Le nombre de réfugiés et de migrants du Venezuela passe la barre des 3 millions

Posted: 
11/09/18
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Refugee and Asylum Issues

Genève - L’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, et le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, ont annoncé hier (08/11) que le nombre de réfugiés et de migrants du Venezuela à travers le monde atteignait les 3 millions.

D’après les données des autorités nationales de l’immigration et d’autres sources, les pays d’Amérique latine et des Caraïbes accueillent quelque 2,4 millions de réfugiés et migrants du Venezuela, tandis que les autres régions du monde accueillent le reste. 

« Les pays d’Amérique latine et des Caraïbes maintiennent une politique d’ouverture louable pour les réfugiés et les migrants du Venezuela. Toutefois, leur capacité d’accueil est mise à rude épreuve et nécessite une action plus solide et immédiate de la communauté internationale pour faire perdurer cette générosité et cette solidarité », a déclaré Eduardo Stein, représentant spécial conjoint HCR-OIM pour les réfugiés et les migrants du Venezuela. 

La Colombie accueille le plus grand nombre de réfugiés et de migrants du Venezuela, soit plus d’un million. Suivent ensuite le Pérou, avec plus d’un demi-million, l’Equateur avec plus de 200 000, l’Argentine avec 130 000, le Chili avec plus de 100 000 et le Brésil avec 85 000. 

Outre les pays d’Amérique du Sud, des pays d’Amérique centrale et des Caraïbes enregistrent également un nombre croissant de réfugiés et de migrants en provenance du Venezuela. Le Panama, par exemple, accueille actuellement 94 000 Vénézuéliens. 

Au vu de ces chiffres croissants, les besoins des réfugiés et des migrants du Venezuela et des communautés qui les accueillent ont eux aussi considérablement augmenté. 

Les gouvernements de la région dirigent l’action humanitaire et coordonnent les efforts, notamment à travers le Processus de Quito, qui constitue une étape importante vers une approche régionale visant à intensifier l’action et à harmoniser les politiques. La seconde réunion des gouvernements de la région à Quito se déroulera les 22 et 23 novembre. 

Pour appuyer cette action, la Plateforme de coordination régionale interinstitutions, créée en septembre et composée de 40 partenaires et participants, dont plusieurs agences des Nations Unies, d’autres organisations internationales, des organisations de la société civile et des organisations confessionnelles, renforce les interventions opérationnelles et travaille sur un plan d’action humanitaire régional pour les réfugiés et les migrants du Venezuela (RMRP), qui sera lancé en décembre. 

Le RMRP sera centré sur quatre domaines stratégiques : l’aide d’urgence directe, la protection, l’intégration socioéconomique et culturelle et le renforcement des capacités pour les gouvernements des pays d’accueil. 

Pour consulter cette déclaration en ligne, rendez-vous ici.

Les membres de la Plateforme de coordination régionale interinstitutions pour les réfugiés et les migrants du Venezuela, appuient l’action des gouvernements de la région.

Les membres de la Plateforme sont présents sur le terrain à travers la région et fournissent une aide d’urgence directe et une protection aux réfugiés et aux migrants vénézuéliens. Ils fournissent notamment des soins de santé primaire, des services d’eau et d’assainissement, un hébergement, un transport humanitaire et distribuent des couvertures, des trousses d’hygiène et de la nourriture.

Les participants à la Plateforme œuvrent en vue de fournir des informations sur la prévention des violences faites aux femmes, de la traite et du trafic illicite, et sur la protection de l’enfance. En outre, la Plateforme a permis de créer un réseau d’espaces de soutien pour que les réfugiés et les migrants vénézuéliens, ainsi que les communautés d’accueil, les rapatriés et les personnes à risque d’apatridie, entre autres, aient accès à des informations à jour et à un ensemble normalisé de services immédiats.

Les partenaires de la Plateforme axent de plus en plus la priorité sur des initiatives qui facilitent l’intégration socioéconomique et culturelle des réfugiés et des migrants vénézuéliens au sein de leurs communautés d’accueil. Par exemple, des initiatives d’insertion professionnelle, ainsi que des programmes de formation professionnelle, d’aptitudes à l’emploi, de création d’entreprise et d’orientation ont été mis en œuvre au Costa Rica, en Equateur, au Panama, au Pérou et à Trinité-et-Tobago. Certains membres font des efforts et se préparent à soutenir les municipalités dans les difficultés et possibilités à long terme que constituent l’arrivée de réfugiés et de migrants.

Les participants à la Plateforme œuvrent également en vue de prévenir la xénophobie et de sensibiliser sur l’importance d’intégrer les réfugiés et migrants en provenance du Venezuela. Les récentes campagnes nationales en Colombie, au Pérou et au Costa Rica en sont de bons exemples.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Juliana Quintero, Bureau régional de l’OIM, Amérique du Sud, Email : juquintero@iom.int, Tel : +54 1132488134

  • Colombia hosts the highest number of migrants and refugees from Venezuela.  Photo: IOM