Le projet de cinéma mobile débute sa tournée en Afrique de l’Ouest

Posted: 
11/29/19
Themes: 
Global Migration Film Festival, IOM, Migration and Youth

Dakar - Cette semaine, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a lancé son projet de cinéma itinérant, CinemArena, qui entreprendra une tournée à travers l’Afrique de l’Ouest pendant cinq mois, soulignant les risques de la migration irrégulière.

La caravane a débuté sa tournée à Tambacounda, au sud du Sénégal, l’une des principales régions d’origine pour la migration irrégulière. Elle vise à informer les jeunes Sénégalais sur les risques de la migration irrégulière en projetant des films en plein air dans plus de 25 villages, destinés à au moins 8 000 habitants, jusqu’au 22 décembre.

Les activités comprennent des projections de films qui sensibilisent à la migration irrégulière, suivies d’ateliers, de sessions de questions-réponses, de spectacles de théâtre et d’autres activités.

« Les migrants de retour, les partenaires locaux et les artistes travaillent en étroite collaboration avec l’OIM depuis un mois pour rassembler les gens autour du cinéma », a déclaré Laurence Hart, Directeur du Bureau de coordination de l’OIM pour la Méditerranée.

« Certains des migrants qui sont arrivés en Italie nous ont dit être partis sans avoir pleinenement connaissance des difficultés du périple et de la violence dont ils seraient victimes. »

Bien que le Sénégal soit un pays de transit clé pour de nombreux Ouest-Africains se rendant en Europe, il est également un pays d’origine. Ces quelques dernières années, près de 20 000 migrants sénégalais ont atteint l’Italie par la mer (plus de 10 000 en 2016 et 6 000 en 2017) à la recherche de meilleures possibilités économiques.

En 2018, l’itinéraire reliant l’Afrique de l’Ouest à l’Espagne est devenu le plus fréquemment emprunté vers l’Europe : le Sénégal était classé cinquième pour le nombre total d’arrivées d’Ouest-Africains derrière la Guinée, le Mali, la Côte-d’Ivoire et la Gambie.

« J’ai économisé 500 000 Francs CFA (1 000 dollars) pour partir mais après ce soir, j’ai peur de dire à tout le monde dans ma famille ce qu’il se passe en dehors du Sénégal », a déclaré Khady, après le débat organisé le premier soir.

Diffuser des informations claires et fiables dans les zones isolées est un défi, a déclaré Mia Barrett, responsable de l’Unité de sensibilisation de l’OIM au Bureau régional de l’OIM pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale.

« Certaines des principales zones sujettes à la migration en Afrique de l’Ouest sont si isolées que les informations sur les risques de la migration irrégulière ne parviennent pas à ce qui en ont le plus besoin », a déclaré Mia Barrett.

« A travers les films, les gens peuvent se connecter émotionnellement aux expériences des autres - qu’il s’agisse de joie ou de tristesse. Les projections communautaires sont un moyen efficace pour diffuser des messages importants dans les zones rurales. »

Après ses escales au Sénégal, CinemArena se rendra en Côte-d’Ivoire et en Guinée.

La campagne crée des synergies avec le Festival international du film sur la migration de l’OIM et avec d’autres initiatives de sensibilisation mises en œuvre en Afrique de l’Ouest. L’an dernier, la caravane a traversé cinq pays, atteignant plus de 75 000 participants lors de 135 événements.

Cette caravane est organisée dans le cadre du projet CinemArena - le projet de cinéma mobile lancé en 2002 par le Ministère italien des affaires étrangères et de la coopération internationale (MAECI) et l’Agence italienne pour la coopération au développement (AICS) et financé par le Fonds du MAECI pour l’Afrique. Il est mis en œuvre en partenariat avec le Ministère italien de l’intérieur et l’OIM.

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Florence Kim, Bureau régional de l’OIM pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale, Tel. +221 786206213, email : fkim@iom.int ; ou Flavio Di Giacomo, OIM Italie, Tel. +39 347 089 8996, email : fdigiacomo@iom.int

  • Des participants à CinemArena en 2018. OIM/Laura Di Castro

  • Des participants à CinemArena en 2018. OIM/Laura Di Castro