 habitants de retour et 351 382 migrants en Libye.

Ces nouvelles conclusions proviennent de la Matrice de suivi des déplacements (DTM) de l’OIM en Libye. Les rapports intégraux sont disponibles ici en anglais : Migrant et IDP information packages. Les informations présentent des données recueillies sur les déplacés internes, les rapatriés et les migrants en mars 2017 lors d’entretiens avec 1 021 informateurs. Ces derniers sont des représentants des baladiyas (municipalités), des comités de crise locaux et d’autres personnes de la communauté ayant des connaissances sur les déplacés internes, les rapatriés et les migrants au sein de leurs communautés.

Le rapport montre que les déplacés internes étaient principalement déplacés de Benghazi, de Syrte, de Misurata, d’Ubari et d’Alkufra. Vingt-quatre pourcent ont été déplacés en 2016, 45 pourcent en 2015 et les 31 pourcent restants entre 2011 et 2014.

Quatre-vingt-sept pourcent des déplacés internes étaient hébergés dans des établissements privés et les 13 autres vivaient dans des installations de fortune, des bâtiments publics, des écoles, des bâtiments à l’abandon ou d’autres types d’hébergements publics.

En plus de fournir des informations sur les types d’hébergement des déplacés internes et des rapatriés, le rapport donnait également un aperçu général sur l’état de santé, l’éducation, la sécurité, la nutrition, les moyens de subsistance et l’accès au marché dans chaque baladiya.

Les migrants identifiés étaient majoritairement nigérians, égyptiens, soudanais, tchadiens, maliens et nigériens.

Parmi les migrants identifiés, 35 pourcent étaient dans le pays depuis au moins 12 mois, 33 pourcent s’y trouvaient depuis 6 mois à un an et les 32 pourcent restants étaient dans le pays depuis moins de six mois.

Le rapport sur les migrants résume les conclusions issues de 686 entretiens que le personnel de l’OIM a effectués directement auprès des migrants à travers neuf régions différentes du pays.

Soixante-et-onze pourcent des 686 migrants interrogées ont débuté leur périple migratoire dans l’un des pays situés à la frontière avec la Libye (Egypte, Soudan, Niger, Algérie et Tunisie) et les 29 pourcent restants sont partis d’autres pays d’Afrique, principalement du Nigéria, du Mali, du Burkina Faso, du Sénégal et du Ghana. Près de 70 pourcent des personnes interrogées ont payé moins de 1 000 dollars pour le voyage.

Les migrants interrogés étaient en moyenne âgés de 29 ans et 70 pourcent étaient sans emploi dans leur pays d’origine avant de partir. Les principaux secteurs d’activité des personnes actives avant de quitter leur pays étaient l’agriculture, l’élevage de bétail, la pêche et l’industrie alimentaire, suivis de la construction, de l’alimentation en eau, en électricité et en gaz, et dans le commerce de détail, dans la vente et l’industrie manufacturière.

La Matrice de suivi des déplacements en Libye recueille des données sur les populations mobiles en Libye afin de faciliter les interventions policières et humanitaires basées sur des faits. Tous les rapports, méthodologies et bases de données sont disponibles sur : www.globaldtm.info/libya.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Daniel Salmon, OIM Libye, Tel : +21629235097, Email : dsalmon@iom.int